Consciences - Forum de l'association

Actualités et Debat de l'association
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Journal de bord

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Flo
President
President
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 32
Localisation : la tête dans un verre de Ron Arehucas
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Journal de bord   Lun 1 Oct - 11:48

27/09/07 à 12h00

Aeropuerto de Madrid


26/09/07 Ca y est, cette fois c’est vraiment parti. Finis les faux journaux, carnets… Celui-là c’est le vrai qui va raconter mon aventure Erasmus… Seul l’avenir pourra dire si ce sera une histoire pleine de rebondissement ou un vieux truc tout plat. J’espere faire de mon mieux pour m’éclater déjà et vous retranscrire toutes mes pensées et tout mes faits et gestes.ensuite.

Je vous écris aujourd’hui de l’aeroport de Madrid à une cafeteria vu sur la piste et les montagnes désertiques de l’Espagne. Deux vieux anglais à coté de moi font des trucs bizarres ils regardent le va et vient des avions aux jumelles et repertorient ceux-ci dans leurs carnets de temps à autre ils prennent en photo les avions, peut – être les plus cools ou leurs favoris. Ca a l’air d’être un putain de jeu passionnant, vu les ‘Yes’ qu’ils sortent quand ils trouvent l’immatriculation de l’avion , j’y jouerais bien enfin on verra.
Bon, je vais vous raconter maintenant ma première journée. Je quitte donc Danjoutin pour 3 mois, hier à 14 heures. La pression monte dans la voiture, je me demande où je vais arriver, j’ai rendez-vous avec deux potes du stages de langues que j’ai fait cet été en plein Madrid, l’itinéraire de métro n’a pas l’air trop dur à première vue. Arrivé à Basel, j’enregistre mes bagages et dit au revoir aux parents (Yes ! le bx32AV d’air Europa vient d’atterrir !). Maman est triste mais pas de pleurs, de sanglots… Heureusement ça me fout mal à l’aise les au revoir trop dramatique. Je passe la douane suisse, c’est parti, je mets mes affaires dans la machine à rayon X (Heureusement qu’ils ne pesent pas les bagages à main, j’en ai 16kg sur le dos). Un jeune de la sécurité me complimente sur mon ordi et mes machines ( faut dire qu’il était enervé que les gens ne lui disent même pas bonjour et moi, qui arrive avec un grand sourire suivi d’un bonjour ! forcément ca pousse un peu la discussion.) Je me fait tater par un type car forcément j’ai oublié mon appareil photo dans mes poches. Ensuite, je passe dans la boutique duty free où j’achète après grande réflexion un bouteille de ‘rum’ ambrée de Cuba ( je n’aurais peut – être pas du vu le mal de crâne et de bide que j’ai en ce moment). Tiens ,un nouveau vient de s’ajouter aux jeu des avions, la compétition va être serrer !! Je prends donc place dans le A319 d’Easy jet, il y a du monde aujourd’hui, je n’arrive pas à trouver de place vers les hublots, tant pis ce sera la rangée.

L'aeroport de Basel-Mulhouse

L'A319


Les deux heures de voyages m’ont semblé courtes, quelques turbulences sont venus nous troubler. Je laisse le mauvais temps de Bâle pour un magnifique temps à madrid, au moment où nous traversons les pyrénnées. Le paysage est très sec, ça change des plaines vertes de notre franche-comté. Quand nous arrivons, j’entends les premières paroles espagnoles mais sans étonnement je n’y comprend rien, ça promet !
J’arrive enfin dans le grand aéroport de Madrid, je mets mes affaires en consignes (j’essaye de sortir mes premiers mots espagnols mais c’est difficile), aide un vieux à lui porter sa valise et trouve la station de métro au gré des escalators et autres tapis roulants. Je prends donc le metro suivant les indications de Rodrigue et Romain, les potes qui sont censé m’attendre à la station de métro. Mais c’est là que je m’aperçois de ma boulette qui aurait pu m’être fatal ( bon, j’exagère mais je me serais bien fait chier quand même !) : j’ai laissé mon portable dans mes affaires consignées. Je me dit que de toute façon, le point de rendez-vous va être facile à trouver puisque la première station que j’ai prise n’étais pas très grosse(d’ailleurs les madrilais ont un putain de métro tout beau moi qui m’attendais à un métro à la parisienne qui pue !) et les consignes ne marchent qu’une fois ( il faut payer de nouveau si on veut récuperer des affaires)
Merde, je n’ai plus de batterie, je vais essayer de trouver une prise pour continuer mon histoire…[img]


Dernière édition par le Mer 24 Oct - 17:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flo
President
President
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 32
Localisation : la tête dans un verre de Ron Arehucas
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Journal de bord   Lun 1 Oct - 11:51

27/09/07 à 13h38

Aeropuerto de Madrid

Putain d’ordinateur, non seulement il ne veut pas s’allumer mais en plus il perd mes fichiers. Après un petit tour dans l’aeroport, je me suis installer pour vous écrire dans un couloir entre deux terminals. Personne ne me dit rien, c’est cool ! Et il ya plein de petits culs à mater !

Alors, retournons à nos moutons, j’arrive donc à l’estacionne Nuevos ministerios et là surprise ! C’est un méga-station , 36 milles sorties , des métro partout et evidemment pas de rodrigues et de romain. Aie ! aie ! aie ! je commence à me dire que je n’aurais pas du oublier mon portable. Donc, je tourne autour et dans la station pendant plus d’une heure esquissant tous les plans possibles pour ne pas me faire chier et visiter Madrid (joder !). Je pense à rentrer à l’aeroport chercher mon portable mais ca va me prendre du temps et de l’argent . ou Partir à l’aventure seul, trouver des copains madrilais mais vu mon niveau d’espagnol ( en dessous du niveau de survie d’après le stage de langues) et la taille de la ville, ça fait peur.(j’adore les couloirs de l’aéroport madrilais !). Toujours, pas de Rodrigue et de romain, je decide donc ( et les hotesses de l’air !) de retourner à l’aeroport et de voir ce que je peux faire là-bas quand Miracle ! Les glouglou franc-comtois à une des sorties, Ouf ! soulagement ! il faudra que je fasse une offrande à hermès, le dieux des voyageurs dans la chapelle de l’aeroport ( et oui ! l’Espagne…). Nous discutons en buvant des bières de leur début de voyage et nous marchons une bonne heure jusqu’à la plazza mayor, la grande place de Madrid, nous demandons notre chemin de tant à autres, les madrilais sont vraiment gentils ! Nous esquivons aussi de tant à autre la police car il est interdit de boire sur la voie publique sous peine de 300 neuneu d’amende ( Ca fait cher de la bière !).
Madrid est vraiment une jolie ville, la plazza mayor est une belle place, un mélange du capitole toulousain et de la place st-marc vénetienne. Les rues piètonnes sont vraiment agréables, j’ai retrouvé les sensations des grandes villes comme Rome par exemple vivante et jolie à la fois. Par contre, il y a beaucoup de putes, j’ai halluciné un genre de mini-quartiers rouges sans les vitrines et le raccollage qui il y a avec. Bref, nous mangeons quelques tapas autour d’un verre de vin castillan dans un bar fort sympathique du quartier des restos Cava Baja qu’un americain nous a conseillé. Nous discutons en espagnol pour nous habituer et c’est plus drôle.


La plaza Mayor


Puis, nous sortons et là rien ne va plus, nous entamons la bouteille de ‘Rum ‘ à gros coup de capuchons et cherchons un endroit pour faire la fête. Pleins de gens, nous conseillent pleins de bar que nous avons jamais trouvé (trop rond !). Un cubain, des filles ( plein de filles !),plein de bar et des boites. Mais à 10 neuneu, la cerveza ils peuvent se faire foutre. Nous buvons, nous buvons, Rodrigues a failli se faire voler son sac par les aguicheurs de boite de nuit qui distribuent des flys. Au gré de notre marche nocture, nous rencontrons deux bimbos belges, nous les accostons, elles sont de Madrid et habitent dans le quartier. Cool ! on peut dormir chez elles ( ca va mal finir eh eh!) mais attendant nous trouvons un bar boite pour danser. Après s’être fait jeter je ne sais pas combien de fois ( à partir de là, je commence à avoir des trous !), nous entrons dans un bar miteux, la musique est pourrie ( je demande de la drum and bass comme d’hab’ quand j’ai trop bu et là c’est pire que tout ils ne savent c’est quoi ! à mon avis, cette année, niveau musicale ca ne va pas être terrible !). Rodrigue drague une gonzesse, j’ai perdu Romain, tout tourne ( ah ! les borrachos). Et en plus, le clou nous perdons nos copines belges, et merde ! Nous sortons au bout d’un certain temps que je ne précise pas car je ne sais plus. Romain vomi, j’aurai du faire pareil vu dans l’état où j’étais après. Nous finissons tant bien que mal le rhum et après le trou.

27/09/07
Je me réveille dans une cage d’escalier défroqué (j’ai peut-être cru que j’étais dans mon lit !) une putain d’envie de pisser. D’ailleurs, j’ai un peu honte de la dire mais j’ai pissé dans la cage vu que je ne comprenais pas où j’étais et que mon envie était telle que je n’ai pu faire autrement. 7 heures, nous décollons de cette magnifique, je dois admettre, cage d’escaliers. La gueule dans le cul, nous prenons le métro, je laisse Romain et Rodrigue à la gare, ils doivent prendre le train. Et là c’est vraiment dur physiquement parlant, le métro me fous tellement la gerbe que je suis obligé de sortir me reposer dans la station. D’ailleurs, je vomis à plusieurs reprises dans les poubelles de la station, heureusement que je n’ai rien à vomir (imagine le carnage !). Quel spectacle pour les gens qui vont travailler.(J’ai honte !) J’arrive enfin à l’aéroport vers 9h30, je dors un peu et je vais récupérer mes affaires ( allez encore un supplément à payer ! ), je vais à la cafet’ bois un petit café en reprenant peu à peu mes esprits , je sors mon pc et la suite vous la savez .
Je suis toujours dans ce couloir, je prends l’avion vers 19heures, il faut que j’attende encore et encore ( tu me diras j’ai failli attendre plus de 24 heures sans rien faire.) C’est marrant, l’aéroport, on sens l’excitation dans les gens, il y a du monde partout tout le temps. Ca grouille 24h/24h. Enfin voilà, ma première journée, un peu dur je l’avoue mais marrante, il faut que je force moins sur le rhum la prochaine fois parce que sinon je ne vais finir l’année entier. Enfin, tout à l’heure, c’est la grande découverte Las islas Canarias mais cela je ne peux vous le raconter encore…


Dernière édition par le Mer 24 Oct - 17:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flo
President
President
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 32
Localisation : la tête dans un verre de Ron Arehucas
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Journal de bord   Lun 1 Oct - 11:52

27/09/07 à 18h21

Aeropuerto de Madrid


Je vous écris toujours de l’aéroport de Madrid, j’embarque dans moins de 20 minutes. Je reprend ma petite histoire parce que j’ai allumé mon pc croyant accéder au net mais avec ces fumiers, il faut payer … Tant pis.
Qu’est-ce que je me suis fait chier aujourd’hui, j’ai attendu toute la journée , ce put** d’avion , j’ai fumé plein de clopes (pas bien !) et je suis exténuer. Après mon grand récit, j’ai slalomé entre le dehors et la cafétéria , j’ai d’ailleurs mangé un vieux sandwich et bu une boisson pour seulement 6,5€ cool ! Et bu un café en lisant el mundo ( chaud à tout comprendre) . Les vieux anglais étaient toujours avec leurs jumelles ( et oui , je ne suis pas tout seul à me faire chier !) . Ensuite, je me suis enregistré et passer les contrôles rayon X, c’est grand un aéroport la vache ! Mais alors ils se font pas chier sur les prix !(petit exemple : 20€ le fromage de 100gr !) Bon je n’ai pas fait la même erreur que hier, j’ai appelé manuel , un type que j’ai rencontré sur hospitality club, il vient me chercher et m’héberge quelques jours, c’est vraiment sympa de sa part. D’ailleurs ma collègue bisontine Erasmus Anaïs est chez lui, je ne serais pas tout seul. Voila pour ce qu’il en ait à cette heure, j’espère que mes plans ne vont pas foirer. On verra bien. Prochain chapitre à tenerife si tout se passe bien. Le stress de l’inconnu recommence à monter … A tout à l’heure dans les îles…


Dernière édition par le Mer 24 Oct - 17:49, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flo
President
President
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 32
Localisation : la tête dans un verre de Ron Arehucas
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Journal de bord   Lun 1 Oct - 12:29


1/10/07 à 9h54
Faculdad de Fisica- Sala de lectura
San Cristobal de la Laguna – Tenerife.


Comme vous pouvez le constater, je ne suis pas mort jusqu’ici et mes premiers jours sur l’île de Tenerife se passe merveilleuseument bien. Je vous écris de la BU de la faculté, je suis déjà en train de sécher les cours (j’ai une bonne raison cette fois, j’attends mon coordinateur parce que je ne sais pas où aller ! ) mais vous n’allez quand même pas vous plaindre je vais continuer le fil de mon histoire.
Donc, j’embarque comme dans le petit bœing d’air Europa à 19h, là, je m’y installe. Deux chicas allemandes viennent s’asseoir dans ma rangée. Nous discutons pendant les 3 heures d’avion, l’une d’entre elle déteste l’avion (son remède le vin bien râpeux !), elles sont toutes les deux professeurs dans un collège allemand de tenerife. Nous parlons de tout et de rien des îles, de politique, de littérature,...Tout en regardant le magnifique paysage qui s’offre à nous, les plaines et les montagnes désertiques d’Andalousie, la mer et l’océan puis les nuages en approchant de tenerife et enfin, cette fameuse île mais de nuit, la ville de Santa Cruz et l’atterrissage qui se passe tout bien ( quoique j’ai bien peur car l’aéroport de los rodeos est connue pour posséder le plus grand télescopage d’avion de l’histoire !).


Le boeing d'Air Europa


et Los Rodeos.

Je récupère mon gros sac et sors, là, comme prévu, Anaïs et Manuel m’attendent. Je leur dit bonjour , manuel veut déjà me faire la bise, bizarre, ( j’ai compris après que les espagnols aiment le contact physique et pour se dire bonjour c’est les gros serrage dans les bras, les bises, les roulages de pelle, non là je vais trop loin ! ). Nous allons donc en Guaguas ( les bus !) et en taxi jusqu’à chez lui.


Les guaguas

Le climat est très humide, ce soir à Tenerife. Je mange un petit Casse-croûte, prends une douche. Les parents de manuel arrive ensuite avec un petit Yorkshire (c’est con ces chiens, ma parole !), ils emmènent le chien car ils partent en vacances dans la péninsule. Manuel est un canarien qui parle très bien le français car il a vécut en Belgique, les premières années de sa vie, il est revenu au Canaries pour étudier, il est informaticien à son compte, ça à l’air de bien marcher. Nous parlons un peu (plus Anaïs que moi d’ailleurs) avec les parents de manuel et je commence à comprendre que l’accent canarien n’est pas le plus facile des accents espagnols, loin de là. Les parents et Anaïs vont se coucher, moi, je reste un peu avec Manu, il me fait un exposé très intéressant sur la géographie canariennes, les volcans, les montagnes, le climat des îles, les réserves de cétacés…J’espère faire au moins la moitié de ce qu’il m’a raconté en un an car c’est vraiment riches et diversifiés en lieux naturels, enfin on verra. Je prend ensuite congé pour une nuit de sommeil bien mériter. Bon, je vous laisse sur cette journée pour le moment, c’est la ‘récré’ et il faut que je retrouve Anaïs et Doramas ( vous serez plus tard qui il est), Hasta luego muchachos…


Dernière édition par le Mer 24 Oct - 18:12, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flo
President
President
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 32
Localisation : la tête dans un verre de Ron Arehucas
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Journal de bord   Mar 2 Oct - 21:11

2/10/07 à 18h42
Faculdad de Fisica- Sala de lectura
San Cristobal de la Laguna – Tenerife


Je vous écris toujours de la bibliothèque en attendant mes co-locataires, je vais essayer de vous raconter plus rapidement mes histoires car je ne suis pas à jour. Et j’aimerais ne pas abandonner cette idée de journal…

28/08/07 Il ne fait pas très beau à la laguna, ce midi, enfin pour la région, il pleut une pluie qu’on ne sent pas et de temps à autre le soleil tape. Je bois un petit café chez manuel, je n’ai jamais bu un café aussi horrible,c’est peut être l’eau d’ici qui est ignoble puis Anais et moi allons au centre,nous loupons le guagua et faisons du stop ( ce n’est pas facile ici), un type et nous amène à l’endroit désiré, je fume même un pétard avec lui ( ça commence muy bien). Nous visitons un peu et nous nous dirigeons vers la fac en chemin, nous trouvons quelques annonces pour des appartements.


La faculdad de Fisica y de Matematicas

Il n’y a personne à la faculdad de Fisica, nous décidons donc d’appeler les numéros qu’on possède. Mes premiers pas dans la langue de Cervantes ne sont pas terrible surtout au téléphone enfin j’obtiens quand même une visite. Nous casse-croutons et je laisse Anaïs avec d’autres Erasmus pour une visite de la ville, il faut que j’aille au rendez-vous. Je trouve assez facilement une petite maison toute neuve typé hispanique, mais ce n’est pas ce que je recherche, c’est des chambres chez un type ( prof de physique et qui vit dans sa cave ?!) , ça a l’air beaucoup trop studieux et je ne peux inviter personne… Tant pis, je rejoins Anaïs, nous visitons d’autre’ pisos’, un pour les filles lui plait bien mais elle préfère attendre de voir les autres (l’erreur, ce fut pris une heure après !). Puis, nous allons chez un allemand qui cherche des co-locataires, c’est à peine loin du centre mais la maison est jolie, il y a une chambre vraiment pas mal et une autre moins bien en dehors, on dirait la cage à balais d’Harry Potter. Il y a une terrasse énorme sur le toit et l’allemand du nom de Willy à l’air sympa, tranquille et sérieux comme il faut. Je lui dit que je suis intéressé, mais il y a l’air d’avoir du monde sur la liste et nous partons voir un autre appart’ un peu plus loin. Bon, je dois y aller, je vous raconterez la suite de mes aventures dès que j’ai le temps ( ici , il n’y en a pas beaucoup pour l’instant…)


Dernière édition par le Mer 24 Oct - 18:14, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flo
President
President
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 32
Localisation : la tête dans un verre de Ron Arehucas
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Journal de bord   Lun 8 Oct - 13:55

8/10/07 à 11h15
Faculdad de Fisica- Sala de lectura
San Cristobal de la Laguna – Tenerife


Et voilà ! J’en étais sur, j’ai pris un retard fou en même il y a trop de trucs à faire à La laguna et sur l’île pour que je puisse écrire tout le temps. Je vais donc résumer cette première semaine très briévement !

Après la maison d’harry potter, moi et anais filons à un autre piso : pourri c’est des chambres chez l’habitant tu ne peux rien faire et c’est d’un glauque. Tant pis pour les apparts, on a un pot Erasmus de prévu, cool, je fais connaissance surtout avec les francophones, nous buvons quelques vasos de vinos puis allons avec les français à une bodegon, les prix sont vraiment raisonnables ( 6€ le plat de gambas por ejempio) , mais c’est d’un gras…Nous continuons notre soirée dans un bar, où je découvre le prix de la bière, 1€ le demi que demande le peuple…




La Dorada et la tropical, des bières des Canaries.

Nous finissons dans un bar dansant puis un peu dans la rue avec des musiciens de la fac…
29/08/07 Aujourd’hui, il y a des animations dans le village à coté La Esperanza, nous y allons avec anais et une des ses amies portugaises cedelinda ( ou un truc dans ce genre !), quelques animations intéressantes de l’escalade, un tyrolienne, un graffeur, des activité manuelles ( j’en ai d’ailleurs fait un beau T-shirt) mais le must, les boissons et le repas ( paella !) offert. Nous y restons jusqu’en fin d’après-midi,après les cocktails (offert aussi bien sûr !) et après avoir fumé un poro avec un dreadeu argentin du village ( les gens sont hyper sympa, ici !).
Le soir, Manuel notre ôte nous accompagne et nous fais une visite des bars de la ville ( une sacrée tripoté), nous buvons des cocktail dans un et nous finissons dans son préféré ( qui va devenir le mien aussi) le blues bar, un bar un peu rock et punk avec de la super musique et des cocktails de Margarita les moins cher de la ville... Je rencontre willy qui me dit que pour le piso, c’est bon à condition que je prenne le placard d’Harry, ce qui ne m’enchante pas des masses. Nous rentrons péniblement chez manu tt dans la noche ( 4 heures !)
30/09/07Aujourd’hui c’est le jour d’aller à la mer, grand beau temps, nous mangeons dans une cafeteria de santacruz ( la ville d’à coté !) puis après des aller-retours entre celle-ci ( un petit problème de transports),


Le tranvia à Santa cruz fabriqué par ... Alsthom ( et oui, même jusqu'ici!)

L'audittorio de Santa Cruz

Nous prenons enfin avec anais et pauline , une amie bretonne,la direction de Punta de hidalgo avec le guagua, nous nous y baignons jusqu’en fin d’après-midi (20h ), l’endroit est vraiment sympathique car il lie mer et montagne, quoique un peu trop pollué, et c’est difficile de s’y baigner car il y a beaucoup de rocher et des vagues ( bon, j’arrête de me plaindre !).

Punta de Hidalgo (N-E de l'île)


En rentrant, c’est l’heure pour moi du verdict pour le placard, en montant jusqu’à la maison, je me dis que c’est plutôt cher et tout petit et que je ferais mieux d’attendre mais quand je suis arrivé a la casa, willy m’a présenté à l’autre co-locataire Doramas un canarien de gran Canaria pur souche ! Il ‘s’en fout de prendre la petite chambre parfait, j’accepte donc la co-location, nous allons voir la proprio, un petite veille qui s’arrete pas de parler très voire trop gentille, je n’y comprend pas grand-chose d’ailleurs puis nous allons manger un morceau chez un asiatique ( où la bouffe n’était pas terrible et cher). Puis je raccompagne anais pour la dernière fois chez manu où j’y passe ma dernière nuit.


Dernière édition par le Mer 7 Nov - 14:21, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flo
President
President
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 32
Localisation : la tête dans un verre de Ron Arehucas
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Journal de bord   Lun 8 Oct - 18:52

Toujours à la BU
15h00


Je continue ma petite histoire en attendant le cours de cet après midi

1/10/07 Le jour de la rentrée, j’arrive à 8h30, pour essayer de trouver mon coordinateur, je dois attendre 10h30 avant de le voir. Il faut ensuite nous inscrire à l’université, j’y vais avec Anaïs, l’horreur, on a du attendre 3 heures avant de pouvoir faire les papiers, j’en ai profiter pour acheter une carte SIM espagnole ensuite on a enfin pu s’inscrire,je comprends pourquoi ce fut si long car le type de l’administration prend tout son temps et arrête pas de raconter des conneries enfin ça s’est fait quoiqu’il faut que je repasse avec une photo. Nous mangeons ensuite à la fac à 16h à la cafétéria. Après avoir été chez Manu, récupérer mes affaires, je me suis installé tranquillement à ma nouvelle maison. Willy a invité du monde à manger, des allemands, la portuguaise et une irlandaises. Nous mangeons des pâtes avec du pain de mais. Nous finissons la soirée avec un concert de guitare et des chansons…

toutes les photos de Allan >>> http://picasaweb.google.com/tenerfeno

2/10/07 Premier matin de cours, trop dur, déjà je ne comprend pas un mot et en plus je m’endors presque dans l’amphi. A mon avis, ça va plutôt être difficile cette année. Enfin sinon , la matinée se passe à peu près bien, je vais donner ma photo au bureau ( comme de par hasard aujourd’hui personne), j’ai encore un peu de cours après la pause surtout un trop dur,avec un gros canarien tout suant qui va trop vite et qui a un accent…Bref, ça promet. Je m’octroie une petite sieste avant d’aller chez la proprio pour payer mon loyer, elle nous tient encore la jambe pendant une plombe. Puis, nous allons avec des copains allemands, italiens et français dans une petite sandwicherie, j’y mange les tapas les plus gras du monde, cela me fait limite mal au bide. Nous nous finissons dans une cave (bodegon) avec un peu de râpeux et de la bière.


Un arepas ( ou poncheras quand c'est plus gros!)

3/10/07 Un journée de cours toujours aussi dur, une petite sieste qui me fait presque louper mon cours d’astrophysique de l’après midi (j’aurais pu rester au lit, je n’ai pas trouver la salle.). Je fais un petit tour en ville, je me fait un peu chier puis je rencontre un ancien Erasmus qui est venu en vacances, nous buvons une biere dans un bar bien cradingue ( et oui ici aussi). Puis, je fais un tour du coté du Café 7 où il y a la soirée Erasmus, on rigole bien, je discute avec plein de monde et le bar est vraiment sympa. C’est vraiment cool, vivement mercredi prochain.
4/10/07 Et voilà, je n’ai pas réussi à me lever, ça commence bien deux heures de cours zapper. Bon je vais quand même aux derniers de la journée. L’après midi, je ne fais pas grand-chose, j’envisage un nouveau live eh eh, Nous sortons ensuite le soir vers 11heures après avoir manger un plat que j’ai trop cuit (enfin cramé !), le blues bar n’est pas bondée à cette heure, cool, nous buvons , fumons ( et oui un gros pétard qu’on m’a payé et qui m’a couché) dansons jusqu'à la fermeture ensuite nous changeons de bistrot et allons à celui d’en face plus dansant, là nous picolons encore et la soirée touche à sa fin.


Dernière édition par le Lun 17 Déc - 15:40, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flo
President
President
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 32
Localisation : la tête dans un verre de Ron Arehucas
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Journal de bord   Mer 10 Oct - 18:30

10/10/07 à 15h22
Faculdad de Fisica- Sala de lectura
San Cristobal de la Laguna – Tenerife


Allez, je trouve un peu de motivation pour vous écrire mais sachez que ce n’est vraiment pas facile de tenir ce journal…


5/10/07 Je me lève à 14h, Francesco, un italien qui dort en ce moment chez nous, nous a préparer la pasta italianna. Nous mangeons, buvons et fumons des gros jokos de black toute la journée (ce qui m’a épuisé !) Je trouve quand même la motiv’ d’aller à Décathlon pour m’acheter une bodyboard et des palmes.


Le mien c'est le modèle en-dessous.

Puis, on est sorti avec Anaïs, on a retrouver pauline, Willy et d’autres dans un petit bistrot, il y a une soirée reggae annoncé, on y va, pas terrible, le bar est blindée, la musique vite fait. Nous préférons aller au fameux blues bar où nous dansons et buvons jusqu’à tard. Nous retrouvons quelques français en rentrant à l’entrée d’une boite mais nous n’avons pas la motivation pour y aller après un petit sandwich, nous allons dormir…
6/10/07 Personne pour venir en après midi à Puerto de la Cruz pour tester mon body. Tant pis, j’y vais tout seule en espérant trouver des gens là-bas. Je suis enervé et le fait que j’ai achetée une leash en trop pour mon body m’énerve encore plus ( vingt euros dans le vent !) J’arrive à Puerto, je galère pour trouver une plage potable pour surfer. C’est joli Puerto mais qu’est que c’est touristique et quel touristes des vieux allemands tout blanc (ou rouge !) Bref, j’arrive quand même à surfer après m’être fait chambrer par des jeunes car mon body était encore emballé, beaucoup de monde, peu de vagues puissantes, ce n’est pas super !


La playa, el martianez

Anaïs, Cedalinna et pauline me rejoignent ensuite ! Nous trouvons difficilement un bar pour regarder le quart de final de la coupe du Monde de Rugby France-All blacks. Des français, nous rejoignent la France gagne sous les yeux étonnés des espagnols ( C’est quoi ce sport ! Pourquoi ils prennent le ballon avec les mains ?). Nous rentrons à La laguna et finissons gentiment au… Blues bar.


Puerto de la cruz


7/10/07 Aujourd’hui, je vais visiter le museo de la ciencas y de cosmos, intéressant hyper pédagogique malheureusement en bon scientifique, je n’y ait pas appris grand-chose et la non rigueur qui y règne sur le thème du big-bang m’exaspère.


museo de la ciencia y de cosmos

Avec Anaïs et Pauline, nous essayons d’aller à la plage, nous y allons difficilement car Anaïs ne trouve plus son appart’ ( et oui, ce n’était pas la bonne porte !) en attendant nous mangeons dans un petit bistrot ( une bonne moussaka pour moi !). Le spot est plutôt difficile rochers, vagues qui cassent près de la côte. Je prends juste une vague sur l’heure de surf puis nous remontons difficilement sur la côte.

La playa El charco à Bajamar

Nous rentrons , mangeons un petit croissant-sandwich, spécialité espagnole dans un café bien stylé intello (avec une grande bibliothèque !) et prenons un café, trop bon mais ces cons ont foutu une garniture aux noisettes (tant pis pour la chantilly). Je rentre ensuite chez moi , fume un petit pétard avec l’italien et dors.
8/10/07 Je me lève difficilement pour aller en cours où je n’y comprends toujours rien. Je ne fais rien de spécial, la journée. Le soir, je vais payer ma fin de loyer. Isabella ma proprio m’oblige à boire un café en m’apprenant un peu d’espagnol, euh, de canarien.(J’aurais du manger le potage mais j’étais trop gêner !) Elle me file même 5 euros en partant. Je rejoins ensuite d’autre Erasmus au stade. Il y a un tournoi de foot. J’en profite pour faire le tour de l’infrastructure, il y a un maximum de sport dont du bâton et de la lutte canariens qui ont l’air vraiment sympa mais je n’aime pas l‘ambiance des gymnases. Je joue un peu au badminton avec et contre Anaïs et des allemandes très sérieuses ( qui ont comptés tous les points…).


El campus central


El palo Canaria


Nous mangeons ensuite une crêpe ( je vais être sur la paille à la fin du mois, moi) dans un grand bar, hyper stylé, avec des vieux canap’ un peu partout et des gros lustres à l’ancienne. Je me couche tôt ce soir là après avoir bu un petit thé avec Willy et ses amies allemandes ( 1h30 !)

9/10/07 Les reveils sont de plus en plus diffcile, aujourd’hui j’ai cours jusqu’à deux heures, je me renseigne sur un spot de surf por la tarde. Tiens, le spot qu’on a fait dimanche est le plus dangereux de toute l’île, heureusement qu’on était en marrée basse. Je mange à la cafet’ avec Doramas, Anais et sa co-loc’ italienne. Nous allons chercher mes affaires en passant, je rencontre pour la première fois, mes voisins des roots qui me payent un pétard et du thé, cool ! Et en plus, ils font du jeu de rôles ( bon, ça on verra plus tard parce que j’ai déjà du mal à aligner trois mots d’espagnol alors raconter des aventures…). Nous allons ensuite surfer à coté du spot de Dimanche (el charco !) sur une plage de sable, peu de vagues, normal, marrée basses mais on s’amuse bien quand même ( j’en ai encore du sable dans les cheveux !). Doramas m’apprend mêmeà faire de la lucha canaria ( lutte canariennes!).

Le spot el lobo


La lucha canaria

Nous rentrons tranquillement, je mange avec willy des légumes cuisinés à l’allemande puis nous discutons, jouons un peu de musique pour se finir.
10/10/07 ( j’arrive au bout) pas grand-chose aujourd’hui. Je doute de nouveau sur l’avenir en suivant les cours. Je pensais que Tenerife allait tout arranger que nenni. Je fume trop de clopes aussi (mais vu les prix, c’est difficile). Je mange à la cafèt’ avec les même gens qu’hier et me voici à la bibliothèque en train de taper ma vie. Pour l’instant, la vie ici ,c’est quand bien marrant et pénard, il me tarde de hablar espanol de puta madre mais en attendant, je vais faire plein d’autres choses que je vous conterais ( peut être trop rapidement suivant le temps que j’ai ou plutôt que je n’ai pas !) c’est promis ! (oh, ce que je n’ai pas dit )….


Dernière édition par le Mer 28 Nov - 15:34, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flo
President
President
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 32
Localisation : la tête dans un verre de Ron Arehucas
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Journal de bord   Lun 15 Oct - 17:29

15/10/07 à 01h43
Mi casa- Calle Calbido 14
San Cristobal de la Laguna – Tenerife


Quel week-end ! Rempli d’aventure. Je vous écris de mon lit, pas trop decider à me coucher malgré l’heure tardive !

Je finis donc mes cours de la journée avec un cours d’astrophysique dont je ne pige strictement rien puis je rentre à la maison. Doramas part jouer au foot ( ah ! el futbol ! plus qu’une religion ici) Willy arrive peu de temps après, nous sommes invités pour la cena à manger chez anaïs et ses colocataires. Nous y allons donc vers 22heures, nous y mangeons la pasta, c’est un peu difficile car tout le monde ( sauf anaïs) pratique vraiment bien l’espagnol même si les coloc’ d’anaïs sont italienne, autrichienne et canarienne. Enfin, après avoir quand même un peu discuté en fumant une cigarette avec un mec de Valencia, nous attaquons le dessert preparé par willy du riz au lait avec des fruits, j’en mange d’ailleurs trop. Nous buvons en même temps un peu de Vodka ( Pernod-Ricard, ici aussi), puis avec Anaïs nous allons à la soirée Erasmus du Café 7, comme d’hab’ nous discutons avec un peu tout le monde, je fume un pojito avec mon ancien colloc’ Francesco, juste à coté de la pancarte « Aqui, no està permitte de fumar porro » en faisant semblant de rien comprendre. Nous finissons pour changer au blues Bar où il n’y a que très peu de monde ce soir. Nous nous enfilons un litre de Margarita lemon. Un type trop saoul, s’écroule devant nous la tête la première dans le zinc puis nous partons car le bar ferme tôt en semaine ( 3h). Ensuite, nous allons rapidement fumer un pétard et foutre un peu le bordel chez un pote français qui vit avec des italiens et une Grecque dans l’appart’ situé juste au dessus du bar.


Dernière édition par le Mer 24 Oct - 18:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flo
President
President
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 32
Localisation : la tête dans un verre de Ron Arehucas
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Journal de bord   Mer 17 Oct - 16:04

17/10/07 à 13h44
Faculdad de Fisica- Sala de lectura
San Cristobal de la Laguna – Tenerife

De retour à la bibliothèque, je vous écris avant d’aller manger un petit coup. Je suis actuellement en pleine crise existentielle, les cours me gonflent de plus en plus et je ne sais qu’est ce que je vais devenir . Je vais finir punk…

11/10/07 Et voilà, je n’ai pas encore réussi à me lever pour 8h30, je vais donc à la fac à 9h30. La journée se passe tranquillement ensuite je décide d’aller à Santa Cruz pour obtenir un autorisation afin de grimper El teide le mont le plus haut d’Espagne (3700m). Quand nous arrivons avec Anaïs, il est déjà 6heures ( les journées passe vraiment vite ici) . Nous trouvons le bureau et bien sûr pour les inscriptions, il faut venir entre 9h et 14 heures ah! l’administration , ce n’est déjà pas ça en France alors en Esapgne…. Tant pis, ça m’énerve mais bon j’essayerais d’aller plus tard là-bas ou trouver quelqu’un qui peut y aller (car j’ai cours de 9 à 14 heure). Ensuite, nous allons à Decathlon ; j’ai plus de chance,ici , j’arrive à troquer ma leash de trop contre un ballon de rugby ( coupe du monde oblige !) et des chaussures de rando ( pour le Teide) . Puis, je vais faire quelques courses à Auchan (Alcampo). Nous aurions du aller à Puerto pour une soirée Electro mais mon intuition me dit que ça peut être une grosse soirée de Jacky peteux donc je préfère rester sur La laguna. Par chance quand nous arrivons Calle Cabildo, Willy et Dorams s’apprêtaient à nous rejoindre. Ouf ! Nous prenons un petit apéro à la maison constitué de pop corn que j’ai trouvé dans une poubelle vers le cinéma ,(j’aurais du en prendre plus !), de camembert Cœur de lion acheté à ALcampo (subtilement échangé et mis dans une boite de camembert Barato) et de Ron Aehuca, le Rhum des îles Canaries et plus précisément de Las paLmas ( à prononcer La palma en canarien mais différemment que La palma une autre île des Canaries…). Bon, il faut que j’aille manger Hasta luego.


Dernière édition par le Mer 24 Oct - 18:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flo
President
President
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 32
Localisation : la tête dans un verre de Ron Arehucas
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Journal de bord   Lun 22 Oct - 13:53

18/10/07 à 14h09
Faculdad de Fisica- Sala de lectura
San Cristobal de la Laguna – Tenerife


Toujours de cette bibliothèque, je vous écris aujourd’hui très rapidement car je ne peux pas m’en empêcher et en plus j’ai des fans (dédicaces à Mélanie). Mais le problème, c’est que j’ai un devoir à rendre et il faut que je le fasse…

Après l’apéro, c’est l’heure d’aller à la crémaillère de Francesco et Jonathan , nos deux anciens squatteurs .


Dernière édition par le Mer 24 Oct - 18:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flo
President
President
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 32
Localisation : la tête dans un verre de Ron Arehucas
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Journal de bord   Lun 22 Oct - 13:54

18/10/07 à 21h11
Mi casa- Calle Calbido 14
San Cristobal de la Laguna – Tenerife


Pardon pour cet après midi, j’ai du allez manger à la minute où j’ai commencé d’écrire. J’ai enfin trouver un moment plus calme, je suis dans mon salon écoutant un peu de High Tone, j’attends l’appel d’amis pour peut être sortir. Oui ! je dis peut être car je suis malade comme un chien mais revenons pour l’instant à jeudi dernier ( et oui, je suis de nouveau bien en retard !) et la crémaillère de nos loustics.

Nous arrivons donc au centre avec mes companeros et Anaïs, chez le grand et luxueux appart’ de nos confrères italiens (au nombre de 3) et allemand (seul Jonathan avec La chambre des parents : spacieuse et lit deux places). On se fait bien chier au début avec Anaïs, peu d’ambiance, nous ne connaissons personne, bon, ah si pour nous faire patienter on a trouver un jeu, vous savez l’espèce de cadre avec plein de clou pour faire les formes qu’on veut (généralement on colle sa tête dedans et ça fait des visages terrifiants…). En fait, c’était juste l’histoire de quelques verres de Ron Arehuca après l’appart’ s’est peu à peu blindé et s’est parti pour une bonne petite fiesta. Les potes Médecins Français sont arrivé, j’ai bien discuté avec Jonathan sur le toit avec un méga vue de La Laguna et aussi de politique avec un ami américain qui a en projet d’étudier la France-Afrique ( le gros dossier !) dans la cuisine. La soirée se termine vers 4heures, nous fumons un dernier pétard et nous partons après avoir remercier les organisateurs. Je suis bourré comme un coin, les rues sont blindés, je discute avec tout le monde, un mec va nous chercher un peu de ciocolatte jusqu’à chez lui, il ne fume même pas son présent avec nous soi-disant qu’il est pressé. Cool, je range donc ma boulette dans mon paquet de clope, boulette que je perds dix minute après. Je trouve aussi des essais de poésies ou je ne sais quoi dans la rue me disant que c’est un écrivain qui était en pleine crise ( un romantique ou fou du même genre…) et qui a tout balancer, je ramasse toutes les feuilles qui traînent dans la rue. Je n’ai pas encore réussi à déchiffrer ces fameuses poésies. Puis, nous nous séparons Anaïs et moi, je rentre péniblement en essayant d’arracher panneaux politiques (ici, ce n’est pas de la colle, mais des planches avec des bon gros clous impossible à décrocher.), plantes grimpantes pour mettre chez moi ( en vain, les racines sont rester dans la terre ) , branches de palmier afin de créer une cabane sur la terrasse ( j’en ai ramener qu’une à quand les autres, ça, j’en sais rien et il en faut un paquet pour monter un abri.) et un piment chez les voisins ( que je n’ai même pas goûter Willy s’en ait charger à ma place.). Allez, moi, je vais quand même essayer de faire la fête ce soir, peut être quand j’en reviendrais pas,à cause de ma faible capacité pulmonaires que j’ai en ce moment ( vous saurez pourquoi prochainement !) buenas noches…

Des piments, histoire d'illustrer un peu...


Dernière édition par le Mer 24 Oct - 18:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flo
President
President
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 32
Localisation : la tête dans un verre de Ron Arehucas
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Journal de bord   Lun 22 Oct - 13:56

20/10/07 à 21h18
Mi casa- Calle Calbido 14
San Cristobal de la Laguna – Tenerife


Hola ! Je vous écris en plein week-end (eh ! oui des fois ça arrive !), en train de me remettre tranquillement de notre première fiesta à la maison et avant d’aller au blues bar. J’avais envie d’écrire ce soir car c’est bien une des seules choses que je sais faire à peu près et encore…enfin…

12/10/07 Levé tôt pour un vendredi férié 11h, j’ai rendez-vous dans une heure avec Anaïs pour un journée et une nuit avec ses co-loc’ dans le sud de l’île, je ne sais pas ce que ça va donner parce que les co-loc’ bien que toutes sympa parlent bien espagnole et j’ai peur de me faire chier. Après un petit déjeuner typique canarien c'est-à-dire du lait mélangé à de la farine de maïs ou blé appelé Goffio, ce n’est pas mauvais et ça permet de tenir longtemps sans manger (vida espanola oblige…).


Le gofio se mange ici depuis plus de 2000 ans !

Je file à l’estacionne de guagua, là, pas d’anaïs ni de coloc’ heureusement je trouve des Erasmus qui étaient à la fête d’hier, je discute en peu avec eux, surtout avec un allemand du nom de Marcus, ils vont dans la même direction que moi c'est-à-dire à la plage d’el Medano, cool, je les suis tant pis pour Anaïs, je verrais plus tard. Dans le groupe, il y a 3 chicas suisses, un et une italien(nes), 2 chicas allemandes, moi et marcus. A la première étape : l’estacionne de Santa cruz, je retrouve Anaïs et ses copines (en fait, elle m’avait envoyé un message pour me fixer un autre rendez-vous mais j’ai rien compris, ah, les matins de fête...), nous faisons le voyage tous ensemble, j’apprend que les filles veulent aller en camping alors que le groupe d’erasmus veut squatter sur la playa. Arrivé à El médano, notre destination, mon choix est fixé, je préfère dormir sur la plage avec mon nouveau groupe, nous quittons le deuxième groupe qui va s’installer au camping.


Le paradis du kite El médano ( avec la montana Roja dans le fond.)

Après quelques courses, nous rejoignons la plage Tejina à coté d’El Medano, une plage plus tranquille au pied d’une petite montagne ( montana roja), une plage avec quelques nudistes comme beaucoup de plages des Canaries un peu root’s, (il n’y a pas l’air d’avoir d’atteinte à la pudeur sur les plages, ici , tant mieux !). Nous marchons quand même une bonne demi-heure sous un soleil plombant, la différence de climat nord-sud est vraiment impressionnante. L’après-midi se passe bien, je dors, nous nous baignons un peu et je grignote quelques sandwichs. Le soleil se couche tranquillement dans l’horizon. Nous essayons de trouver un endroit pour faire un feu, difficile, le vieux qui s’occupe des lits de plages nous dit que c’est interdit. Tant pis, pour l’instant, pas de feu, nous discutons en prenant un gros apéro dans une petite crique (avec du vin blanc, aie aie, ce n’est pas du jurassien !). Quand la pluie (eh oui ! ça m’a fait bizarre aussi !) est venu nous troubler, une putain d’averse à la franc-comtoise, nous nous abritons sous le péron de la cabane du loueurs des lits de plages. Quelques uns vont se taper un bain de minuit sous la flotte, moi, j’ai trop peur de choper la crève (il m’en faudra moins que ça plus tard…). Enfin ,la météo devient plus clémente, nous décidons quand même de faire un feu, mais dans un barbecue dans un squat bien aménager dans la montagne, il s’agit en fait d’un ancien bunker, fermé avec un cadenas mais la terrasse nous suffiras pour cette nuit. Le feu est difficile à faire, trop d’humidité, Andrea est obligé de sacrifier des pages de son dico, mais au final, ça marche. Anaïs passe nous voir un petit coup, elle a l’air de se faire chier un peu, un peu trop soirée pyjama avec ses colloc’ (je le savais !). Nous mangeons les quelques grillades que nous avons achetée et finissons tranquillement sur les matelas de plage avec du rhum et des pétards… Je dors d’ailleurs dans les bras de la petite italienne Felicitta.


La playa Tejita avec un des squat en premier plan

13/10/07 Le soleil nous lève tôt le matin, tant mieux car le vieux des matelas arrive aussi, nous finissons notre nuit sur la plage, vers 11heures, je décide avec talya, une lausannoise, de grimper la montana roja mais vu la facilité de la rando, je décide de le faire pieds nus ( aie !), l’aller se passe bien, je bois une petite dorada pour me féliciter de mon exploit, la vue est splendide, l’eau au pied est d’un claire… bon il y a l’aéroport du sud qui gâche un peu le paysage ( sans oublier la pollution visuelle la nuit !) La montagne est une montagne volcanique toute rouge d’où son nom d’ailleurs montana roja montagne rouge, et les roches volacaniques ça fait mal au pied, le retour est vraiment dur car mes pieds deviennent hyper sensible et je dois faire plein de petites pauses pour descendre même le sable à l’arrivée n’est pas agréable car il est de couleur noir (comme sur toute l’île) et le noir, ça retient hyper bien la chaleur. Enfin, je trouve quand même refuge dans l’eau ( ça fait du bien !).

La montana Roja

Vers 14 heures,nous rentrons tranquillement sur La Laguna, je retrouve par chance Anaïs à El Medano qui partait aussi, nous nous octroyons une petite sieste chez elle avant d’aller à Puerto pour la demi-finale de Rugby…20 heures, nous nous réveillons le match a commencé, on s’est loupé, nous partons rapidement à l’estacionne, j’ai tout oublié chez elle, nous essayons de gruger le bus sans succès… Bon, je vais manger et faire la fête hasta luego les amis…


Dernière édition par le Mer 24 Oct - 18:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flo
President
President
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 32
Localisation : la tête dans un verre de Ron Arehucas
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Journal de bord   Mar 23 Oct - 14:05

21/10/07 à 14h56
Mi casa- Calle Cabildo 14
San Cristobal de la Laguna – Tenerife


De retour, chez moi, me rétablissant peu à peu, je vous écris encore ( et à mon avis, ce n’est pas encore la dernière à moins que je me tue cet après-midi dans les rochers…), cette fois-ci en attendant l’appel de copains surfeurs car après c’est le grand jour pour moi je vais enfin surfer enfin bodyboarder avec des gens qui s’y connaissent mais j’étais tout d’abord en train de vous conter la semaine dernière chaque chose à sa place et les moutons seront bien gardés ( ou un truc dans ce genre !)

Donc, nous ne pouvons aller à Puerto ( trop cher 6€ l’aller-retour à la place de 3, non !), nous peinons un peu pour trouver un bistrot, nous en trouvons un quand même, bonne ambiance, les gens sont diversifiés, des pour la France et des pour l’Angleterre, de toute façon ça ne cange rien au sort du match, nous sortons un peu deg’ du bar et allons en attendant les potes de Puerto, boire un peu de vodka dans un grand parc de la laguna, bon, le parc est fermé, nous nous contentons du banc à l’entrée, nous discutons pas mal avec Anaïs de voyage, d’avenir sous le regard d’une chouette qui chasse les souris dans le skate-park( !?). Puis, nous finissons tranquillement (original !) au blues bar, Anaïs est à son tour toute borracha, nous discutons avec une vénézuélienne qui adore la France enfin Paris mais pour les étrangers la France, c’est paris. Pour finir, je casse mes tongues pour de bon (elles étaient déjà un peu bancales !), il n’y a plus qu’à en racheter (Joder !).

14/10/07 Ce début de journée (plutôt d’après-midi environ 16h) se passe vraiment mal tout va de travers, nous décidons avec Anaïs de rejoindre Pauline à Puerto, l’horreur, déjà, on attend le bus trop longtemps sous un soleil des plus torrides puis le chauffeur refuse nos cartes étudiants françaises (nous n’avons pas encore de cartes espagnoles). Il faut retourner chacun dans nos appartements respectifs pour récupérer les papiers justificatifs. ¾ heures de marche dans le vent car bien sûr le deuxième chauffeur ne nous demande rien. Nous arrivons quand même à Puerto quand je m’aperçois qu’une bière dans mon sac à exploser souillant du coup mon sac, ma serviette et le pire, mon appareil photo qui quand je le sors ne fonctionne plus du tout,un appareil tout neuf qui a moins de 3 semaines fais chier ! Joder !, j’envoie tout balader, et le bouquet en voulant ramasser je ne sais plus quoi, je me tape la rambarde devant moi. Je me calme deux minutes à deux doigts de chialer. La deuxième partie de l’après-midi se passe quand même mieux, quoique , donc nous arrivons après avoir croisé Pauline qui partait(forcément elle était là depuis 13h et il est déjà presque 19h), à la playa El Jardine, il y a des grosses vagues, j’essaye mon bodyboard, oulà, je réussis tant bien que mal à me prendre une vague qui m’envoie balader comme un tambour de machine à laver près de rochers après je me calme, je vois encore des bonnes grosses vagues qui cassent sur la barre de rochers (reef), c’est loin mais le bruit et la masse qui s’en dégagent me font vraiment peur, je rentre sur le sable en décidant que je ne ferais plus de Boby tout seul avant d’en connaître un peu plus.


La playa Jardin vraiment mouvementée!

Nous finissons notre journée dans un restaurant bien sympathique quoique trop touristique (Puerto de la Cruz, tu me diras !) où l’on mange comme quatre pour moins de 10€ avec de la musique canarienne et sud –américaine, de la salsa mojo, du potaje et pescado (délicieux!). Fabien le copain surfeur bisontin et ses copines Charlotte et Virginie qui passaient par là nous rejoignent boire un verre, nous rentrons avec eux avec le guagua. Finalement, je vais me coucher bien fatigué de ce week-end mouvementé.


Dernière édition par le Mer 24 Oct - 18:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flo
President
President
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 32
Localisation : la tête dans un verre de Ron Arehucas
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Journal de bord   Mer 24 Oct - 13:23

21/10/07 à 23h22
Mi casa- Calle Cabildo 14
San Cristobal de la Laguna – Tenerife

Ca fait plaisir un après-midi surf comme celle-là, je vous raconterais. Voila, le week-end est terminé, encore intensif, je suis dans mon lit, c’est une des première fois où j’y suis si tôt, enfin je ne parle pas trop vite parce qu’ici, on ne sait jamais…

15/10/07 Evidemment, je n’entends pas mon réveil et me lève une heure en retard,(retard avance ça me fait penser à une petite anecdote du jour de la rentrée où j’ai réveillé mon colloc’ Doramas une heure en avance parce que mon portable se réglait à l’heure de France, il s’est bien foutu de moi ce coup-là, voila c’est tout désolé pour le retour en arrière mais j’avais envie de le raconter…) je ne comprends rien comme d’habitude, et au cours de mécanique des fluides, le professeur nous fait passer une feuille dont évidemment je ne comprends pas le sens. Prenant mon courage à deux mains, je décide de demander quelle est la signification et que faut-il remplir sur cette feuille. Je comprends grâce à ses explications (et surtout, au site sur lequel il m’a envoyé) qu’il faut faire un problème en devoir pour la semaine prochaine ( ça commence bien…).

Fernando, mon prof de méca des fluides.

En après-midi, je vais à un cours d’informatique, un des plus rigolo, on a passé avec une Erasmus italienne, la moitié du temps à essayer juste d’entrer dans le système d’exploitation (comme Windows pour les néophytes…) après ce fut le même folklore. Enfin, je m’en vais, je crois que le cours continue en salle mais je ne prend même pas la peine de vérifier, ça me saoule trop et de toute façon pour rien piger, je préfère faire des trucs plus intéressants comme aller acheter un cadeau à Anaïs car ce soir c’est la fête pour son anniversaire Chose dite, chose faite après être passer rapidement chez moi, je file à un supermercato, ( le plus glauque de tout la laguna, je pense) acheter après un grande hésitation avec une bodyboard pour enfant, des affaires de plages : parasol, seau et pelles et bouée. C’est un peu la même que le body pour gosse mais c’est à peine plus utile. Je fous tout ça dans un grand carton, achète un peu à boire et file chez Anaïs, peu de monde au début, je bois du Merlot avec Pauline en regardant les filles faire le gâteau : un tiramisu (Ca a l’air compliqué..). Ensuite, les gens arrivent peu à peu, je discute pas mal avec Manu de liberté informatique, puis avec les aspirants médecins français de mon avenir vraiment incertain, enfin avec Fabien, de surf en particulier de surf de rivière (et oui, ça existe !).


Allez photo cadeau de River surf à Munich parce que ça me fait délirer!

Tout le monde signe sur le carton, on apporte le gâteau avec les bougies et les cadeaux.…) Puis, je bois encore un peu trop,et je me retransforme en mode punk, au début, je chante des chansons à la cool style Tryo mais soit personne ne m’écoute soit ils se foutent de ma gueule ( faut dire que peu de monde connaît le français et surtout la chanson française chanté par moi-même) alors je change mon registre et leurs sort les chansons de bourrés, puis les z’amis de ta femme (une petite pensée pour maître Jaco) enfin tout énervé les chansons paillardes (ils l’ont mérité !) mais ça fait autant de remous que pour Tryo. Tant pis, je finis par me calmer à coup de vin rouge pour finir à débattre sur l’existence d’un gène gitan avec Anaïs, Manuel et Fabien à 7 heure du mat’. Et pour finir en beauté, cette soirée, je fais une chose qu’il est déconseillé de faire (par expérience), je vomi le rouge que j’ai bu en quantité à la fin de la fête. Aie ! L’horreur, c’est comme vomir du feu. Enfin après cette torture qui semble interminable, ça fait quand même du bien de laisser moins de travail pour son foie et j’ai pu bien dormir comme un sac sur le canapé du salon.
Bon, je vais me coucher la suite des aventures plus tard si vous le voulez bien.( ou si vous ne le voulez pas ben tant pis c’est pareil...non mais oh !)


Dernière édition par le Mer 24 Oct - 18:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flo
President
President
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 32
Localisation : la tête dans un verre de Ron Arehucas
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Journal de bord   Mer 24 Oct - 13:54

23/10/07 à 23h00
Mi casa- Calle Cabildo 14
San Cristobal de la Laguna – Tenerife


Tiens, c’est bien le premier soir où j’ai décidé de rien faire. Et il faut être un peu tranquille de temps en temps, parce que sinon je ne terminerais pas l’année sans une cirose ou à la rue sans un sou, et puis il me faut un peu de temps pour écrire ce si beau journal, non ?

16/10/07 Je me réveille bien tard en sacrifiant ma journée de cours, un type a sonné trois heures ce matin avant qu’Anaïs aille lui ouvrir, le pauvre, c’était le livreur de bouteille de gaz, déjà qu’il a attendu à la porteet qu’ensuite il a galéré à faire comprendre à Anaïs le prix de la bouteille… Bon, début de journée pour lui. Ensuite, après un petit déjeuner-gouter composé de pâte au basilic après avoir aider Anaïs à ranger le bordel de la fête. Je file chercher Willy et un de ses copines, une allemande vivant aux Canaries, pour aller à a plage. Anaïs nous rejoint à l’estacionne et nous allons à Bajamar à la plage de sable. J’y emmène mon bodyboard, mais le dernier coup m’a tellement fait peur que je ne préfère pas rejoindre les surfeurs, déjà nombreux sur le spot. J’essaye d’en faire près de la plage de sable mais les vagues cassent nettes sans dérouler, que c’est limite plus dangereux car tu es directement plaqué contre le sable, d’ailleurs je me prends deux, trois bonnes bennes qui me font manger ce sable accompagné de bonnes algues (Mes cheveux adorent aussi !) .


Bajamar

Nous admirons le coucher de soleil puis nous rentrons tranquillement, je finis ma soirée avec Anaïs où nous mangeons après avoir pas mal tourné en rond et tester un restaurant (beaucoup trop cher et qui ne fait pas de bocadillos…), dans une sandwicherie où j’y mange un hamburger gigantesque accompagné de frites pour seulement 2€50, ça fait vraiment plaisir au moins tu es calé et ça ne fait pas trop mal au porte-monnaie. ( pas comme dans certaines sandwicheries Américaines avec un gros clown qui pue… ). Enfin cette courte mais intense journée se termine par une bonne nouvelle, quand je rentre chez moi, je re-teste mon appareil photo et miracle ( ou Polaroïd peut être !), il remarche, bon un peu grippé sur les boutons à cause du sable mais sinon il est de nouveau comme neuf , Muy bien !

17/10/07 Je me loupe encore pour le premier cours du matin (pour changer !) et je vais en cours jusqu’à 19 heures, pfff, quoique j’ai le cours d’informatique rigolo, où cette fois-ci, non, non, je ne comprends toujours rien mais je discute bien avec ma voisine anglaise qui ne comprends pas un mot d’espagnol. Ensuite, je rentre chez moi, nous préparons avec Willy et Doramas por la cena, un gros repas, lentejas de Lanzarote avec du Riz accompagné d’une Tortilla, les filles invitées ( les co-loc’ d’Anaïs, Cedallina, et l’irlandaise Laureen) nous amène la salade et le gâteau.


Las lentejas de Lanzarote


Una tortilla


Tout aurait pu bien se passer, mais avec la salade, nos invitées ont apporté des noix, très gentiment, elles ne les mélangent pas à la salade mais le fait, et rien que le fait de les broyer chacun de leur coté et de les mettre dans leur propre assiette, me font choper un mal de respirer ignoble à la fin du repas ( qui était d’ailleurs très bon !) Je vais me coucher pensant que la nuit allait arranger les choses , tu parles, j’y dors vraiment trop mal en respirant comme un mourrant.


Ma Cryptonite

18/10/07 Vu la nuit que j’ai passé, je ne vais aux premiers cours du matin (grand schelem de la semaine pour celui de 8h30…). Je misère pour aller à ceux d’après et oui, j’ai encore trop de mal à respirer (Pour moi, je crois que les noix sont encore pires que la Cryptonite pour Superman, alors imagine !) Après, les cours, je reste un peu avec Anaïs et Martina, sa colloc’ italienne. Nous faisons n’importe quoi sur la pelouse devant la fac’ (pour changer !). Je rentre ensuite chez moi, j’essaye de me soigner avec les moyens du bord mais sans de Chaman Express, c’est difficile. (Jack, tu pourrais faire 3000km en moins d’une demi-heure quand même, tous les chamanes sont capable de faire ça ,non ?). Je prend un bain, méga-chaud et bois une mixture bouillante à base de poivre, de citron, de sauge avec un succès mitigé mais qui me permet de sortir ce soir quand même.


De la sauge, je vous épargne les photos de poivres et de citron et il faut que j'arrête avec les photos inutiles...

Willy m’a parlé d’une fête organisée par un allemand du nom de Mickaël en ville. Nous décidons avec Anaïs et Doramas que j’ai retrouvé au cours de Salsa au gymnase de l’université, de nous y rendre avec une petite bouteille, histoire d’être bien vu. C’est un peu la croix et la bannière pour acheter de l’alcool après 22 heures dans un reuch (24 Oras,ici!) car c’est illégal d’en vendre passé cette heure. Heureusement qu’un vieux nous vend une bouteille discrètement. J’appelle Jonathan qui nous renseigne sur l’endroit du Piso en question. En route, et ce qui tombe plutôt bien, nous croisons la co-loc’ autrichienne Maria avec des collègues Germanophones qui sont eux vraiment invité. Nous nous incrustons, la fête se passe en première partie sur le toit. Nous restons très peu de temps car nous ne connaissons personne et il y a beaucoup trop de monde surtout quand il faut tous rentrer dans le salon pour éviter le tapage nocturne. Cette nuit,, je suis pris d’horribles crises dignes des plus grands asthmatiques, à un moment, il faut que je respire assis pendant bien une demi-heure, impossible de me coucher. J’ai cru que j’allais mourir ou au moins finir à l’hosto.

19/10/07 Je ne sais pas comment je vais faire, ce soir, c’est le soir de notre crémaillère et je suis sur le trône en pleine crise d’asthmes… Bon,je décide donc d’allonger ma nuit au maximum afin d’aller mieux sans succès, je me réveille à 15 heures, toujours avec une flûte dans la gorge, je décide donc d’aller voir un médecin, j’arrive donc aux urgences de La Laguna ( ne savant pas où aller) mais vu que la descente en ville s’est bien passé, je me dit que je peux me passer d’un toubib pour l’instant, et que je ferais mieux d’aller acheter quelques médocs à une pharmacie, j’en trouve une, le mec, un espèce d’ancien intello boutonneux avec une des raies dans les cheveux les plus belles que j’ai vue déjà, ne comprends pas un mot de ce que je lui dit ( et n’essaye pas vraiment !) et me dis que je suis obligé d’aller voir un médecin avant. Bon, c’est peut-être comme cela en Espagne, j’en sais rien, je retourne donc aux urgences. En chemin, je crois Willy, je lui explique mon cas, il veut m’accompagner vu que je galère en Espagnol et que lui se demmerde beaucoup mieux, cool, nous retournons voir notre copain pharmacien, et là, même si Willy lui explique bien,ce que j’aurais aimé pouvoir lui dire, il lui répond exactement la même chose. Voyant comme moi sa nonchalance, mon co-loc’ me propose d’aller voir à une autre pharmacie, j’accepte et là, c’est mieux, j’achète de la Ventoline, ( mais si vous savez le spray des asthmatiques !) et de la crème Vaporub qui dégage les poumons. Quel bonheur ces spray d’asthmatiques, ça va mieux beaucoup mieux en deux minutes, cool, je suis opérationnel pour la fête de ce soir.



Du vapoRub et de la ventoline, pardon, je ne peux pas m'en empecher.


Nous préparons une piste de danse et le patio ainsi que le toit. Les gens commencent arriver à vers 22 heures. Deux heures après au summum, nous arrivons à une cinquantaine de personnes, pour la majorité entassé dans la cuisine (l’endroit où se trouve la picole !), les gens en particulier les Erasmus (déjà démontré lors des soirées bisontines de même acabit, chez le jack ou dans les bars…) aiment s’entasser dans un lieux, ils doivent être agoraphile. Enfin, la soirée ensuite perds peu de sa foule, mais ( c’est là que je les aiment le plus) monte en intensité avec un mix’ Salsa-rock signé Manuel, plein de monde sur la piste, tout le monde rigole bien, c’est vraiment cool, même quand Guilmo ,une canarienne vomi tout le rouge qu’elle a bu devant l’entrée des chiottes puis dans des vieux sacs plastiques…J’analyse, les dégâts, ça va, c’est plus son pantalon qui a pris que l’appartement. D’ailleurs, elle a eu tellement honte qu’elle a disparu dans la demi-heure en taxi ce n’était pas grave pourtant. Je commence de nouveau à ne plus pouvoir respirer, je prends donc mon tube de Ventoline pour m’en injecter discrètement ( je n’aime pas passer pour un asthmatique !) Mais, je le perds directement après (A croire que je suis maudit !) Après une recherche vaine en me disant que la soirée est foutu pour moi, que je n’ai plus qu’à aller dormir ( en galérant pour respirer en plus !). Andrea a retrouvé mon tube, ouf ! Allez, c’est reparti ! On danse jusqu’à 6 heures puis les guitares sont de sorties pour un concert de borrachos qui s’entend jusqu’à 8h. Les survivants, Manu et Martina, nous aident à ranger.

Il faudrait que j’aille me coucher mais je n’ai pas envie, j’aime bien écrire mais je sens que je ne vais pas assister aux fameux cours Metodo para la fisica de 8h30…Et ton avenir Florian !

20/10/07 Doramas nous prépare un petit chocolat chaud avec du gâteau que nous avons précieusement gardé hier soir et sauvé de la marée humaine. Manu et Martina s’en vont, je vais ensuite me coucher et dors jusqu’à 18 heures, je range ensuite avec mes co-loc’ la casa, un sacré bordel tout de même ! Ensuite, vous le savez, je m’octroie une bonne heure d’écriture. Mes co-loc’, on préparer à manger des pâtes avec une sauce aux légumes et de la mangue de Gran Canaria, un délice pour les papilles.


Des mangues

Je sors ensuite, à bloc , vu le nombre d’heure qu j’ai dormi… Ma maladie s’arrange peu à peu quoique des fois, j’aie toujours cette flûte qui revient. Nous allons tout d’abord avec Anaïs boire quelques rhums, chez une copine françaises de Mayotte, on retrouve là-bas nos deux potes médecins pépé et Jérôme. Ensuite, nous sortons en ville direction cuadrilaterra (le quartier de la fiesta), ce soir, le blue’s bar ne nous attire pas, il faut dire qu’on y passé toute notre dernier semaine, nous rencontrons Maria, l’autrichienne avec plusieurs de ses copines qui nous propose le bar Reggae El Escenario, elles ne veulent pas y rester. Pourtant, l’ambiance est pépère, nous décidons avec Anaïs d’y rester boire une petite mousse. La sélection du DJ est vraiment sympa, un peu toute les tonalités Reggae/ Ragga, j’ai même pu entendre attention tenez-vous bien du Dub Incorporation, oui, oui ! J’avais déjà entendu du Tryo au blues bar mais c’est quand même plus connus que Dub inc’, ça m’a vraiment entonné mais fait grandement plaisir. Par contre déjà au blues bar aussi, j’ai remarqué ça, les canariens sniffent trop de poudre même dans des petites soirées comme celle-là, enfin, je ne suis pas là pour juger et je ne peux pas vraiment car je ne suis par rester encore assez longtemps, ici, pour le moment et peut-être qu’il y a vraiment beaucoup d’homosexuels qui ne veulent pas se montrer alors ils s’embrassent dans les toilettes, qui sait ? (Mais ça m’étonnerait qu’ils soient tous enrhumés !) Enfin, nous restons dans le bistrot plus longtemps que prévu même jusqu’à la fermeture après un Cuba libre (Ron et Cola), une tequila (les shooters, ici, sont des vrais shooters ils sont remplis à ras bord de tequila et pas un vieux fond avec du Schweppes à gogo comme j’ai déjà pu voir dans certains bar français…) et une discussion sans grand interêt avec un borracho qui me fait comprendre que je ne maîtrise pas encore l’espagnol suffisamment car je n’y comprend pas un mot. Le borracho est vraiment un bon indice à langue, si tu arrives à comprendre un borracho qui te parle dans sa langue alors tu maîtrises cette langue au niveau Puta Madre. Voilà pour ce samedi soir !


Cuba libre!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flo
President
President
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 32
Localisation : la tête dans un verre de Ron Arehucas
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Journal de bord   Lun 29 Oct - 20:09

25/10/07 à 16h46
Mi casa- Calle Cabildo 14
San Cristobal de la Laguna – Tenerife


Hello les amis ! Je vous écris au réveil, dans mon patio du Tryo dans les enceintes, ok, c’est un peu tard pour se lever mais bon ma vie ne va pas vers les taulards, non ? Le temps, ici, est le temps classique de La Laguna, c’est nuageux et niveau température, c’est juste bien ni chaud, ni froid quoique à peine trop de vent mais quand je pense au temps de certaine région (8° en pleine journée), je ne me plains pas…

21/10/07 Je me réveille vers 12h-13h avec un message qui me fait plaisir, ca y est Fabien, le surfeur, viens de s’acheter une planche, il part surfer cette après-midi vers Bajamar, cool ! Après un bon petit déjeuner, rangé un peu la maison et écris mon journal, je vais à l’estacionne, Anaïs me rejoint et nous rencontrons nos deux potes Allemands Jonathan et Alan qui vont au même endroit que nous. Au spot, les vagues sont petites et ne se forment pas très bien car il y a beaucoup de vent, enfin pour un débutant comme moi cela ira très bien. Après avoir dit bonjour à Charlotte et Virginie qui bronzaient sur la plage, je chausse mes palmes et me lance jusqu’au spot. Là, je rejoins Fabien qui me donne un petit cours sur les vagues et sur les techniques du bodyboard. Nous restons dans l’eau deux bonnes heures, Je me prends quelques vagues plus ou moins bien, mais à la fin, je suis pris de crampes au mollets (Je n’ai pas l’habitude de forcer autant sur ceux-ci !) et la fatigue me fait oublier que nous sommes beaucoup dans l’eau et je manque à deux doigts de me prendre quelques surfeurs kamikazes en pleine tête. Il faudra que je fasse plus attention à ça, la prochaine fois car mettre des coups de boules dans l’avant d’un surf n’a pas l’air de faire vraiment du bien. Je galère un peu à remonter sur la plage car j’essaye de remonter par les rochers voulant préserver ma chevelure doré du sable mais les rochers, les vagues et les palmes me donne un peu de fil à retordre.


Photo stylé du phare entre Bajamar et punta del hidalgo

Nous rentrons bien fatigués quand avec Anaïs on a la super idée d’essayer de manger les figues d’un figuier de Barbarie, vous savez les gros cactus plats avec peu d’épines qui font des fruits en forme de figues et de belles fleurs orange. Par contre, prenez garde ! Ne connaissant pas bien ce cactus, je décide de cueillir les fruits, quelle connerie je n’ai pas fait ! Pensant que les épines qui ressemblent à des petits pinceaux avec pleins de poils sont justement toutes douces comme des poils. (Ben tiens, tu parles, chaque poil est une épine qui s’enfonce bien dans la peau et qui te pique…Aie !), je cueille, bien sûr, trois, quatre fruits et les donne à Anaïs. Quand je m’aperçois que mes mains sont bourrées d’épines et ça me pique de partout dès que je frôle quelque chose. Nous essayons tant bien que mal d’en enlever le maximum avec toutes sortes de techniques mais il y en reste toujours des récalcitrantes qui resteront pendant plus de trois jours, (je crois qu’aujourd’hui c’est terminé, enfin !).


humm! les bonnes figues pleines d'épines!

Pour finir, nous mangeons dans une sandwicherie-zumeria (un terme qui veut dire qu’ils font des jus avec des fruits frais, un juterie quoi !). C’est un peu plus cher que l’autre coup mais je bois un jus de raisins-papayes qui envoie ! Puis nous rentrons…


De la papaye, je vous épargne le raisin, je pense que vous connaissez!


22/10/07 J’arrive quand même à me lever pour 8h30 mais je m’endors au fameux premier cours de la journée, (normal, c’est des maths), le début de journée se passe bien, nous mangeons à la cafétéria une spécialité sud-américaine : arroz a la cubana., une assiette de riz avec une sauce à la tomate accompagné d’une saucisse, d’un œuf poché et d’un plantano frito (banane canarienne frit) en temps normal, aujourd’hui ce sera sans.


Arroz a la cubana

Mais, ensuite, je vais à la bibliothèque faire mon devoir de mécanique des fluides et là, je me prend la tête car pensant réussir, je me bloque sur des vieux trucs et je n’arrive à rien, enfin si, je fais quelque chose mais je sais pertinemment que c’est faux, ça me saoule mais j’ai fait quand même mon travail, ça vaudra sûrement deux (un peu plus peut-être avec l’immunité Erasmus.) Ensuite, c’est l’heure du fameux cours d’informatique qui est rigolo, mais pas aujourd’hui, je suis tellement énervé que le fait d’essayer d’ouvrir le système d’exploitation me gave au point où cinq minutes après je prend mes clics et mes clacs et me tire. Je goûte pour me réconforter avec mes colloc’ mais ce n’est pas terrible. Ensuite, je regarde un peu la télé mais hormis les informations où je ne comprends pas grand-chose, il y a que des merdes de jeux télévisés (que Doramas adore, je l’engueule car il croit qu’il va se faire une culture générale avec ces débilités) ou des feuilletons. Je m’accorde une petite sieste d’une demi-heure. Doramas nous propose d’aller jouer au billard pourquoi pas, nous faisons une petite partie dans le bistrot du coin à fond branché sur le rallye automobile (je joue vraiment comme un manche enfin une queue, c’est plus approprié !).


Faites attention à ce que vous dites, je pourrais mettre une photo de rallye!

Puis, je décide de rejoindre Anaïs qui a fini son cours de badminton avec Doramas !). Je rencontre mon pote Argentin Maxi du premier jour puis nous bouffons de nouveau dans une sandwicherie où mon coloc’ canarien nous payent gracieusement le repas. Nous finissons dans une brasserie à boire une bière (il n’y a personne en ville le lundi impressionnant par rapport au week-end !) en regardant du football américain (c’est d’un naze, je préfère cent fois le rugby…) puis nous allons nous coucher tranquillement quoique un peu tardivement!


C'est pas de ma faute, faut bien mettre ds images!

23/10/07 Je me lève vers 10h, choisissant de ne pas me lever pour aller au deux premier cours de la journée (de toute façon, ça ne sert à rien), je vais à la sala de lectura pour finir mon travail et faire un peu d’Internet. Ensuite, je me dirige en cours où j’apprends que mon travail et ma prise de tête liée n’a servi à rien puisque le prof ne ramasse pas le travail fait. Il faut passer à l’oral pour être noter et vu mon espagnol, je choisi de rester assis confortablement sur ma chaise. Ca m’apprendra à travailler… A 14heures, nous nous retrouvons Anaïs, Doramas, Martina, sa copine Carolina (une italienne d’un froid…) et moi à notre rendez-vous quotidien du manger. Aujourd’hui, c’est Fideua, des sortes de pâtes cuisinées comme une paella.


Fideuá

Puis, j’ai rendez-vous avec Fabien pour surfer, il me prend dans sa voiture, une veille corsa qu’il vient d’acheter pour pas cher et qui fait un vieux bip quand il l’ouvre ou la referme. Nous allons à Bajamar une fois de plus en discutant de ses problèmes de colocation, de sa vie avant ici… Au spot, les vagues sont aujourd’hui magnifiques, pas de vent et un soleil plombant digne des plus beaux jours d’été bisontin mais, pourtant nous sommes en semaine, il y a un nombre de surfeurs fous sur tous les spots du coin. Nous retrouvons encore Jonathan et Alan qui bronzent en révisant leur espagnol. Toutes les conditions sont bonnes pour passer une après-midi de surf excellente, malheureusement comme un con en mettant mes palmes dans la flotte, j’en perd une qui va directement au fond de l’océan, putain, je passe plus d’une heure à essayer de la retrouver, en vain, c’est comme chercher une aiguille dans une botte de foin. Je bouffe plein de sable et d’algues. Ensuite, j’essaye de trouver une palme qu’un bodyboardeur aurait perdu, rien bien sûr, je suis plus sur le cul glissant sur les cailloux qu’à trouver du matériel de surf ! Bon, j’essaye quand même de surfer sans palme pensant que je pourrais faire quelque chose, quedal, déjà en montant sur ma planche, la première vague que j’essaye de passer me retourne et me plaque au fond puis je galère à atteindre les surfeurs. Je n’arrive pas à me prendre de vagues car je manque de vitesse et quand je me prend une, je mets un temps fou et me prends des dizaines de vagues dans la tronche avant de rejoindre le pic des vagues, l’endroit tranquille et pour couronner le tout, il y a beaucoup trop de monde. Nous rentrons ensuite, cette après-midi n’a pas trop été bénéfique pour moi niveau bodyboard, j’ai plus passer mon temps à lutter contre les éléments. Si, ça m’a appris que les palmes, c’est indispensable en body.

Snif!
A mon retour, je ne fais rien, je tape mon journal jusqu’à deux heures du mat’, je discute un peu avec Willy qui est arrivé vers 1h00. Doramas n’est pas rentré, il ne m’a pas donné trop d’explications mais je le soupçonne d’avoir passer la nuit avec une allemande qui lui a tapé dans l’œil…
24/10/07 Je ne vais toujours pas au cours du matin, trop fatigué, je rejoins Anaïs à la pause de 10h30, nous faisons quelques photocopies de cours à la reprographie de la fac’. Je vais ensuite à mes deux cours, où je ne comprends toujours pas grand-chose, d’ailleurs le cours de mécanique des fluides me fait de plus en plus peur car aujourd’hui, c’est les oraux des problèmes, c'est-à-dire, la correction des problèmes par les élèves eux-mêmes, ce qui montre le niveau de l’amphi et moi qui ne capte pas une ligne d’exercice, ça promet pour les exam’. Après manger et chambrer mon colloc’ sur la nuit passé, je profite un peu du beau temps de La laguna et file à la bibliothèque où je discute enfin avec le vieux guadeloupéen Kévin, ça faisait un bon mois qu’on s’était pas parler, ça fait plaisir. Et je vais de nouveau au cours d’informatique astrophysique où je ne capte toujours rien. Je n’y fais pas grand-chose à part discuter sur le web avec un vieux pote de Danjoutin Mathieu qui est parti en Finlande (décidemment aujourd’hui !). Ce cours me fout quand même les boules car tout le monde est à fond et j’ai l’impression que il n’y a que moi qui trouve ça peu nul. J’ai trop l’impression de ne pas être à ma place dans ces classes et amphis de la faculté de physique, il faudrait peut être que je songe à faire autre chose mais pour l’instant j’ai encore besoin des bourses (je ne suis pas fou non plus). Je vais ensuite avec Anaïs à Decathlon acheter une nouvelle paire de palme, ça me fait trop chier, évidemment il n’en vende pas séparément et ça me coûte de nouveau 20 euros. Au final, même si j’ai réussi à remplacer ma leash, j’ai quand même réussir à perdre ces 20 euros deux semaine plus tard (putain de malédiction !). Je songe à mettre ma palme dans ma veste mais les vigiles me matent trop et en partant, je repère qu’ils sont vraiment à bloc et file des gars avec les caméras, communique en talkie tels des mecs du GIGN, je te jure et moi, qui n’est jamais de chance dans le vol, je préfère donc payer. Je vais ensuite faire des petites courses pour la maison à Alcampo et rentre. Je mange quelques pâtes avec Anaïs préparé par Willy et nous filons au café 7, mercredi, soirée Erasmus oblige, je bois quelques bières en discutant avec un peu tout le monde puis nous allons danser un peu au blue’s bar. Et voilà, je refumes des clopes, j’avais pourtant arrêter, pour cause de maladie (une semaine sans broncher !). A la sortie du blue’s, un vieux trop drôle, nous fais un remake de classiques avec une voix de borracho à en dérider plus d’un. Nous finissons au bar d’en face, l’o’clock, un peu moins bien que le blue’s car il y a beaucoup trop de monde mais c’est vraiment sympa ce soir, nous y dansons sur les classiques du rock avec les potes Erasmus et Manu qui est toujours fourrés dans les bistrots jusqu’à très tard la nuit, quand il sort, ce n’est pas pour rien…

25/10/07 (Aujourd’hui) Je me réveille à 15 heures savant bien sûr que j’ai avancé mon week-end (bien, mon petit, bien !). Je me fait un petit déjeuner de fou à la canarienne avec café, une mixture au gofio, miel, weetabix, platanos accompagné de lait, jus d’orange et galletas Maria (une tradition, ici, des petits biscuits ronds qu’on mélange au lait ou qu’on tartine qui ne sont pas super bon mais une fois qu’on a le nez dedans, impossible d’en sortir) tartiné de beurre et de confiture.


Platanos de Canarias


y Galletas Maria

Puis, je décide de ne rien faire, juste écrire. Je suis encore sur le patio, la nuit est arrivée, Willy aussi, il est 20h30. Tryo a changé, c’est Pink floyd dans les enceintes. Plus j’écris, plus j’aime ça, j’espère que vous aussi. Cette calme fin d’après-midi va sûrement se transformer en un week-end encore mouvementé car au programme, il y a un fête ce soir, l’annif’ de francesco, puis demain surf en matinée et Full moon party le soir à Tejita. Ensuite, peut-être excursion dimanche avec l’Auri ( assoc’ des étudiants étrangers).et dans le futur, c’est noël au pays et Dublin pour New Year (Si Bernard veut bien avoir un peu confiance en lui !), ensuite je ne sais plus rien de ce qui peut m’arriver, seul l’avenir pourra décider de la suite de ce journal. Et voilà, j’arrive au bout, ça fait presque un mois que je suis ici et tout se passe à merveille mieux que je n’aurais jamais imaginé. Le seul bémol, c’est à nouveau les cours qui ne me plaisent pas et qui sont censé être le fils conducteur de mon avenir mais en vrai, c’est plutôt pour tapisser le fond.(Quel métaphore !). Allez les enfants, il faut que je décroche de cette chaise. Suerte Amigos para el futuro , hasta luego…(On dirait que c’est fini mais ne vous inquiétez pas, je reviens dans deux, trois jours avec pleins de conneries en magasin !) Bisous, votre dévoué serviteur…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flo
President
President
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 32
Localisation : la tête dans un verre de Ron Arehucas
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Journal de bord   Mer 14 Nov - 18:58

31/10/07 à 16h14
Mi casa- Calle Cabildo 14
San Cristobal de la Laguna – Tenerife


J’ai pris du retard de nouveau pour vous écrire, il faut dire que je n’ai pas vraiment le temps entre la fête, la fête et la fête… Aujourd’hui est comme beaucoup d’autre jour, un lendemain de fête, je vais peut être aller en cours mais je n’ai pas encore décider, on verra dans une demi-heure…

23h30 après avoir mangé quelques pâtes au basilic de ma composition, nous allons donc moi et mes companeros à l’anniversaire de Francesco. Nous nous sommes un peu déguisé, j’ai mis mon chapeau de cow-boy troué pour mes cheveux et une moitié de ma paire de lunette (pardon, ké, je les ai cassées, il y a une semaine, elle n’ont pas survécues à la poche avant du sac, je sais qu’elle t’ont coûté très cher…), Doramas avec une moitié de barbe et l’autre moitié de paire et Willi (en fait, ça s’écrit avec un i) en péruvien funky. La fête est comme la dernière, beaucoup de monde et d’alcool (quoique comme toujours à la fin, c’est dur d’en trouver !). Je discute un peu, me fait chier un peu aussi, je galère pour trouver à fumer un peu. Marcus me sauve en me payant un joint à la fin. Tout le monde s’en va sur les coups de 3h00. La seule chose qui a différencié l’anniv’ d’aujourd’hui et la crémaillère c’est le chant d’anniversaire au début (feliz comple ano…) mais c’est tout, ce n’est pas vraiment très original. Si, à la fin je rigole bien avec les quelques personnes qui restent en dansant sur du chemicals et du fatboyslim. Nous allons ensuite avec ceux-ci dans un bistrot, nous y dansons la dernière demi-heure qui reste sur des tubes espagnoles. La musique s’arrête pour annoncer la fermeture, je chante donc ma chanson punk favori, mina et des chansons espagnoles à la con du style Ricky Martin (un, dos, treis…) et La Macarena avant de se faire jeter gentiment du bistrot. Il ne reste plus que moi, Jonathan, Francesco, leur coloc’ Maël, Marcus et deux Norvégiennes. Nous décidons donc de trouver un bar pour danser encore. Il y a juste le Barock ouvert à cette heure, une boite de nuit, nous nous y dirigeons, je me trouve une banderole fait avec une cagette en carton « producto de las islas canarias » afin d’être vraiment ridicule pour entrer mais j’apprend que ça va me coûter 7 €, j’abandonne donc l’idée et rentre me coucher en faisant un méga herbier avec toutes les plantes que j’ai trouvé en remontant (j’espère que le séchage va marcher !).

26/10/07 Je me lève vers 14h00, et après une mixture de gofio me dirige vers mon rendez-vous imaginaire à 15h00 à l’estacion pour rejoindre mes amis imaginaires. Ce soir, il y a apparemment une grosse fête sur une plage pour la pleine lune, nous avons décidé d’y aller. Je dit imaginaire car je ne sais pas qui m’a dit ce rendez-vous hier car il n’y a personne quand j’arrive au guaguas, ça ne peut pas marcher à tous les coups. Tant pis, je vais y aller avec des vrais gens vers 17h00 en attendant, je me fais payer un café immonde chez les filles par Anaïs et Martina


La estacion de guagua de La laguna
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flo
President
President
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 32
Localisation : la tête dans un verre de Ron Arehucas
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Journal de bord   Mer 14 Nov - 19:07

2/11/07 à 1h34
Mi casa- Calle Cabildo 14
San Cristobal de la Laguna – Tenerife

Allez, je vais essayer de rattraper mon retard, un peu du moins, je suis chez moi, et non, je ne suis pas de sortie ce soir. Les deux derniers jours ont été chargés et les suivants risquent d’être pareils, je m’octroie donc une petite pause, bon, il est déjà tard mais pour une fois que je n’ai pas 4 grammes dans les bras…

Nous retrouvons donc les autres vers 18 heures à l’estacion de Santa cruz. Par chance, un guagua qui n’était pas prévu dans nos horaires (je ne comprends pas du tout les systèmes de transport, ici) nous prend et nous emmène à notre plage désiré, Las Galletas au sud. Après une bonne heure de bus dans les paysages désertiques du sud remplis de champ d’éoliennes (et on est sur le site de Consciences, non ?), nous arrivons enfin à destination, un mec qui parle toutes les langues du groupes nous renseigne sur l’endroit de la fiesta. Nous passons faire quelques courses chez l’épicier du coin, pendant ce temps là, je cherche un distributeur en vain. Tania, une allemande me prête un peu de sous pour acheter à boire mais au final, je n’achète rien, je préfère attendre de voir ce qui se passe. Nous nous installons dans les rochers sur la plage, il n’y a pas grandes installations juste un bar Le Vai Moana qui passe de la House à fond apparemment ça va se passer par là, c’est loin de la fiesta root’s qu’on m’avait annoncé avec pleins de feux sur la plage, etc…Ca me fait penser à une soirée pleine lune que j’avais faite en Corse et en général, c’est bien ambiance discothèque et qui dit discothèque dit ballon qui vire au rouge donc je retourne acheter une bouteille en ville, l’Arehucas est trop cher donc ce soir ce sera Ron-miel, un liqueur de Rhum au miel, spécialité de Gran canaria.


Ron miel

Je trouve enfin un distributeur pour rembourser mes dettes et je retourne sur la playa où nous casse-croutons un peu et buvons beaucoup. D’autre Erasmus nous rejoignent. Nous nous baignons vers 22h30, histoire de goûter l’eau. Cette première partie de soirée se passe très bien, nous sommes plus d’une vingtaine. Ca discute sérieux sur des questions métaphysique de mon acabit, est-ce que les avions ont des klaxons ? (Questions qui reviendra accompagné d’imitations des bruits d’un Klaxon à chaque fois qu’un avion passe, c'est-à-dire à coté de l’aéroport sud toutes les 30 secondes), ça danse aussi de la danse traditionnelle canarienne


Las galletas by night selon Maria


Dernière édition par le Mar 27 Nov - 0:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flo
President
President
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 32
Localisation : la tête dans un verre de Ron Arehucas
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Journal de bord   Mer 14 Nov - 19:15

2/11/07 à 12h54
Mi casa- Calle Cabildo 14
San Cristobal de la Laguna – Tenerife


Toujours chez moi, ça y est ça recommence, je n’arrive plus à écrire, j’essaye pourtant mais soit je m’endors comme hier soir, soit je ne trouve pas le temps comme aujourd’hui. Je vais essayer d’avancer, je n’ai qu’une demi-heure et c’est plutôt cours pour rattraper ma fabuleuse histoire…

Après les explications de Willi et Marcus, sur les pas de danses, nous tentons de danser mais sans musique c’est plutôt difficile.
Je préfère donc danser la lambada avec Anaïs, l’eau nous mouillant les pieds car la marée monte de plus en plus, nous enchaînons ensuite sur du rock mais après avoir craqué son pantalon dans des tentatives de rock acrobatique, nous préférons stopper nos activités. De toute façon, c’est l’heure d’aller voir au bar-boite, danser sur de la vraie musique. Nous faisons une petite pause près de percussions pour taper un peu dessus avec Willi qui bien sûr déjà dieu de la guitare et de la flûte du Pérou est dieu de la percu (moi, je suis assez une chiotte, ça va !). Ensuite, nous partons pour la fête, il y a deux parties, une dans le bar et une à l’extérieur pour les refoulées . Je suis encore trop bourré tout se passe trop vite, un mec tout bourré tente du monocycle en jonglant avec des massues de feu, c’est quand même sympa même si il n’arrive pas à exécuter grand-chose. D’ailleurs, nous testons le monocyle avec Anaïs et je n’arriverais à rattraper ma semaine … bisous…

Martina, Marcus et Willi en mode Rock 'nd Roll acrobatique


Dernière édition par le Mar 27 Nov - 0:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flo
President
President
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 32
Localisation : la tête dans un verre de Ron Arehucas
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Journal de bord   Mer 14 Nov - 19:46

3/11/07 à 16h56
Mi casa- Calle Cabildo 14

San Cristobal de la Laguna – Tenerife


Je ne suis pas dégoûté, je suis vert. Putain, je suis trop con, je vais finir par me faire sucrer les bourses si ça continue comme ça. Enfin, vous saurez tout très prochainement le temps que je rattrape mon retard.

Nous buvons à fond de Ron-miel (c’est vraiment trop sucré ce truc !), il faut au moins cela pour danser sur de la house naze (quoique qu’ils ont sorti quelques percussions pour accompagner !). La soirée s’enchaîne, je ne sais plus trop dans quel ordre. Je sais quà un moment, nous essayons d’entrer dans le bar mais le vigil ne nous laisse pas passer peut-être parce qu’il a vu que je tentais de voler des bouteilles et que je buvais dans les verres qui traînaient. Ou c’est peut-être, mon short orange hawaïen et mes dreads qui lui plaise pas. Ce n’est pas grave, je vais m’appuyé contre un mur pour me reposer avec Anaïs Un mur, tu parles, une pile d’agglo qui s’écroule faisant un boucan pas possible au milieu de la fête. Je pars me cacher, je rencontre pépé, on fume une cigarette avec lui en faisant n’importe quoi , je rencontre Fabien de passage, puis je pars taper sur un djembé (comme une bouse mais ça vous le savez…) enfin je réussi à entrer par un autre coté dans le bar, c’était un vigil plus sympa, je me sers un fond de whisky-coca trouvé sur le bar et pars dans un quête du graal, demander au dj’s d’envoyer de la drum and bass qui malheureusement j’achève bien vite car mon copain videur m’a repéré et a décidé de me mettre dehors, je me débats un peu en lançant des « porqué ? » « Qué hago ? » mais en vain. J’ai l’idée à la con de lui faire sentir ma crinière mais Anaïs m’en empêche, à temps, heureusement car je pense que j’aurais passé un sale quart d’heure. J’essaye encore quelques fois d’entrer sans succès. A mon avis, j’aurais continuer, ça aurait finit autrement comme un certain soir au Styl (boite de bezak..) où avec Adri et Meloch, mes anciens voisins, ont s’en ai pris plein la gueule : lacrymogènes et coup de pied cadeau pour moi. Ca n’arrivera pas ce soir, je vais m’écrouler sur la plage à une certaine heure de la nuit.

27/10/07 Ouch ! J’ai bien mal à la tête, ce matin, l’alcool trop sucré, ce n’est pas bon et le soleil est de la partie, ça tape à mort à las galletas. Je me lève difficilement. J’apprends qu’il y a eu pleins de vols hier soir. Il y a déjà eu des espagnols qui cherchaient une veste mais ce matin, deux français et une allemande sont fait chourée leurs sacs dont un celui de Jérome avec tous ses papiers. Ils ont retrouvé des morceaux, un peu partout, pas cool. Moi, j’ai eu de la chance car pendant un bout de la soirée, je laissé traîner mon sac n’importe où. Pour se réveiller, Anais, francesco, le colloc ‘ à Jérome et moi allons boire un cortado (café-crème) dans le troquet du coin. Nous y mangeons une tapa de tortilla trop bonne et pas cher. Je raconte ma vie à Anaïs puis nous partons nous baigner. C’est pas trop mal las galletas, pas trop de touristes, une eau claire, une plage avec des rochers un peu partout, un petit port de pêche avec du poisson frais, je décide d’ailleurs d’aller en acheter quand nous partirons. Nous nous mettons à l’eau un petit coup puis arrivé 14h, nous partons dans un restaurant manger avant le guagua. Je n’y manges rien, on voulait prendre une grosse planche de calamar mais le kilo est en fait 200 grammes ( ?!) et c’est vraiment cher (une tortilla équivalente à celle de ce matin coûte trois fois plus !). J’y bois juste une bière. Je ne peux pas acheter de poissons car quand je suis repassé, les pécheurs s’étaient barrés.


Las Galletas avec les cabanes de pecheurs en premier plan


De gauche à droite : Tania Anais Willi(avec le caillou) Benjamin moi Martina et je ne sais pas le prénom de la dernière (Lo siento!)
(toutes les photos de Maria : http://fotos.topfen.net/index.cgi?mode=view&album=/Maria)

Nous prenons de justesse le guagua (je paye d’ailleurs plus cher qu’à l’aller, va comprendre !) J’arrive donc chez moi, je ne fais rien, nous grignotons jusqu'à huit heures avec Doramas en discutant de gonzesses, il me fait d’ailleurs des tranches de courgettes coupée très finement à l’aide de son naife (couteau canarien qui vient de knife en anglais à cause de l’influence des peuples marins dans ces îles.) cuit dans de l’huile, trop bon.

Le naife

Nous décidons ensuite d’aller à un petit festoch organisé par l’université. Nous allons donc acheter quelques bières et de manger (ici, je n’arrêtes pas !) un petit bocadillo dans un truc sympa sauf qu’on s’est calé à coté d’un mec qui pleurait dans sa bière, pas top pour le morale. Nous hésitons grandement devant car il y a peu de monde et si nos bières ne rentrent pas, ça fait chier. Au final, les gars ne fouillent pas les sacs, et la musique (Ca fait bien longtemps que je n’ai pas fais un vrai concert !) nous poussent à rentrer. Peu de monde au début, un premier concert de funk au début (Arepa funky !), pas mal mais sans plus. Les gens arrivent peu à peu, après un entracte théâtre de rue, un peu naze je dois avouer (d’ailleurs en déconnant sur eux, j’apprend par mon co-loc qu’ils existent des champis dans les fameuses îles, il faut que je pousse mon enquête…), on a droit à un concert hard-rock, hardcore, bon, ça ne vaut pas Hatebreed mais ce n’est pas si mal, le chanteur est à bloc, fout la merde, c’est marrant.





ThisDrama, le deuxieme groupe.

Le troisième concert est un mélange de deux groupes, métal et reggae, c’est un peu bizarre mais ça donne bien. Et enfin, ce pourquoi les gens étaient venues, les punk de tenerife, Guerilla Urbana, ça envoie bien un genre de ska-p mais en remplaçant le coté ska festifs par du punk pur et dur. C’est marrant d’avoir un groupe comme cela dans un festival organisé par l’université (plutôt parrainée car c’est le syndicat étudiant canarien qui organisaient et ouais même ici, il y a de l’UNEF) parce que le public, ce n’est pas les étudiants de beau quartier, hormis deux, trois blousons noirs de 14 ans avec un appareil orthodontie (Enervé comme si il avaient vécu toutes les peines du monde si peut être la fraise de l’orthodontiste), c’était plutôt bien punk avec un vraie petit pogo. Enfin, je ne suis pas déçu d’avoir poser 6€, c’était vraiment pas mal.





Et Guerilla Urbana!

Je file ensuite au blue’s bar voir un peu, il n’y a personne que je connais si une copine à Willi mais qui ne parle pas beaucoup. Je bois une bière, fume un pétard qu’une fille m’offre gracieusement et retourne à mi casa dormir. J’en ai perdu Doramas qui doit être avec une chica et qui me reveillera 2 heures après car il n’a pas les clefs. (Fumier !)

28/10/07 Je me réveille croyant qu’il est tard (heure d’hiver), j’organise rapidement mon après-midi, Anaïs me propose une rando ou une visite de l’île, quand je décolle Willi est parti grimper el teide (et moi ?) et Doramas dort dans le canapé. A l’estacionne, je m’aperçois que je me suis réglé à l’envers, je gagne donc 2 heures, cool, l’après midi n’est donc pas foutue. Et j’en ai marre d’écrire pur aujourd’hui a+


Dernière édition par le Mar 27 Nov - 0:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flo
President
President
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 32
Localisation : la tête dans un verre de Ron Arehucas
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Journal de bord   Mer 14 Nov - 22:34

4/11/07 à 15h16
Mi casa- Calle Cabildo 14
San Cristobal de la Laguna – Tenerife


Je suis perdu entre les filles, la fac, l’avenir. Je ne sais que faire et il est déjà 15h00 , je suis encore dans mon lit, trop borracho pour me lever. J’attends l’appel de surfeurs mais je crois qu’ils ne viendront jamais.

Je rencontre en attendant Anaïs, Francesco, Allan et d’autre qui vont à la plage et surfer. Anaïs arrive nous cherchons une rando, peu de bus le dimanche, nous partons direction punta de hidalgo, dans le massif du nord : Anaga. J’invite Allan et francesco à l’anniversaire surprise pour Willi dans le bus. Nous trouvons un chemin de rando pas trop pour l’après midi, environ 1h45 aller en montant (700m de dénivelé tout de même) jusqu’à un petit village du nom de Chinamada. La randonnée est vraiment sympa, ça grimpe bien, mais le paysage est magnifique au bord de la mer, désertique digne du Colorado. Il ne fait pas très beau tant mieux car quand ça doit taper attention ! La flore est bien diversifiée, je n’ai jamais vu autant de cactus (San pedro, peut-être ?). Un ami chien nous accompagne pendant tout le trajet, il doit surement guider les gens jusqu’au bistrot en haut, chose que nous faisons d’ailleurs : Boire une Dorada au sommet.



Le massif de Anaga (les photos d'Anaïs sont mieux quand même mais faut attendre ! )

Nous redescendons tranquillement enfin jusqu’à un certain moment puisque la nuit est en train de nous manger tout doucement donc nous courons une bonne partie du chemin, c’est trop bien de courir dans des sentiers, il faut que tu sois hyper vigilant et ça te donne des putains de sensations. Nous arrivons en sueur dans Punta de hidalgo pour se rafraîchir, nous allons nous baigner dans la piscine municipale. Des piscines d’eau de mer au bord de l’eau, ouvert tout le temps. Ca permet de ne pas se tuer sur le récif dans les grosses vagues. Il y a même des poissons pour nous accompagner.


La piscine de Punta del Hidalgo

Nous rentrons à La Laguna et pour finir nous mangeons une pizza pour deux dans un restaurant. Ce n’était pas mauvais mais il n’y a personne le dimanche dans cette ville, on se serait cru à Belfort (je vais un peu loin quand même…).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flo
President
President
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 32
Localisation : la tête dans un verre de Ron Arehucas
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Journal de bord   Mer 14 Nov - 22:40

4/11/07 à 17h15
Mi casa- Calle Cabildo 14
San Cristobal de la Laguna – Tenerife


Allez, je reprends un peu après avoir retrouver difficilement mes esprits encore bien floue. Je n’ai pas trouvé de potes pour sortir tant pis, on verra plus ce soir ce qui peut se passer…

29/10/07 Je n’arrive toujours pas à me lever pour 8h30 en même temps le cours du matin ne sert à rien, le prof ne fait que réciter son ours et va poser des questions en espagnol. Je veux aller au deuxième mais impossible à trouver quoi que ce soit dans cette maison, il me fallait le tube de Ventoline impossible à trouver (des fois, surtout le matin, je galère à respirer, j’espère que ça finira par se calmer un jour) puis après l’avoir trouvé dans mon sac où j’était persuadé de ne pas l’avoir mis là, c’est au tour de mes clefs qui étaient cachées de mes draps. Au final, je suis trop en retard pour y aller, je préfère donc déjeuner puis aller au suivant. Les deux cours se passe bien , l’après-midi aussi, je ne fais pas grand-chose. Le cours d’astrophysique se passe toujours aussi mal mais j’apprends que samedi, on va au Teide, observer les étoiles toute la nuit, ça peut être intéressant tout comme chiant. Le soir, je ne fais pas grand-chose, non plus. Je fais semblant d’avoir oublier l’anniversaire de willi (pour la surprise). Ah ! si, je fais à manger un repas qui déglingue, j’ai appelé ça Calamar à la floriana , c’est des rondelles de calamar fraichement péché à Alcampo ( bientôt, ce sera du vrai calamar péché à la turlutte) qui baignent dans une sauce tomate, légumes, épice, ( d’ailleurs, j’ai mis un piment du voisin dedans, aie ! C’est un peu trop fort pour moi ….) accompagnées de riz. C’était vraiment bon.

humm!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flo
President
President
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 32
Localisation : la tête dans un verre de Ron Arehucas
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Journal de bord   Mer 14 Nov - 22:45

4/11/07 à 18h50
Mi casa- Calle Cabildo 14
San Cristobal de la Laguna – Tenerife


Je n’arrive pas à écrire tout d’un bloc aujourd’hui, je viens de me réveiller sur le canapé et je me coule un café car j’ai vraiment la tête dans le cul. Le voisin joue depuis le début d’après-midi à un jeu vidéo car j’entends toujours la même musique de fond depuis tout à l’heure et j’ai enfin trouvé quelque chose à faire.

30/10/07Aujourd’hui c’est l’anniversaire à Willi donc je ne me lêve pas (C’est une excuse bidon comme une autre !) A la pause de 10h, Anaïs me propose de ne pas aller en cours et de nous dorer la raie sur la plage mais je refuse, eh ! il faut que j’aille à l’école un peu tout de même. Les cours se passe plutôt bien, nous mangeons encore du fideua ou du arroz a la cubana (c’est bon mais c’est un peu toujours la même chose à cette cafétéria !) puis je file à Mercadona, un supermarché préparer l’anniversaire de willi, il faut que je me dépêche les gens arrive à 19h30. J’achète donc tout ce qui faut pour un punch d’enfer (je pensais faire un punch avec que des fruits canariens mais les prix sont exorbitant donc j’achète plutôt des boites !) puis je vais à la maison



Avec Doramas, nous préparons le punch, willi peut arriver d’un moment à l’autre donc je fais des toasts dans ma chambre (J’adore l’odeur du paté dans ma chambre !). Je finis, willi arrive, il ne se doute de rien, le temps n’ait pas avec nous ce soir, il pleut. Manu vient trop en avance mais Doramas l’éloigne, ça va, il a un parapluie, lui. Car dix minutes après à 19h10, c’est au tour de Francesco et ses coloc’ de venir, (et oui, il pleut trop alors ils n’ont pas pu attendre !) fais chier ils vont tout faire foirer… C’est Willi qui ouvre la porte bien sûr, il est étonné de voir Francesco car il ne l’a pas invité, je crois que la surprise est ratée. Francesco raconte un vieux bobard, willi n’a pas l’air très content de les voir, (tout comme moi, mais je feinte.) Tant pis, on continue notre stratagème, willi va donc comme prévu (un peu trop lentement même), faire des courses avec Doramas pendant que les gens arrivent à la maison. Quand willi reviens, nous sommes une dizaine caché dans sa chambre mais tout se passe trop vite à mon goût car nous n’avons pas eu le temps de bien nous cacher mais bon, ce n’est qu’un détail car willi est vraiment surpris, quand tout le monde se met à chanter feliz comple anno. Il ne savait pas du tout et ne y a même pas penser. Ca l’émut beaucoup. Avec Doramas, on est content de notre coup, ça a bien marché. La fête se passe bien, des gens arrivent après nous nous retrouvons à une bonne vingtaine, le punch part à la vitesse de l’éclair ainsi que mes toasts. Nous voulions aller à un resto après mais vu que c’est bien cool, l’idée fut passée à la trappe. Les filles ont préparé un gâteau, un je crois avec des noix (elles veulent ma mort, ce n’est pas possible…) et l’autre le fameux tiramisu de Martina. Willi souffle avec difficulté (ah ! les bougies magiques!) ses 28 bougies, nous lui offrons notre cadeau que Doramas a acheté au marché Dimanche, une veste, un porte –clef naife et de l’encens.Puis j’emmerde un petit coup mon coloc’ qui est avec une chica dans mon lit, il prend la fuite dans sa chambre, c’est plus tranquille pour lui et moi ça me plait plus Ensuite, nous mettons de la musique afin de danser, je tente de passer de la drum and bass, ça passe plus ou moins bien puis de la tribe qui ne passe pas du tout. Vu comme je me fais insulter, j’envoie donc en cadeau du Micropoint, et là je me fais jeter comme un malpropre au bout de 30 secondes (j’ai l’habitude, tu me diras !). Je fais donc mon punk en insultant tout le monde de facho de la musique et je m’en vais fumer des joints avec les voisins dans la cuisine. J’y discute pas mal de temps, mon enquête avance peu à peu, je crois que c’est dur de trouver des champis à l’état naturel, ici, mais les cactus restent toujours un mystère…Les gens s’en vont peu à peu, je me lance dans un live, je joue pendant un bon quart d’heure et fini croulant d’applaudissements (non ,ce n’est pas vrai, je ne me fais pas insulter mais presque, enfin, ça aussi, j’ai l’habitude…) A part,mon coloc’ willi qui apparemment sincèrement à beaucoup aimer mon live et aimerais qu’on crée une chanson, lui à la guitare et moi au machines, ce serait cool, on verra bien. La soirée se termine donc sur mon live (je crois que ça fait fuir les gens…) vers 2h00 mat’, c’est tôt pour une fois mais je suis dans le même alcoolique que les autres soirées.

Je sais qu'elle vous manque tellement!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flo
President
President
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 32
Localisation : la tête dans un verre de Ron Arehucas
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Journal de bord   Mer 14 Nov - 23:10

7/11/07 à 18h50
Mi casa- Calle Cabildo 14
San Cristobal de la Laguna – Tenerife

Ne t’inquiète pas Quentin, c’est comme les séries, petit à petit sinon, ça va te saouler. Me voici encore chez moi, préférant secher les cours pour rattraper mon retard dans ce récit.

31/10/07 Evidemment que je ne me lève pas ce matin enfin j’essaye mais j’ai tellement la tête qui tourne à 9 heures que je préfère dormir jusqu’à 13h -13h30. Je nettoie ensuite le bordel de hier en particulier la vaisselle qui est conséquente aujourd’hui en écoutant de la grosse Drum and bass et du hardcore. Je me motive quand même pour aller en cours à 17h, bon il n’y a pas vraiment cours, raté ! Mais je rencontre mon groupe pour l’observation samedi, ça a l’air compliqué, les gens sont vraiment à fond (tellement que pendant leurs temps libres de la nuit, ils veulent encore observer les étoiles pour le fun, moi, je pensais plus emmener des bouteilles…) et ils ont des bonnes bases en astrophysique, normal, ils choisissent cette voie depuis la 1ere année ; moi avec mon école Guy Moreels, je suis, on ne peut pas mieux dire, à la masse. Vers 19h, je rentre chez moi, willi a invité deux travellers à squatter quelques jours, un néo-zélandais d’origine suisse et un suédois (blond aux yeux bleu…).En préparant la comida, je discute pas mal avec Sam, le Néo-zélandais, de ses voyages, de son objectif (pour l’instant, rejoindre l’Amérique du sud en bateau, ça donne des idées…), et du monde qui va mal en général. C’est un solitaire (un pêcheur..) qui est affecté beaucoup par ce qui l’entoure, si bien que je le sens triste et bien perdu. Enfin, ce soir, c’est quand même la fête, il faut se préparer car c’est soirée déguisé chez Manu pour halloween (On va tous crever, on va tous crever…) Après avoir mangé, nous nous trouvons tous un déguisement Willi et son célèbre Inca funky, Peter le suédois en hippie avec un faux pétard plus que gros, Sam en homme des îles avec une robe de feuilles de palmier et enfin Doramas et moi en Reporters, moi, le présentateur avec chemise et micro ( un putain de micro que j’ai fait avec mes petites mains…) et son fidèle cameraman avec caméra ( du grand art dans le bricolage express) et casque. Nous filons donc chez Manu, en discutant, le hippie jouant de la guitare, l’inca de la flûte…

Ca change du pipo du collège!
La fête se passe bien, il y a tous les Erasmus que je fréquente souvent, les médecins, les italiens, anaïs et ses colloc’, Fabien et sa copine, mes deux binômes d’observation Erasmus… Nous rigolons vraiment bien, je comprends pourquoi Doramas m’a proposé ce déguisement, ça permet de draguer des minettes en leur posant des questions… D’ailleurs mon colloc’ a finis dans le lit à eau de Manu avec l’italienne de hier.


De sacré reporters !

Une interwiew de choc ! (De gauche à droite : Jenny et les coloc' italiens Francesco, Andrea et Carlotta)

Notre hippie suedois Peter !
http://www.piecejointe.com/fichier.php?IDFichier=11497
Pour le fun !

Nous finissons à 10h, Manu et deux, trois de ses potes se finissent au Whisky en chantant du rock en yaourt à fond devant le PC (qui fait office de chaine.)

1/11/07 Il est presque 11 heures quand j’arrive dans mon lit, je dors quelques heures. Vers 15h, je me fait réveiller par Peter pour manger une tortilla (à la suédoise). Nous mangeons sur le toit, un grand soleil pour nous accompagner. (le seul hic à ce repas, c’est ces putains d’avions, il y en a pas beaucoup mais c’est l’heure de pointe et c’est chiant ce bruit : no ampliacion de los roedeos !) Il n’y a que Peter et Willi à la maison, Sam est parti se balader, Doramas est rentré dans son île. Nous décidons ensuite de partir nous baigner à notre plage préférée de Bajamar. J’y emmène mon bodyboard mais il n’y a qu très peu de vague et je suis trop fatigué pour en faire, je préfère loquer en dormant sur la plage, je ne me baigne même pas, j’ai trop froid (si vous saviez la température qui fait ici, vous m’en colleriez une direct !) et je n’ai pas trop envie. Nous jouons un peu de guitare (moi, plutôt les maracas et encore…). Marcus et Felicita nous rejoignent. Nous regardons une énième foi le coucher de soleil sur l’océan (à croire que c’est lassant... non, à chaque fois c’est toujours aussi émouvant). Après avoir loupé la guagua qui est passé sous notre nez, nous nous baladons en attendant le prochain dans Bajamar, c’est sympa à peine trop touristique mais pas comme le sud. Nous décidons aussi que demain, nous ferons tous une sortie plage comme les autres Vendredi dans le sud cette fois-ci.

J'ai interet à apprendre le bodyboard avant cet hiver !

Nous rentrons, je n’ai pas la force de sortir, je fais des pâtes à la carbonara de puta madre (Merci Maman !). Nous mangeons avec Willi et Peter, Sam n’est toujours pas rentrer. En débarrassant la table, je casse une bouteille de vin, putain, elle était pleine, fait chier, je passe une demi-heure à tout nettoyer (Ca pue le vin et ça coupe le verre !). Ce fut le coup final, je ne sortirais pas ce soir, il y a tout qui me fait chier et je sais que je vais m’ennuyer. Pour finir, nous tentons de faire de la musique avec Willi, bon ce n’est pas terrible mais ça peut donner des bonnes choses si on réfléchit mieux, un mélange d’électro et de guitare, vamos a ver ! Je m’octroie ensuite une bonne nuit de sommeil.

J'adore les photos de bouffe ( faut dire que j'ai faim ! )


Dernière édition par le Mar 27 Nov - 13:22, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Journal de bord   

Revenir en haut Aller en bas
 
Journal de bord
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Un journal de bord ?
» Journal de Bord - Explications
» Un journal de bord, c'est quoi ?
» Modèle de journal de bord
» Code pour votre journal de bord

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Consciences - Forum de l'association :: Tout et Rien-
Sauter vers: