Consciences - Forum de l'association

Actualités et Debat de l'association
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Journal de bord

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Flo
President
President
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 32
Localisation : la tête dans un verre de Ron Arehucas
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Journal de bord   Mer 14 Nov - 23:20

8/11/07 à 19h36
Mi casa- Calle Cabildo 14
San Cristobal de la Laguna – Tenerife


Hola Ninos ! Je prend un petit temps avant devinez quoi ? Une fiesta pour vous écrire.

2/11/07 Je me lève assez tôt ce matin, on a rendez-vous à la plage vers 14-15 heures. Je veux écrire un morceau de mon journal quand un type sonne à la porte, c’est un flic (habillé en civil), il ne veut pas nous dire pourquoi il est là. Il prend avec soin tous nos papiers, nous pose pas mal de questions. Je comprends ensuite pourquoi toute cette enquête sur nous. Des gens parlant allemands ont cassé une croix (cruz de piedra) du patrimoine de La Laguna et une vierge dans le quartier, le soir d’halloween, ils ont donc suivi nos squatteurs qui rentraient chez nous (un deux était pied nu et l’autre blond au yeux bleu, ça ne loupe pas !) Enfin, je pense qu’il a vu qu’on n’avait rien fait car il discute de choses moins graves à la fin (mais bon ça reste des flics !).
Ils nous ont mis en retard, ces cons, nous nous pressons un peu pour rejoindre l’estacionne de guagua et Santa cruz. Nous rejoignons là-bas des potes allemands de Willy, Marcus et Felicita (qui sont en retard eux-aussi). Nous allons dans le sud-ouest direction la Caletta après Las Americas.


L'estacion de Santa Cruz

Le bus est bien long, je lis le journal Metro que j’ai trouvé à Santa cruz et vois un article sur la fameuses cruz de la piedra et pas un petit article (je comprends pourquoi autant de questions maintenant !). Je dors un peu, lis un géo à marcus sur les hyènes, les geishas et tenerife. Nous jouons aussi à se faire deviner des mots puis nous arrivons sur las Americas où nous changeons de bus. Quelle ville de merde ! Ca pue le touriste friquée à 10 km à la ronde, les langues officielles de la ville sont l’anglais et l’allemand, les maisons typiques des gros hôtels 4,5 étoiles avec piscines et jacuzzis. Au final, tout ce que l’homme peut faire de pire en tourisme se trouve dans cette région de Tenerife.


Las americas - No comment

Nous arrivons à la caletta en périphérie de Las Americas, nous y faisons quelques courses dans une épicerie super cher (à chaque fois j’oublie qu’il faut qu’on fasse les courses à la laguna, vers la plage c’est beaucoup trop cher !). Puis, nous longeons les falaises pour trouver une crique avec une plage de sable (blanc, cette fois-ci). L’endroit est magnifique, l’eau y est super claire et propre. Nous y rencontrons Maria, un des filles de l’appart d’Anaïs avec ses potes Espagnol. Nous nous baignons, bon les nudistes j’aime bien ça, ça me dérange pas quand willi ou Marcus se mettent à poil pour se baigner mais quand c’est tout le monde c’est chiant, c’est bon, je n’ai pas trop envie de voir la bite de tout le monde (et de montrer la mienne par ailleurs) et surtout que c’est que les mecs qui se mettent à poil (allemands et pays du nord en majorité, fais peut être trop chaud en maillot de bain.) et les filles, alors ? Enfin, ça va que c’est juste pour se baigner sinon je pense que j’aurai vraiment du mal. Des gens vont chercher du bois pour le feu de ce soir (mais les arbres ici sont plutôt rare !). Anaïs, les français et quelques italiens arrive ensuite. Et il faut que je pense à moins détailler parce que je n’arriverais pas à rattraper mon retard bisous.


Les côtes de la Caleta


Dernière édition par le Lun 26 Nov - 19:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flo
President
President
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 32
Localisation : la tête dans un verre de Ron Arehucas
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Journal de bord   Mer 14 Nov - 23:32

10/11/07 à 14h56
Mi casa- Calle Cabildo 14
San Cristobal de la Laguna – Tenerife


C’est cool La Laguna, je suis tout déf’. Mais je prends un retard fou sur ce journal, je me suis fixé une semaine maximum de décalage et je n’arrive pas à satisfaire ce quota, pourtant je n’en glande pas une…

La soirée se passe bien, nous mangeons même de la comida caliente avec un réchaud grand luxe que des allemands ont apporté, du couscous et de feduea, Peter maudit en fait tomber deux fois son assiette dans le sable. Anaïs nous apporte une surprise, un des potes est passé

Du réchaud de Pro !
et lui à emmener de la cancoillotte, ça fait plaisir de manger du franc-comtois sur les plages de Tenerife. J’en fais goûter un peu à tout le monde, nous buvons ensuite du vin, fumons des pétards au sons des guitares… Bizarrement, peut être à cause du changement d’heure, il ne reste plus grand monde à peine à 23 heures, quelques français, Maria et ses potes (dont un guitariste à bloc) autour du feu (qui ne dura que 20 minutes !) et peter qui essaye de draguer une espagnole en chantant du Me gusta tu (ça fait la 10 eme fois qu’on l’entends jouer cette chansons, il n’en connaît que deux.) Nous finissons le peu d’alcool restant en rigolant sur deux françaises qui sont jamais contentes de rien et qui petent plus haut que leurs culs (en même temps, on ne peut pas leur en vouloir, c’est des parisiennes !) et de Peter et sa technique de drague Me gusta tu. Nous chantons pour la mille et unième fois Mina et du Roi Heenoc aussi (Même aux Canaries, le king du rap français agit, t’entends ?). Nous essayons de nous faire payer du Ron par un groupe d’espagnol (dont un qui essayait de parler anglais, euh spanglais l’anglais appris et prononcer par les espagnols). Sans succès, ils nous feintent en faisant semblant de ne pas trouver la bouteille. Nous nous couchons ensuite sur la plage.


C'est un met bien franc-comtois!!

3/11/07 Je me lève tranquillement vers 11 heures sous un grand soleil. J’ai bien dormi quoique les fraîcheurs du matin furent un peu difficiles. Nous allns nous baigner puis nous nous essayons à la plongée en apnée. Les fonds sont pas mal, bon, je ne pense pas que ce soit la guadeloupe mais il y a quand même quelques poisons colorés et un eau d’un clair ! Je décide ensuite de partir vers 12 h 30, j’ai un bus à 16h pour l’observatoire, il ne faut pas que je le loupe. Je laisse les autres à la Caletta qui partent manger et attends le premier bus déjà pendant une bonne cinquantaine de minutes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flo
President
President
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 32
Localisation : la tête dans un verre de Ron Arehucas
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Journal de bord   Lun 26 Nov - 19:27

11/11/07 à 17h25
Mi casa- Calle Cabildo 14
San Cristobal de la Laguna – Tenerife


Ca y est, je n’ai plus vingt ans, et oui , c’est mon anniversaire aujourd’hui, et je n’ai rien prévu, de toute façon, c’est toujours à chier donc je ne préfère rien faire, on verra si c’est mieux. Sinon, mon quota n’est plus respecté, il faut que je rattrape ça.

Arrivée à Las Americas, je m’aperçois que le bus que je devais prendre ne passe pas le samedi, Joder, il faut que je me tape un tout lent qui n’arrive qu’à 14h30, tu me diras ça me laisse encore une heure et demi et si j’ai de la chance, je peux arriver à l’heure. Cette chance n’est pas avec moi aujourd’hui, je dors le long du bus, et quand j’ouvre les yeux à dix bornes de Santa cruz, il est 15h50, Joder, nous arrivons ensuite à Santa Cruz à 16h00 mais ce n’est pas ma destination finale, je prends donc le bus pour La laguna qui mets encore 20 minutes, Joder ! J’arrive en courant à la fac de physique et devinez ce que le gardien me réponds : le bus est parti depuis un quart d’heure, oh non ! Joder !(bon, j’arrête) Je suis trop con, non seulement je ne vais pas cours mais si je commence à sécher les practicas, ça va être pire encore. En plus ça pouvait m’intéresser à croire que les dieux de la faculté me maudissent. Tant pis, je rentre chez moi, mange quelques pâtes, tape un peu mon journal jusqu’à huit heures où je sors en ville, je peine à trouver un distributeur qui accepte les billets pour recharger les téléphones. Je tourne ensuite un peu en rond essayant de trouver des amis. Je finis par aller chez Anaïs où je bois quelques bières et un peu de vin pour oublier en attendant qu’elle finisse de manger. ( et oui ! pour changer, j’ai décidé de me mettre épave ce soir car il n’y a que là-dedans où je ne suis pas mauvais…). Ensuite, nous filons au Pirata Brasilliero, boire un petit cocktail pas trop cher, je prends une spécialité une vodka avec de la chantilly et du chocolat, un délice ! Nous passons pour continuer la soirée, chez Jérome et les italiens,où on se fout de ma gueule pour cet après-midi, normal, nous buvons quelques Ron, écoutons Mina, la vraie version sur un PC (il faudrait qu’on les apprennes ces paroles…) et reprenons notre route avec tout le monde en ville, on nous perdons dès les premières secondes tout notre effectif. Avec ceux qui restent, nous allons boire des tequilas au bar reggae.


Les chanteurs de Mina : les ams d'ta femme (cadeau pour toi mon jaco!)

Je m’enfile avec Anaïs plus d’une dizaine de tek. Et nous filons du bistrot sur les genoux. Je trouve ensuite un mec de ma classe lui raconte toute ma vie (je déchire l’espagnol, ce soir !). Et au moment, où je lui dit que les gens sont vraiment sympa ici, une bataille de canette s’improvise dans la rue, un mec d’un piso a balancé une bouteille sur les gens en bas, bien sûr, ceux – ci, ont riposté et pendant 5 minutes du verre a volé entre les deux camps, quel bordel ! Vraiment des gens sympa, ces canariens ! Je retrouve ensuite Anaïs, Nous cherchons un endroit pour danser même vu l’heure tardive, nous finissons de nouveau dans l’appart de Jérome où nous picolons nos derniers verres, mangeons de pâtes faîtes par des italiennes (al dente, s’il vous plait, ce n’est pas des italiens pour rien !) et fumons les derniers pétards. Je rentre chez moi enfin, le lever du jour accompagnant mes titubements d’alcoolique. C’est quand même loin chez moi, l’aller, ça va tout seul, normal ça descend mais le retour des fois, ça me gave ce putain de dénivelé. J’arrive donc chez moi les gens se levant, moi m’écroulant dans mon lit.

4/11/07 C’est ma mère qui me réveille, heureusement, j’ai failli oublier l’anniversaire de mon papa. J’ai le droit à toute la famille au téléphone, au saut du lit encore tout borracho, c’est dur ! Il est vers 16h, je me mange des pâtes (avec des œufs et de la tomate.) puis ne fais rien, jusqu’à la noche, enfin je tape mon journal, fais une sieste, un peu de musique… J’ai rendez-vous au café 7, ce soir pour du cinéma. Je suis trop fatigué, une bière et une clope me font tourner la tête comme j’en avais bu quinze. Il y a la colloc’ d’Anaïs Martina et ses copains , Anaïs et Quentin. Les courts-métrages pour ce que je comprends (pas grand-chose mais on m’a expliqué après !) sont sympa. Quoique, le premier est un peu bizarre, c’est un remake de la petite fille aux allumettes d’Andersen mais à Santa Cruz ?! (Comment tu veux mourir de froid à 10°C en minimales hivernales). Un deuxième, plus rigolo sur un mec qui discute de l’éducation des enfants et à la fin, tu t’aperçois qui vend de la drogue et le dernier trop lent et trop film français, une meuf qui galère car elle vit avec son père qui a tué par accident son premier enfant. Ah ! Quand même, c’est vraiment bien de vivre, ici, moi qui pensais que l’insularité allait nous couper de la culture universitaire et artistique, et ben je me suis trompé, ça vit, c’est créatif et c’est jeune (même plus qu’à Besançon.). Avant de rentrer, nous mangeons dans une sandwicherie « Casa Peter » des burgers et des perros calientes ; traduction de l’anglais de Hot Dog, et oui ! Nous aussi, on pourrait appeler ça des chiens chaud, non ! (Non à l’anglicisme, t’entends ? –Roi Heenoc-). J’essaye de suivre la conversation entre Martina et ses potes mais je suis trop amorphe pour comprendre quoi que ce soit.


un perro caliente

Enfin, on arrive à la fin de cette journée avec le résumé de mon week-end avec mes co-loc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flo
President
President
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 32
Localisation : la tête dans un verre de Ron Arehucas
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Journal de bord   Lun 26 Nov - 20:02

12/11/07 à 14h27
Mi casa- Calle Cabildo 14
San Cristobal de la Laguna – Tenerife

Ca y est, je n’ai plus 20 ans, je suis un vieux maintenant. Je vous écris de chez moi fuguant les cours à la façon San Diego, j’en profite donc continuer mes écrits.

5/11/07 Evidemment, je ne me lève pas, je sens que les partiels vont plutôt être difficile, je vais à la faculté et avec Anaïs, on décide de sécher pour aller se baquer vu le beau temps que nous offre l’île. Je vais
rapidement au rectorat, faire signer et faxer mon contrat d’étude à Besançon et je vais prendre mes affaire chez moi. J’arrive au rendez-vous à l’estacion à 13 heures, nous décidons de découvrir une plage inconnue, sur la carte, il y a une ville pas très loin de la mer Santa ursula, nous prenons donc le guagua dans cette direction.. La route ne va pas du tout près de la mer, c’est proche mais il y a une sacrée hauteur entre les villages et la mer, de plus nous loupons Santa Ursula, nous nous arrêtons au terminus à La Orotava. C’est un petit village touristique, nous décidons donc de le visiter, nous baladons dans les rues en pente constituées de maisons typiques canariennes, c’est vraiment joli.



Quelques Photos de La Orotava

Nous faisons les vrais touristes en visitant les boutiques à touristes, la
spécialité, ici, c’est les fresques de sable et de fleurs, et la dentelle.


Il y a une fête religieuse avec les gens qui font plein de fresques dans la rue


La dentelle, spécialité du village

J’achète des graines pour mon jardin de tomates et de mimosas (pour faire des tomates mimosas.. ok, ok, c’est nul mais bon il fallait) et un gros cigare canarien de l’île de La palma, non, ici on ne fume pas des cubains mais des canariens quand je vous dit que c’est l’Amérique latine ces îles.


Du mimosa

Ca y est , je recommence.

Puros de La palma

Ensuite, nous visitons un moulin à gofio et nous grimpons le plus possible dans le village puis, nous redescendons après avoir profiter de la vue. Nous trouvons sur notre route des fruits oranges bizarre, d’ailleurs je ne sais toujours pas leurs noms, j’en goûte un, ce n’est pas mauvais quoique ça pique un peu, on verra pour le mal de bide.


Un moulin à Gofio

J’achète des affaires de cours dans un bazar (la verdad) et nous trouvons avec anaïs, une sorte de Bar-PMU mais à l’espagnol (ils sont plus branchés loterie), la fariña, pour manger un peu. Nous y mangeons quelques tapas, une tortilla et des croquettes de poissons. J’essaye ensuite de me trouver des nouvelles tongues sans succès, trop cher, pas belle, ou pas ma taille. Nous reprenons le guagua vers 6h pour La laguna. Pendant, le voyage, j’emmerde une fille en lisant dans son dos son People et faisant des commentaires à Anaïs (Tu savais que Sophie Marceau était avec Christophe Lambert ?). A la fin, elle change de place, pourtant j’ai rien fait de mal. J’aide Anaïs à faire des courses pour la comida de ce soir à La laguna. Puis, nous rejoignons chez elle, où elle nous prépare un repas franc-comtois ramené par son pote, La boite chaude de Mont-d’or avec des saucisses de Morteau et Montbéliard oui !



C'est bien quelques choses qui manquent,ici!

Nous buvons du pastis que j’ai trouvé au Supermercado (Ce goût d’anis
me fait bien plaisir). Mes colloc’ arrivent, nous dégustons ces spécialités accompagnées de salade, de charcuterie et de patates King Edouard (les patates canariennes).Ah ! Ça change du fromage espagnol qui n’a pas de goût (un peu comme le gouda !). Nous finissons le repas avec de la cancoillotte et du comté, histoire de faire le tour des fromages de la région (manque le morbier !). Le seul bémol, le vin, on a dû boire du vin espagnol de mesa (de table), aie ! Ce n’est pas les grands crus du Jura.


Sert le jaune, collègue !

Je rentre enfin chez moi à encore une heure tardive le ventre bien rempli.

6/11/07 Aujourd’hui, je vais quand même en cours mais qu’une heure, il ne faut pas charrier non plus ! Après avoir mangé à la cafet’, je me repose un peu dans la pelouse de la fac, puis je vais surfer à Bajamar, j’ai rendez-vous avec Allan et un des ses potes Omar, un type d’Alicante. A l’estacion, nous rejoignent de justesse Doramas et Jonathan qui vient de revenir d’une semaine de vacances dans le nord de l’Espagne. A Bajamar, il n’y a pas de vagues, nous rejoignons les 2, 3 surfeurs qui se trouvent à un endroit où il y a quelques mini-vagues. Je m’en prends quelques unes, évite les chutes d’Allan qui fait un peu n’importe quoi et commence à bien comprendre le fonctionnement du body, il n’y a plus qu’à attendre les grosses vagues qui cassent bien loin du bord.


Alllez, encore une petite photo de Bajamar (avec des vagues!)

Ce n’est pas le cas aujourd’hui, enfin nous restons une bonne heure, heure et demi à l’eau avant de rentrer tranquillement avec le 105, mon guagua favori, d’ailleurs pour le retour, le bus est tout bizarre, grand et haut mais l’intérieur est comme les bus de ville avec plein d’espaces sans assises, étrange, c’est la première fois que je vois un bus comme cela. Après avoir récupérer les planches dans le coffre, je rentre chez moi rapidement, pose mes affaires, mange un sandwich au pâté de thon et redescend en ville. Je vais tout d’abord chez la dueña, la proprio, payer mon loyer, je bois un petit café, discute un peu avec elle, elle me parle de son diabète, de sa vie. C’est comme une vraie grand-mère ! Je repars en refusant une fois de plus le repas avec un sac de pommes et de citron, et un euro de réduction sur le loyer. Ensuite, je vais voir mon colloc’ Doramas et Anaïs à la lucha Canaria. Bon, c’est déjà fini, ils sont maintenant en train de faire un basket (balloncesto) avec des filles. Trop marrant à voir, elles sont à fond dans le jeu mais même Doramas qui joue en tongues avec des grosses ampoules sur les talons est meilleur qu’elles. Le match ne dure pas longtemps une dizaine de minutes. Nous allons ensuite manger un arepa dans une arepera, plazza de la concepcion, (pour rejoindre Maureen et Cedalina) un choix énorme d’arepa mais pour le prix, ils sont un peu petits, enfin.

Iglesia de la concepción
Nous buvons un boisson étrange aussi spécialité du bistrot, pas terrible. Ensuite, Doramas rentre, il ne reste plus que moi et Anaïs et pour terminer cette journée nous allons dans une Tasca, boire du vin, nous y buvons un très bon vin de pays (de Taraconte) en y mangeant quelques olives.


Logo du Vino de Taraconte

7/11/07 Je prends une petite douche et pour une fois, j’arrive à aller à mon deuxième cours de la journée (celui de 8h30, c’est encore trop difficile) avec Anaïs. Bon, je sais maintenant pourquoi je n’y vais pas vu comme j’ai dû lutter pour ne pas m’endormir. Je vais ensuite à la bibliothèque, mon enquête rame, les San Pedro ressemblent trop au cactus dans les montagnes Añaga mais Doramas m’a dit ensuite que c’était des autres cactus, quel désespoir ! J’étais presque près à en jeter dans ma casserole. Je commence à perdre espoir en plus j’ai envoyé un message dans un forum de psychonautique sans réponse… tant pis. J’envoie aussi un mail d’excuses pour samedi dernier et discute enfin avec mes anciens colocataires du 3RB qui n’avaient plus Internet depuis que je suis parti. Je vais à mon cours de mécanique théorique où je m’octroie encore une petite sieste. A 13H, je zappe le cours de mécanique des fluides pour aller manger avec Anaïs chez elle, les restes de lundi. Nous essayons de trouver la banque pour payer la fac en vain et je suis trop fatigué, il fait trop chaud , j’ai faim , bref il y a tout qui m’énerve une fois de plus car déjà que je fous rien en plus je n’arrive pas à faire les trucs importants. Bon, je me calme arrivé a la casa de Anaïs, en mangeant de la saucisse de Montbéliard et de la cancoillotte. En retournant en cours dans l’après-midi, je trouve où on peut payer les droits de faculté mais c’est fermé (sieste oblige !), je vais faire quelques petites courses (avec 8 litres d’eau que je peine à porter jusqu’à chez moi !)

Agua del Teide

puis passe à la fac où il y a le cours d’astrophysique, je n’y comprends toujours rien et ça me fait chier d’être là-bas, je m’en vais au bout de 10 minutes (d’ailleurs, j’y pense, je n’ai toujours pas récupérer de signature pour mon compte réseau… quand je vous dit que je fous rien,ici !). Je rentre ensuite chez moi, prépare une petite comida de pâte avec une salsa au thon, Peter qui est revenu squatter quelques jours arrive avec un peu d’herbe, nous fumons un bon gros joint avant de manger. Doramas qui ne fume pas et qui a rencard ce soir, nous engueule car on ne va pas assez vite et mange dans son coin avant de filer comme l’éclair habillé en beau gosse. Un ami à Willi Moritz, viens aussi dormir quelques jours ici, avant de trouver lui aussi un bateau pour l’Amérique, il est accompagné d’un couple un français de la rochelle et une allemande qui ont le même objectif. (Ces gens m’ont l’air fort sympathique et bien root’s comme j’aime…) Nous discutons un peu avant que je parte avec Peter pour non pas l’Amérique mais pour le café 7.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flo
President
President
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 32
Localisation : la tête dans un verre de Ron Arehucas
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Journal de bord   Mar 27 Nov - 0:27

Juste un petit mot pour dire qu'il ya de nouvelles photos sur le forum (des photos de Maria voilà bientôt celle d'anaïs et les miennes )
Pour voir toutes les photos en Album >> http://fotos.topfen.net/index.cgi?mode=view&album=/Maria

Bisous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flo
President
President
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 32
Localisation : la tête dans un verre de Ron Arehucas
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Journal de bord   Mar 27 Nov - 21:33

14/11/07 à 15h07
Mi casa- Calle Cabildo 14
San Cristobal de la Laguna – Tenerife


Allez, je me motive une petite demi-heure (j’avoue que c’est quand même plus facile que l’école !) pour taper un peu ma vie avant d’aller à mon super cours de Tecnicas Astrofisica.

Au café 7 comme tous les mercredis, je discute à l’aide d’une grosse pinte de Dorada avec mes amis Erasmus, nombreux ce soir. Comme tous les mecredis aussi, nous sommes virés vers minuit de la partie extérieur du bar car le bar doit fermé et nous partons ensuite dans la demi-heure car d’un, il n’y a plus à boire, de deux il n’y a plus de musique, et de trois, il fait trop chaud (et de toute façon, tout le monde fait pareil donc il n’y a plus personne !). Je finis ma soirée encore au blues bar avec une petite Margarita en dansant le rock avec Anaïs, un peu n’importe comment.



8/11/07 Ca commence à être redondant mais bon, c’est un journal, de jour en jour, je commence ici à prendre des habitudes (plutôt mauvaise !) : je ne prends même pas la peine d’essayer de me lever pour aller en cours de toute façon pour dormir. Je tente aujourd’hui après un bon petit dèj’ d’aller à la mairie, vers une heure et demi, j’ai encore cette flûte dans la gorge que j’arrive à ôter à coup de Ventoline (mais il faudrait que je vois un toubib un de ses coups, ça n’a pas l’air de se calmer. Je vais ensuite avec Moritz en ville, j’ai dû mal à lui parler en descendant (le matin et l’espagnol sont deux choses distinctes !), nous nous séparons ensuite près de l’avenue Trinidad quand j’arrive à l’ayutamento, il est juste moins vingt mais c’est déjà fermé, Joder ! Je dois y retourner donc demain (je n’arriverais jamais à obtenir cette carte de résident !). Allez, je file @+

L'ayutamiento
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flo
President
President
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 32
Localisation : la tête dans un verre de Ron Arehucas
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Journal de bord   Mar 27 Nov - 21:45

14/11/07 à 21h17
Mi casa- Calle Cabildo 14
San Cristobal de la Laguna – Tenerife


Ca prend du temps ce journal, entre les mises à jours sur le forum, les photos et le texte, je ne vais jamais m’en sortir, pour l’instant ça va mais le jour où je vais me mettre à travailler à l’école (par exemple…) je ne sais où je vais trouver le temps pour continuer. Allez, j’avance un peu avant vous savez maintenant on est mercredi…

Je passe voir Anaïs chez elle, sur la route je rencontre Martina, je lui souhaite un joyeux anniversaire, et oui ce soir c’est la fête à l’appart des filles pour cette occasion. Puis, j’arrive au Piso, il n’y a que Maria, l’espagnole pour m’accueillir, je discute un peu avec elle de la fac avant l’arrivée d’Anaïs. On discute un peu puis on file en ville, trouver un cadeau pour Martina, on veut lui acheter plein de conneries en rouge et orange ( c’est le thème qu’elle a choisi pour son anniv’.) après un magasins de savons avec plein de savons artisanaux moulé comme des terrines de pâté, nous allons dans un bazar où nous lui achetons plein de trucs divers et variés comme des autocollants en cœur, une ceinture, du savon (beaucoup moins cher que les artisanaux !), une peluche en forme de fleur, des boucles d’oreilles, du papier cadeaux (rouge et orange bien sûr, pour l’emballage.)… Je trouve même des tongues (jaunes par contre) pour moi à 2 € (mais elles attirent la merde et des vielles taches brunâtres se forment rapidement, je comprends le prix !).

Mes tongues
Nous allons ensuite dans un supermercado acheter quelques fruits et légumes rouge et orange, kaki ( ?), tomate, carotte, orange, poivron…J’y achète aussi à boire du vin et de la bière.


Des kakis

Je laisse Anaïs devant la superette pour aller chez moi, j’y tape en peu mon journal, casse-croutons avec mes coloc’ et moritz, fumons un roulé (la première depuis que je suis ici) avec un café et nous habillons en rouge et orange (facile pour moi, je prête même des fringues à Doramas.) Nous partons ensuite à la fête avec Moritz, Doramas reste un peu pour finir un bracelet cadeau (il descendra en vélo après… pardon pour les détails inutiles mais je ne peux pas m’en empêcher) et willi est parti à la danse Canarienne, nous devons le rejoindre mais arrivé au point de rendez-vous, il n’est pas là, il nous appelle au même moment disant que nous devons aller sans lui, il nous rejoindra plus tard. Moritz passe un petit coup de fil à un cyber-café et nous filons ensuite chez Martina. Arrivé là-bas vers 11h, il n’y a très peu de monde Manu, Pep, Jérome, les colocs, des gens qui me connaissent mais que je ne reconnais pas (pardon !). Mais en fait, nous sommes les premiers d’un long défilement de personnes qui emplissent l’appartement. Marcus arrive avec une tenue très sexy (non, pas à poil !), un sac plastique orange en guise de T-shirt, une perruque orange issue d’halloween, une cape, une jupe en serviette rouge et orange. La soirée se passe bien, je découvre un truc vraiment ouf ! Martina écoute de la Tek et pas n’importe quoi de la bonne tek de teknival et elle en a un bon paquet sur son PC, respect ! J’en mets un peu quand même avant de me faire jeter pour le gâteau (soi-disant). Elle souffle ses bougies (25), nous offrons notre cadeau qui plaît à Martina, puis la soirée continue, nous chantons de nouveau Mina mais cette fois-ci avec les paroles que j’ai recopié 5 minutes avant de venir. Je discute avec Mickaël, le type qui avait organisé un fête chez lui (en anglais, s’il vous plaît). Je vais réveiller deux, trois fois Anaïs qui dort depuis 10h30 ( heureusement sinon elle loupait le gâteau et le cadeau…), bois de la sangria maison, du blanc, de l’arehucas (ça va faire mal le mélange !), passe du Aznavour (la bohême), du démon du minuit, du Claude François (Dj flowfly is alive ?) puis des chansons paillardes pour changer (mais, c’est moins bien en vraie chanson enregistré que des borrachos à capella !). Ensuite, nous discutons Psychonautique dans la cuisine.


Mickaël, Martina et Moritz


Un déguisement original de Mirko


Anaïs reveillée pour le gâteau!


Doramas et Marcus


Pep et Manu (derrière regardant au ciel!)

A partir de là, je commence à être vraiment bourré, j’essaye de traduire en espagnol Mina (mais c’est difficile…) à des espagnols bien sûr, j’embête Maria avec son appareil photo avec mes filtres (un morceau de plastiques avec des traces de gras que j’ai trouvé…) en disant que c’est du grand art et que je me sentais comme Van Gogh mais en photographie (bref, du n’imp !) et en final, Martina a fait la connerie de me dire que je ressemblais à Jack Sparrow, alors j’ai joué le rôle d’un capitaine qui partait demain pour l’Amérique du sud avec mon équipage (Manu, Doramas et Quentin) les trois borrachos qui dormaient sur le canapé. Je n’ai pas arrêter pendant 2 heures et en Espagnol, il n’y avait plus un français présent à cette heure. A 6h30, épuisé de toutes mes conneries, je vais m’écrouler dans le lit à Anaïs pour un petit coma d’environ 6h00.


Une fin de soirée difficile pour certain !


Marcus, Moi et mon filtre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flo
President
President
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 32
Localisation : la tête dans un verre de Ron Arehucas
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Journal de bord   Jeu 29 Nov - 14:56

7/11/07 à 21h51
Mi casa- Calle Cabildo 14
San Cristobal de la Laguna – Tenerife


Allez je me dépêche, je suis en retard sur mon planning, bon je vais essayer de le rattraper en détaillant un peu moins sinon ça va prendre beaucoup trop de temps vu comme je suis borracho, alors :

9/11/07 Mon objectif, ce matin, c’est d’aller à l’ayutamento, facile mais la gueule de bois que j’ai, rende les choses plus difficiles. J’ai une envie de vomir phénoménale. Anaïs me guide, j’ai failli vomir dans la salle d’attente mais c’est passé, au final, nous trouvons les documents qu’il faut (il ne fallait pas attendre en fait) mais nous ne pouvons continuer car il est trop tard pour le deuxième bureau. Je dors pas mal sur un banc pour cuver en assistant à la sortie de marié à la marie (avec une veille Peugeot trop bien !) et nous allons boire ensuite un café et manger un pulguito (un mini bocadillo) sur la terrasse d’un bistrot. Ca n’arrange pas beaucoup les choses, j’ai toujours cette gerbe à la con, je vais me reposer encore sur un banc, cette fois-ci près de la plaza de la concepcion. Ca va mieux ensuite, nous voulons visiter l’église de la concepcion mais c’est fermé. Tant pis, nous rentrons chez elle, en passant nous visitons le musée d’histoire de la ville, il y a une expo temporaire gratuite, c’est bizarre des écrans partout sensé représenter les 5 sens, bof, un peu facile…



El museo de historia

Enfin, nous dansons quand même dans la salle sur les rythmes de la borne du sens de l’ouïe, bien marrant. Nous grignotons un coup chez elle, rapidement, avant d’aller au café 7, non ce n’est pas une soirée Erasmus ce soir mais un One Man show, je n’y comprends pas grand-chose au début ( il parle du loft story espagnol gran hermano donc c’est normal que je sois à la rue…) puis la deuxième partie est un peu meilleur pour la compréhension quoique la fin est beaucoup trop pipi-caca avec un vieux sketche sur le caca justement (enfin, le public a adoré, bon…). Ensuite, au blue’s bar, il y a un petit concert rock du groupe dont un serveur fait parti, pas mal, un peu mou quand même. Puis, nous finissons notre soirée dans ce troquet assez tôt car je suis bien fatigué de la veille…

10/11/07 Je me lève tranquillement vers 12-13h, Morritz me paye un pétard, nous mangeons un peu de Mangue qu’il a acheté, je prend une douche (froide, il n’y a plus de gaz depuis deux jours !), en roule encore un gros, puis après avoir dit au revoir à mon squatteur qui partait à Gran Canaria me prepare pour partir dans la montagne décidé à ne pas louper encore l’observation… Je pars tout de même à 15h30 et le temps d’acheter de la vodka (eh, il fait froid au-dessus !) et des clopes quand j’arrive à la fac, il est déjà 16h05 (j’arriverais jamais à être à l’heure…) mais tout le monde n’est pas encore arrivé. Nous partons ensuite, le chauffeur nous met du vieux RNB à fond à la caisse, bon, le paysage compense, les forêts de pins de la Esperanza, la réserve naturelle du Teide avec ses roches volcaniques et ses pentes désertiques et la vue sur Gran Canaria, le Teide ainsi que les villes sur la côtes en bas ( 2500m de dénivelé en moins d’une heure, c’est assez impressionnant).


Photo stylé du teide depuis l'observatoire

Nous arrivons à l’observatoire, c’est gigantesque, des dizaines de dômes pour les télescopes, une ambiance digne des meilleurs films fantastiques, pas un bruit, si juste une machine qui joue 4 notes tout le temps pour bien te mettre la pression la nuit et les 4x4 à la Jurrasic Park avec le logo de l’institut dessus. C’est marrant et la nuit il n’y a pas une lumière (observation oblige !) et ça rend l’atmosphère encore plus impressionnante voire même effrayante (où sont les aliens ?). Nous nous installons dans les chambres qui nous sont réservé (je me tape le mini lit du salon, tant pis…).



El observatorio del Teide (sur la derniere photo, le er batiment, c'est les chambres, le deuxieme le MONS...)

Puis, je découvre le premier engin d’observation, l’IAC 80, nous préparons le télescope pour ce soir, on m’explique un peu comment ça marche car je suis à la rue totale. Nous allons ensuite manger au restaurant de la station, pauvres astrophysiciens, c’est du vieux réchauffé au micro-onde, le poisson passe encore mais les œufs, vraiment…(du plastique !). Et heureusement que c’est gratuit car j’ai vu les prix et ça ne donne pas envie… Nous sommes le premier groupe à observer, bon, il y a des nuages au début (au grand dam, de mes camarades du groupe !) mais ça passe, nous pouvons observer enfin acquérir des images, c’est impressionnant (à la James Bond !) le fait d’entrer tes coordonnées d’étoiles et de taper Enviar, le télescope au-dessus de ta tête va chercher ton étoiles avec plein de bruits (toute cette masse de ferraille qui va chercher avec une ultime précision ce que tu veux, woaow !). Par contre, c’est un peu chiant, au final, c’est mieux que je sois venu qu’une fois car en fait tu attends plus qu’autre chose.

L'IAC80 sous la neige

Le telescope

Et le logiciel d'exploitation.

Ensuite, nous allons rejoindre les autres à un autre télescope plus pourri pour observer comme on veut ce qu’on veut, je vois Mars mais le problème, c’est que il y a trop de nuages donc on n’y voit pas grand-chose. Je préfère alors payer de la vodka pour mon anniv’ et oui j’ai 21 ans ce soir, j’ai le droit au traditionnel comple ano feliz, je bois quelques verres, discute avec quelques espagnols, surtout un galicien du nom d’augustin, puis me repose un peu sur une chaise et ensuite trouve mes ancien coloc’ sur le net qui font la fête à Beuz… Il est 6 heures et il y a toujours trop de nuages, je ne pourrais pas observer vraiment les étoiles avec le MONS (le vieux télescope de 3 mètres fait pour les étudiants, mais qui est tout aussi impressionnant vu que je n’avais jamais vu de télescope aussi gros, merci les cours d’astrophysique de Besançon…). Nous allons nous coucher et je me dit en allant aux chambres que c’est bien la première que j’ai froid ici, il y a un putain de vent et il fait au moins 5°C (t’imagines ! eh ..eh ! ) ;


Le MONS

L'intérieur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flo
President
President
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 32
Localisation : la tête dans un verre de Ron Arehucas
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Journal de bord   Mar 4 Déc - 15:05

18/11/07 à 12h18
Mi casa- Calle Cabildo 14
San Cristobal de la Laguna – Tenerife


Allez, je continue un peu avant d’aller me baigner car il fait putain de beau aujourd’hui…

11/11/07 Je me fait réveiller par mes camarades vers 15 heures (je croyais qu’il était 9 heures et j’ai beaucoup hésité avant de sortir du lit !) Nous allons manger un coup à la cafèt’ quelques bocadillos avec un café et du jus de melocoton. Ah ! Il faudrait interdire le micro-onde aux espagnols, il font n’importe quoi avec, aujourd’hui, c’est avec les sandwichs, il les cuisent (oui oui, j’ai bien dit cuire !) dans la bête, Aie ! Ça a l’air vraiment dégueux mais ça a l’air de leurs plaire bon je me tais.

Le four micro-ondes, l'outil de cuisine des Canariens

Après ce copieux petit-déjeuner, nous reprenons notre petit bus et redescendons la montagne. Je laisse mes collègues pour rentrer chez moi, je tape un peu mon journal. Doramas me dit qu’il a invité un peu de monde pour mon anni’, on verra ce que ça donne. Nous allons manger moi et mes coloc’ dans un chinois bien sympa (j’ai quand même mis du temps avant d’y entrer !). Nous achetons une ou deux bouteilles pour ce soir puis rentrons. A vrai dire, mon anni’ ne fut pas si terrible (je m’en doutais !) car peu de monde que j’aime bien sont venu (dimanche..), de plus des vieux italiens que je n’aime pas forcément ont débarqué (bon, ils ne sont pas rester pas assez de filles, je suppose…).Mes coloc’ m’ont offert un sac à dos très joli, Anaïs des graines de fruit de la passion (faute de San pedro !) et un réveil (qui ne marche malheureusement pas !) et Martina et deux allemands, une méga pochette surprises avec plein de pochettes surprises dedans (un kinder, des chupas avec un cadeau et une autre pochette avec plein de trucs dedans !), sympa. Bref, ça se passe quand même bien mais les gens ne sont pas super à fond. Je finis quand même vers 4 heures avec un concert de guitare électrique (j’ai appris à jouer Sweet Dream alors j’en fais profiter tout le monde !).


Un Maracuya et ses fruits

12/11/07 Je me lève assez tard vers 14-15h, mes coloc’ ont essayé de me réveiller vers 10 heures sans succès.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flo
President
President
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 32
Localisation : la tête dans un verre de Ron Arehucas
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Journal de bord   Mar 4 Déc - 15:15

9/11/07 à 21h44
Mi casa- Calle Cabildo 14
San Cristobal de la Laguna – Tenerife

Et voilà, je suis encore malade comme un chien, ça fait chier et j’ai toujours ce retard impossible à rattraper. Je vous écris toujours de chez moi, bien décidé à aller me coucher tôt !

Je sèche les cours aujourd’hui pour une bonne raison, aujourd’hui et demain, c’est la fugua de San Diego, c’est la tradition ici, pendant ces 2 jours tous les étudiants ne vont pas en cours et font des chuletadas (des barbecues…), l’histoire est qu’un étudiant je ne sais pas pour quelles raisons n’a pas voulu aller en cours et tous ses collègues l’ont suivi et depuis plus de 80 ans, la tradition se poursuit ( quoique elle perd un peu de sa vitalité car les étudiants changent les dates pour faire des ponts et ne se retrouvent plus à un endroit précis de la ville ces jours là !). Dans l’après-midi, je ne fais pas grand-chose, je joue au squash dans le salon avec les raquettes qu’on m’a offert hier avec Doramas puis il m’apprend à jouer aux cartes espagnoles à deux jeux bien sympa et très facile !


La baraja española

Ensuite, nous allons les deux sur son vélo (j’ai bien eu peur, ça descend raide !) à une fiesta chez cedalina et Maureen, c’est pas mal, j’invente encore des conneries (que je suis Eliott dans ET et que je communique avec des chips en forme de radar que je pose sur ma langue !) , nous mangeons vraiment bien de tout salade, poulet, sushi et cuisiné par les colocataires avec très grand soin (et à foison !), nous buvons pas mal aussi . La soirée se termine sur les coups de 2-3 heures. Un truc est par contre mal passé et je vomis encore une fois (Joder !) mais après je dors bien.


Sushi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flo
President
President
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 32
Localisation : la tête dans un verre de Ron Arehucas
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Journal de bord   Mer 5 Déc - 15:06

20/11/07 à 16h29
Mi casa- Calle Cabildo 14
San Cristobal de la Laguna – Tenerife
Personne pour aller à la plage cet après-midi, snif, je vais donc taper mon journal et me motiver à me mettre à jour car au final, j’oublie un maximum de choses et ma pensée est un peu réchauffée au bot d’une semaine…
13/11/07 Avec Anaïs, aujourd’hui nous avons décidé de rejoindre Pauline et sa Coloc’ à la chuletada de lettre, nous peinons à y aller, après des petites courses, nous chopons un guagua et arrivons vers 16 h dans un parc à l’extérieur de la ville. Le lieu n’est pas très beau et les gens sont bien borrachos, il faut dire que nous arrivons tard, il y a déjà eu 2 comas etyliques. De plus moi qui pensait l’ambiance root’s des lettres françaises internationale et ben je me suis trompé, déjà c’est des gens jeunes (voire très jeunes !) puis fashion à fond. Bon, ce n’est pas grave, nous retrouvons Pauline et sa coloc’ (qui s’embrouille d’ailleurs avec un niveau d’espagnole de puta madre avec une fille car elle l’a aspergé avec un bassine d’eau et elle n’avait pas trop envie !) nous mangeons une tarte, une empanada (je crois !), spécialité espagnole, ce n’est pas mauvais, une espèce de tourte au thon, tomate et olives.

La empanada

Accompagné de Sangre de Torro du rouge de la penninsule pas dégueux du tout. Nous ne restons pas longtemps le temps de finir la bouteille puis nous repartons, nous voulons aller à la plage mais les guaguas ne nous sont pas favorables, nous nous rabattons donc sur le parc de la laguna bien sympa, pleins d’activités, un terrain de cross, un mur d’escalade ( avec des vrais escaladeurs et leur calme légendaire !), un skatepark,… Nous testons un peu l’escalade (il faut que je ramène mes chaussures !), puis nous baladons. Nous casse-croutons ensuite chez Anaïs quelques conneries et allons dans un bistrot boire un verre. Je ne fais pas long feu ce soir, bien fatigué avant de me coucher, je m’octroie un café chez Anaïs
14/11/07 Je vais en cours de math à 9h 30 (Toujours aussi fructueux !). La journée est assez banale, je sèche plus ou moins les cours, je mange à la cafèt’, je traîne un peu dehors, je mets à jour mon journal, je ne comprend toujours rien au cours de technique astrophysique (il faut que je me bouge, j’ai interro la semaine prochaine, vendredi je crois qu’il y a un cours pour les Erasmus, j’ai plutôt intérêt à y aller !). Je m’en vais au milieu du cours, finir de mettre à jour mon journal (je n’ai pas encore finis d’ailleurs). Puis, je vais après avoir grignoter au café 7, il n’y a pas grand monde ce soir, je tourne bien en rond au début, il n’y a personne que j’aime bien, puis arrive Doramas, Fabien et Charlotte, Pép et sa sœur (une architecte), Jérôme, etc…. Nous discutons jusqu’à la fermeture. Sur le chemin d’un autre bistrot, je fume un pétard et discute avec un français que je ne connaissais pas un parisien du nom de Kévin (pour changer ! ), nous filons ensuite dans un nouveau bar de La Laguna EntreCopas, bon, c’est joli (Quoiqu’il y a une photo avec une blonde qui fume avec un long porte-cigarette qui te regarde où que tu sois dans le bar, un peu oppressante !) mais il n’y a que peu d’ambiances et peu de monde. Nous finissons donc dans notre bar dansant habituel l’O’clock avec toute la troupe.
15/11/07 Je m’octroie mon Week-end encore une fois un mercredi vu l’heure tardive où je me suis couché et aujourd’hui, j’ai une mission car la semaine si tout se passe bien, je vais à l’île Gran Canaria pour un festival de musique du monde (le WOMAD World Of Music, Art & Dance) et je ne veux pas payer trop cher le bateau, il me faut une carte de résident et c’est un peu la galère administrative apparemment. 13h00 je vais rendre le papier à la marie, tout se passe, il me font même les photocopies que je devais normalement fournir.

Autre photo de la Ayuntamiento

Nous mangeons à la fac, nous reposons un peu. Carolina m’engueule car je n’ai toujours pas fait de compte pour le cours d’astrophysique, on essaye d’aller trouver quelqu’un qui pourrait m’en faire un, sans succès, elle m’explique ensuite un peu comment fonctionne le logiciel IRAF.

IRAF

Je continue ensuite ma quête, il est 4 heures, je vais à la police pour cette carte de Residence pieds nus car mes fameuses tongues à 2 € me font des méga-ampoules. Arrivé au commissariat, j’attends une demi-heure entre les autres Erasmus ( et oui, tout le monde veut aller à Las palmas !) et les vieux allemands ( qui m’énervent.), je récupère mes papiers, il me faut une photocopie de passeport, une photo et que j’aille payer un truc à une banque. Les banques sont en général fermé l’après-midi par chance j’en trouve une ouverte à 17h30, cool ! J’arrive à tout faire et à me rendre avant 18h au bureau de police, j’ai même une photo que j’ai prise sur une autre carte que j’avais. Manque de pot et connard de flic, après avoir attendu plus d’une demi-heure, je me vois dans l’obligation de revenir car la photo est une photocopie de photo et elle n’est pas valable. Je me casse donc bien énervé sous un air de Mina réconfortant. Je continue mon épopée administrative en allant à la poste pur envoyer des belles cartes à ma famille.

La poste Español

Après tout ces efforts, je retrouve Anaïs et nous allons manger des churros dans une chureria pour le réconfort.

Churros con Chocolate

Nous allons ensuite voir une pièce de théâtre étudiant. C’était pas mal, une histoire politique sur le contrôle du peuple, bien joué et ça fait plaisir de voir à sont tour des gens joués (même si je n’ai pas tout compris !).

Une photo de Maria de la pièce.

Nous continuons avec un fête (traditionnelle maintenant !) chez Francesco, Maelle, Jonathan, et Ricardo. Je ne peux pas tout vous raconter car j’ai trop bu et j’ai de bons trous. Il n’y a personne au début et plein de sangria, de l’arehucas, des chips radars, je bois beaucoup discute avec plein de gens sur le balcon, et après je m’écroule un peu partout sur les gens, sur Anaïs fait des slams, bref encore n’importe quoi, Efran, un pote rugbyman me donne un pétard et m’en paye plein, je fume aussi un moment avec francesco sur son balcon pendant qu’Anaïs dort dans son lit. Un pote à Francesco la prend pour une gamine de 14 ans (sympa !) Je peine d’ailleurs à réveiller esta chica borracha (demasiado !) car il n’y a plus personne et on doit partir (comme à chaque fête ici !). Nous laissons un bordel monstre, je ne sais pas ce qui c’est passé mais c’est vraiment la zone, des mégots partout, des bouteilles cassées,… Dans la rue, je gueule (trop bourré) parce que les bars sont fermés, nous rencontrons Pep et Jerôme pour leur raconter nos dernières conneries avant de dormir.
16/11/07 Vers 18 heures, je peine à sortir, nous allons ensuite boire un thé au café epoca avec Anaïs (je ne risque pas les grands café avec la garniture aux noisettes cette fois-ci !), nous jouons au échecs une longue partie de 2 heures où je perd lamentablement (dans sa joie Anaïs casse même un cendrier !), nous mangeons un bocadillo (un croissant mixto pour moi, une tortilla pour elle !).

...

Puis, nous nous dirigeons vers une mini(micro même) fête de l’huma, des concerts du parti communiste canarien (PCPC Parti Communista del Pueblo Canario), c’est en plein milieu d’un quartier populaire de La Laguna ( bajio nuevo), il y a du rap quand on arrive, c’est marrant le rap espagnol ça a beau être méchant avec cet accent si doux, c’est plus festif qu’autre chose. Nous buvons une bière puis nous avons droit au discours de la marie-george locale, (bien plus énervé le type d’ici) et un autre concert de rap.

Il y a même des communistes aux Canaries

Nous regardons deux chansons car il y a un autre concert au blue’s et ce n’est pas terrible. Le concert commence pratiquement quand nous arrivons, c’est du jazz manouche pas mal avec du Jango Reinhart, les types assurent bien, un contrebassiste qu faisait des commentaires en français incompréhensible (si après traduction en espagnol !), deux guitaristes qui tripotent pas mal, une chanteuse et un accordéoniste, binôme de TP d’Anaïs à la fac.




Les Nicotine Swing

Je retrouve mes colocataires (ça faisait 2 jours que je ne les avait pas vus !), nous allons ensemble à un fête, chez une fille d’ici qui fait de l’acupuncture (avec des diplômes qui m’ont l’air en carton !), enfin ça a l’air de marcher vu la grande maison qu’elle a pour elle toute seule. La fête est très feutré, très calme, les gens arrivent très tard. Je discute un peu en buvant de la bière et fumant le pétard qu’on m’a donné hier (Doramas débutant expérimente son premier bad trip, il est jaune et dois aller se coucher dans la demi-heure !) avec un ingénieur en électronique et une meuf de télé pizza (le pizza hut espagnol !) A un moment, ça danse la salsa vraiment bien (première que je vois des gens danser aussi bien !). La soirée continue ainsi toujours dans ce velour, une meuf un peu shepshep me parle de teufs trance et me file l’adresse d’un site mais la soirée est quand je rentre à noël, pas de chance ! Vers 3h30, je décide de rentrer Willi m’accompagne, Doramas reste dans le canap’ trop déf’. Nous discutons sur le chemin du retour de fille, de choses et d’autres, willi m’a l’air un peu blasé en ce moment enfin ça passera, je pense ! Je mange des œufs en rentrant car je meurs de faim puis file au lit !

¡Salsa!

17/11/07 Je me réveille vers 11 heures car aujourd’hui c’est la chuletada de physique et il ne faut pas que je la loupe (Ah ! ça marche que les cours !). Doramas est rentré, je me fous de sa gueule, normal ! Je prends une douche, et file à la fac’. Je vais rapidement boire un café, un bus nous prends et nous amène dans les forêts de pins de la Esperanza. A la Raices, il y a plein de monde qui pique nique et font des barbecues. Il ne fait pas très froid mais c’est très brumeux si bien qu’à un moment, nous ne voyons plus rien à 20 mètres.

Les fôrets de La Esperanza

Il y a de la sangria, du fromage, des chips, des grillades, de la bière, du Ron, des guitares, des cigares, des bolas, du bâton du diable… Ca se passe vraiment bien et contrairement en France, les physiciens sont bien plus root’s que les lettres, enfin…

Bolas et baton du diable à las raices

Anaïs tente de jouer aux cartes espagnoles à un jeu qu’elle ne connaît pas , ce n’est pas très concluant… Après les guitares sont de sorties et ça joue jusqu’à 6heures, des Beattles aux chansons de borrachos, d’ailleurs en passant, je comprends de mieux en mieux les chansons espagnoles.

Puros, Dorada et Guitare au rendez-vous

6 heures, l’heure du bus pour le retour, c’est tôt mais bon c’est comme ça, je suis de nouveau tout bourré et je chante à pleine voix déjà : « Chauffeur si t’es champion… » Puis bien sûr Mina (je me fais encore remarquer !), ça leur change de la putain de Marseillaise ! A la fac, nous allons dans le bistrot d’à coté, jouer à un jeu de boule suivant les mêmes règles que la pétanque mais avec des boules en bois (de couleurs vertes et rouges, je fais attention à ce détail car avec nous il y avait un daltonien et ce ne fut pas facile pour lui !) et un cochonnet en fer (c’est l’inverse, je viens de le remarquer !) en buvant des bières jusqu’à 9h30.


La bola Canaria

Ensuite, je rentre un coup chez moi manger un peu de riz, je m’endors à moitié dans le canapé, Anaïs ne veut pas trop sortir, mes coloc’ ne sont pas là, et je n’ai pas envie d’affronter la ville seul, je vais donc dans… mon lit et oui, premier Samedi soir où je me couche avant 1 heure du matin, exploit !
(toutes les photos de la chuletada >>> http://delegacion.fisica.ull.es/gallery/2007)


Dernière édition par le Lun 17 Déc - 13:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flo
President
President
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 32
Localisation : la tête dans un verre de Ron Arehucas
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Journal de bord   Lun 10 Déc - 19:33

18/11/07 Levé midi en pleine forme, je déjeune ma mixture de gofio préférée, tape un peu mon journal et va à l’estacion de guagua pour rejoindre Anaïs et aller à la plage, Doramas ne veut pas venir, il est trop blasé, il s’est pris une veste hier soir apparemment. Nous allons à Santa Cruz et prenons un autre bus qui grimpe dans le massif Anaga, c’est magnifique mais ça doit être dur pour le chauffeur car les routes sont étroites et pleines de virages. Nous arrivons ensuite sur Taganana. Le terminus est au village d’un coté, un pueblo très pittoresque typique canarien avec le vieux avec son chien qui est assis devant chez lui contre le mur et qui regarde les gens passé.

Dans les montagnes près de Taganana

C’est bien isolé par ici (tu m’étonnes, il faut juste 1 heure de voiture depuis Santa Cruz) mais apprécier par tous les surfeurs de l’îles et aujourd’hui les vagues sont monstrueuses, ce n’est pas propre mais c’est gros, heureusement que j’ai emmené mon body. A la plage, il y a tout le monde, les surfeurs Erasmus, les italiens, Marcus, la copine à Doramas (chut !), etc… A croire qu’on a tous le même cerveaux.

Tuvo à Almaciga, la playa a cerca de Taganana

J’essaye donc le bodyboard sur ce spot qui est bien large. Première vague vol plané de 3 mètres au moins puis chute après, machine à laver pendant bien 20 secondes et mangeage de sable. Woaw, ça ce n’est pas de la vague de pédale ! Je peine à remonter sur le pic des vagues ensuite trop de courant et de gros rouleaux. Je me prends ensuite deux ou trois bonnes vagues avant de rentrer sur la plage exténuer de cette petite session et frigorifier (il faut que je m’achète une petite combinaison, l’eau n’est pas froide 23 – 24 ° C mais au bout d’un certain temps et avec le vent ça caille un peu !) Bon, il faut que je mette en pratique, ce que j’ai appris sur des mini-vagues,et ce n’est encore gagné ! Je me repose sur la plage ensuite.

Almáciga sans vagues.

Puis Marcus nous propose de rentrer avec son pote en voiture, un madrilais avec une veille escort, pourquoi pas ? Il faut qu’on la pousse car elle ne démarre pas mais elle arrive à nous amener jusqu’à bon port, Marcus nous chante des chansons allemandes (avec traduction) et nous raconte sa vie. Victor, le pilote aussi, et il nous dépose très gentiment vers chez Anaïs. Elle me paye à manger des pâtes et une salade composée. Nous allons ensuite au café 7 voir les courts du dimanche, un court sentimentale ce soir (un peu ennuyeux et en canarien : incompréhensible), un sur le jeu de la roulette russe (pourquoi je ne sais pas ?) d’ailleurs il n’a pas été applaudi pourtant il était mieux que celui avant et celui après, un sur les sms (un peu comme une pub de téléphone !), quelques pop-corn, un petite pause et trois autres courts beaucoup plus sympathique sur les insomniaques, et deux totalement délirants et bien filmé. Nous allons nous coucher ensuite.

21/11/07 à 20h07
Mi casa- Calle Cabildo 14
San Cristobal de la Laguna – Tenerife

Je crois que j’ai trouver un moyen de me détendre sans fumer (j’essaye de me calmer sinon c’est cancer à 30 ans !) parce que je suis énervé de toute cette journée de merde et après je me venge sur les clopes et l’alcool (là, je crois que je n’ai pas de moyen d’arrêter donc ce sera une cirose à 30 ans !), ce moyen est de taper mon fameux journal, en plus je ne suis presque plus en retard (enfin, j’en laisse pas mal de coté aussi, mais bon il faut choisir !)…
19/11/07 Ouh ! Je suis de nouveau malade, j’ai mal à la gorge, je tousse, que de la merde ce matin, et j’ai trop mal dormi, des veilles poussées de chaleur m’ont plusieurs fois réveillé. Je vais quand même à la fac mais je n’arrive pas à aller en cours, trop exténuer. J’essaye de me faire un compte informatique pour les cours sans succès, le secrétariat est fermé (je suis dans la merde !) Je bois un café, mange un croissant mixto au comptoir de la cafèt’ puis squatte la pelouse avec Anaïs avant d’aller manger. Nous mangeons notre menu partagé en deux (et oui, c’est trop cher pour une fois ! et il y en a trop) mais les serveurs sont un peu radins avec nous (je ne sais pas ce qu’on leur a fait !). L’après-midi, je laisse Anaïs et Doramas à une partie d’échecs pour aller finir ma carte de résident, j’attends encore une bonne demi-heure à la policia avec encore pleins d’allemands (et des vieux…) mais au final, ça y est, je suis un vrai résident canarien (un verdad Canario, tio !). Je suis en peu en retard pour le cours de l’après-midi, Carolina me montre qui s’occupe des ordinateurs, il me crée enfin un compte (depuis le temps !), j’esquive les questions trop indiscrètes à grand coup de « no sé ». Bon, je reprends le travail sur le logiciel, ce n’est pas très compliqué mais il y a plein de trucs à savoir. Je reste ainsi jusqu’à 9 heures. Je rentre ensuite tranquillement, toujours aussi malade, je mange un mini-bocadillo au œufs que Doramas m’a préparé, tape un peu sur mon ordi puis me prépare à manger une bouillie de quinoa au haricots verts (et pleins d’autres ingrédients…), j’en mange deux assiettes et je file au lit juste après trop exténuer pour faire quoique ce soit. Je tombe avant minuit (en lisant La curée de Zola, un bon somnifère), c’est bien la première fois dans ce pays !


Le bon quinoa !

20/11/07 Exploit, je me lève avec Doramas à 7h45, et oui ! Je prend une douche et vais avec lui (sur son vélo, ça me fait toujours aussi peur !) à la fac pour le cours de 8h30, c’est dur le matin de parler espagnol mais le plus dur c’est le cours de 8h30, méthodes pour la physique, des maths, putain, j’aurai mieux fait de rester au pieu ! Je ne comprends rien, c’est nul, et je m’endors. Bref, je me taille un peu avant la fin ! Je vais préparer mon exam de mercredi, à 10h30, je rejoins Anaïs, nous buvons un café (toujours aussi dégueux !). Puis, je continue à bosser sur l’ordi. Je vais en cours à 12h, je m’endors à moitié encore (en plus, le prof m’a calé, il n’a pas fait de commentaire mais bon, ce n’est pas le top !). Je sèche le cours de Fernando après, nous allons manger ensuite avec toute l’équipe (même Cedalina qui passait par là !) du arroz à la cubanna (j’ai l’impression de manger que ça !). Dans l’après midi , je ne fais pas grand-chose, je n’ai pas vraiment la motiv’ pour aller surfer, je rentre donc vers 16h30 et je tape mon journal jusqu'à au moins 20H, je sors ensuite voir une autre pièce de théatre, cette fois-ci, c’est une pièce joué par des handicapés, c’était vraiment sympa, une mise en scène impeccable et la dernière scène , une scène sensuelle entre une handicapé et un non handicapé m’a fait penser à Emile Louis et au vieux punk de Ben de Beuz ( qui a disparu en Amazonie complètement shep à l’heure qu’il est !) Non, mais sinon c’était court mais vraiment prenant pourtant j’étais pas mal réticent au début. Avec Anaïs, nous voulons tenter deux choses à la fois vu que la pièce a fini tôt et aller voir sa coloc’ chanter dans la chorale universitaire, manque de pot après avoir rejoins le campus Guajara avec notre tranvia favori, et trouver rapidement la salle où se passe la soirée, nous arrivons sur les applaudissements finaux, dommage !

Le campus Guajara

(Pas grave, je voulais juste la chanson de mon film préféré « les choristes » mais il n’y avait pas, eh, bien sûr c’est ironique !) Nous suivons ensuite Willi, Maria et leurs potes Allemands dans un bar au centre ville...


Allez cadeau, les enfants !

Le bar est sympa, il n’y a personne mais nous y mangeons du fromage au mojo (sauce canarienne, je rappelle !) et des cuisses de poussins ou de poulets atrophiés (je ne sais pas !) mais en tout cas très bon en buvant du tinto (vin rouge..) pas trop mauvais. La serveuse est étonné de nous voir arriver (il n’y a pas l’air d’avoir beaucoup d’affluences dans son bistrot !) pourtant même pas super situé, ce troquet est une ancienne casa du 18 eme, très pittoresque qui lui donne un bon style. Nous discutons avec Maria et Willi jusqu’à tard, les autres allemands ne parlent qu’allemand (vive l’intégration…) donc nous ne pouvons parler avec eux et apparemment ils n’ont pas envie, tant pis. Je vais ensuite chercher mon bodyboard que j’avais laissé chez Anaïs et vais me coucher.


Queso asado con Mojo

21/11/07 Bon, 8h30, c’était une fois pour le style, j’arrive à la fac vers 10h30 bois un café et mange un sandwich mixto (mixto, c’est jambon et fromage pour ceux qui ne suivent pas…) et sandwich, ça veut dire entre deux pains de mie, sinon à la française je dirais Bocadillo ou avec un croissant je dirais croissant, vale ? (Ça, ça veut dire ok ? mais je ne suis pas là pour vous apprendre l’espagnol à vous de comprendre, non mais! ).


Sandwich (pollo)

Un bocadillo

Y los croissantes

Je passe ensuite ma journée (avec une pause déjeuner quand même) devant l’ordi à discuter avec la Mo le matin et à comprendre le pourquoi du comment de IRAF l’après-midi, le logiciel d’analyse d’images de télescopes. Ca avance pas mal, je crois en plus on récupère avant tout le monde le sujet de cet après-midi, donc c’est cool mais à l’arrivée du prof, ça se complique, il nous sort de vielles questions que je ne sais pas répondre du tout en plus nous avons que 20 minutes (compteur sur l’ordi à l’appui !) pour répondre, je peine à trouver des gens pour m’aider. Au final, je me chope la note de 0, la bulle pour commencer, génial ! Bon, l’interro ne vaut pas beaucoup mais ça fout quand même les nerfs, tout ça pour rien (si je m’était dorer le cul sur la plage, ça aurait été la même, les fesses d’or en prime).

Encore une photo d ' IRAF avec un aperçu des fonctions disponibles

J’écoute du Micropoint pour me calmer, j’ai même résisté à fumer une clope (bien !), je me casse un quart d’heure après encore bien enervé de cet échec, j’arrive chez moi mange un peu de connerie (de l’espèce de Boursin sur du pain !) et la suite, vous la lisez en ce moment. Voilà, c’est moins détaillé qu’avant mais c’est rattrapé au moins. J’espère que vous appréciez toujours ce PQ parce que moi j’ai du mal mais j’irai jusqu’au bout coûte que coûte en tout cas, le programme qui arrive est le WOMAD à las palmas, mon retour au pays por la navidad, New Year in Dublin, mes partiels (euh…) et pour l’instant concert de Willi au café 7 et plus tôt encore moi au toilette (mais ça, je le zapperai à mon avis à part si je tombe dans le trou ou des monstres m’attaquent, ce qui m’étonnerait..) Besos a todo la gente,y muchas gracias. Hasta luego ….


Dernière édition par le Lun 17 Déc - 13:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flo
President
President
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 32
Localisation : la tête dans un verre de Ron Arehucas
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Journal de bord   Mer 12 Déc - 19:18

22/11/07 à 16h45
Mi casa- Calle Cabildo 14
San Cristobal de la Laguna – Tenerife


Hola les amis ! Je vous écris en écoutant les z’amis de ta femme, (et ça me fait bien rire !), je suis de nouveau en week-end mais vu que je fous rien, ça ne me fais pas grand-chose (j’avoue que j’ai pensé aujourd’hui au fait de faire une bonne semaine et d’attendre le week-end, ça fait longtemps que je n’ai eu cette sensation, il faut que je bosse, bordel !)

Je me fais un petit bocadillo (vous savez maintenant !) avec du queso qui n’a pas de goût (de toute façon, le fromage n’a pas de goût, ici !). Puis descend au café 7, il y a peu de monde, Willi n’est pas encore arrivé (pourtant je suis en retard !), bon je me bois une jarra (une pinte, facile à écrire mais impossible à prononcer !) de Dorada, Mon coloc’ débarque enfin avec son pote (d’un nom, impossible à prononcer aussi du genre Orst). Ils nous jouent 4-5 chansons, willi à la guitare et au chant, Orst à la percu ( à la boite en bois, le cajon…).


Un cajòn

Même sans sono, ça rend vraiment bien, du bob en passant par de la chanson espagnol, ils sont fort car ils en ont parlé à la fête vendredi, entraîné samedi et fait un mini concert mercredi, respect ! (Ce n’est pas comme moi qui commence pleins de trucs et peine toujours à les finir !). Après le concert, je bois encore une bière et un verre de vin en discutant, rien de nouveau, ah, si il pleut à seau pendant un bonne heure (ça faisait longtemps !). Doramas a cassé avec sa copine italienne (Le jour de son anniversaire, l’enculé, en même temps, je crois que ça lui importe peu !) ...

22/11/07Je vais me balader un coup à la fac vers 11h, je fais un peu d’ordi mais ne trouve pas la motivation pour aller en cours en plus Anaïs m’invite à manger un truc chez elle, bon, je craque (bon, ce n’était pas trop dur !), on fait un petit tour dans une librairie de la ville, achetons du pain et allons chez elle où nous mangeons des concombres avec du riz et des courgettes en écoutant de la musique latine. Je la laisse au commissariat (chacun son tour !), la flic a l’entrer, ne veut pas la laisser entrer au début, vérifie les papiers qu’elle a emmené, oh ! Tout le monde fait cette carte, putain ! ( c’est con un flic, pardon mais c’est vrai quoi, et ça fait deux fois que je le dit avec deux agents différents alors attention M, Mme les policiers…).


Eux, c´est les flics locaux, ils sont beaux ,non ?

Je rentre chez moi tranquillement, nettoie un peu les dégâts de la pluie et voilà. Ah, le programme pour la suite change un peu aussi, je vais qu’à Gran canaria demain, ce soir en fait c’est de nouveau théâtre et la troupe de la calle Juego 7, où se trouve le café 7, on va voir ce qui donne et peut-être si c’est possible y entrer après…Allez à plus tard….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flo
President
President
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 32
Localisation : la tête dans un verre de Ron Arehucas
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Journal de bord   Lun 17 Déc - 13:58

29/11/07 à 15h56
Mi casa- Calle Cabildo 14
San Cristobal de la Laguna – Tenerife

Ca fait bien longtemps que je ne suis pas devant mon traitement de texte pour raconter mes aventures, j’avais pris de l’avance mais j’ai fait le feignant et je suis de nouveau en retard. Allez Mickey3D dans les oreilles, je vais vous résumer cette petite semaine.

La pièce, Las Nubes est vraiment sympa, les serveurs du café 7 sont vraiment bon, et la mise en scène est vraiment intéressante, bien vivante et originale, le seul problème, c’est qu’ils parlent vraiment vite et c’est dur à comprendre (Ca me blase un peu car l’histoire avait l’air d’être vraiment cool !), bon, ça va que je ne suis pas tout seul à rien capter, les autres Erasmus avec moi, non pas compris grand-chose non plus… Nous allons ensuite pour un café avec mes coloc’ et les coloc’ d’Anaïs dans un petit café, j’ai heureusement pris de café car les chocolats étaient immonde. La serveuse est bien sympa, elle nous montre un truc des Alpes suisses que je ne connaissais pas un goro, un espèce de bol en bois avec des petits ouvertures pour boire à tout plein du vin chaud, de la goutte ou du café… Tout le monde part ensuite Martina et willi vont manger une salade chez elle, moi je décide d’aller en ville, bon, je ne connais pas grand monde, je pensais retrouver Doramas mais en vain, je vais donc au Blue’s bar où je trouve Manu et ses copines, je discute en buvant des bières, je vais me coucher ensuite pas trop tard car demain je me lève tôt pour le WOMAD.



23/11/07 Willi me réveille vers 10h, nous partons ensuite prendre le bus, Doramas n’est pas motivé pour venir, il est énervé parce qu’il a trop bu hier soir et il n’est pas allé à l’école, nous le motivons avant de partir, on verra ce que ça donne. Nous retrouvons ensuite Maria et d’autres germanophones à una parada de Guagua, je me fais déjà un peu chier dans le bus, ça ne fait que parler allemand et ils restent un peu qu’entre eux… Nous allons récupérer nos billets de bateau avec un détour à une photocopieuse pour le justificatif de résidence puis nous montons dans celui-ci, c’est plaisant, ça faisait bien longtemps.


La naviera Armas

Par contre, il n’y a que des allemands dans le navire, et ils sont toujours entre eux et comme ça pendant tout le trajet si bien que ça me saoule un peu (voire beaucoup !), il y a même une piscine à bord sur le pont, bon, c’est bien pour le style car il n’y a que très peu de monde à la flotte (si, des allemands !), je discute un peu avec Martina une italienne, me bois une bière, et me cale vers un guitariste (d’ailleurs Willi nous refait une démo de guitare, toujours aussi fort ce coloc’) et une percussion, je bois une infusion étrange, une espèce de poudre du nom de maté, ce n’est pas mauvais, un peu bizarre mais bon. Je m’endors un peu.

Un guitariste

Mate et percu

Willi flutiste

Willi guitariste

Nous arrivons enfin à Gran Canaria dans le port de Las Palmas, un gros port bien commercial, bien moche… Nous marchons un petit quart d’heure avec quelques copains allemands qui ne me décroche pas un mot en espagnol (plutôt pas un mot tout court !) avant d’arrivée sur le site, d’ailleurs je les sème ensuite, je n’en peux plus, je préfère être tout seul, trouver d’autres gens et aller où je veux.


L'enorme port de Las palmas

Je vais donc dans Las Palmas faire quelques courses au Spar, j’achète une bouteille de Ron et de la bouffe pour faire des sandwichs, j’en mange quelques uns sur un banc près de la petite scène. Je me bois un petit Ron en compagnie d’une allemande et une espagnole que j’ai trouvé. Puis, je rejoins Willi et ses potes allemands, ils ont l’air toujours aussi motivés de me voir, ils vont sur la plage, je me sépare du groupe encore une fois, je n’ai pas trop envie de me faire chier sur la plage avec eux. Je vais encore manger un sandwich, me prépare un mélange pour ce soir et vais voir un taller (une activité), les musiciens du soir, l’après-midi expliquent ce qu’ils font en illustrant de courts passages musicaux, c’est un peu chiant et le son est pourri dans la salle mais ça passe le temps en attendant les vrais concerts.


Un taller en el edificio del parque

Ensuite, je vais voir le premier concert de la grande scène (Santa Catalina comme le nom du parc), seul toujours car les allemands n’ont pas trop la forme.


La grande scène au WOMAD

C’est bien, une israélo anglaise (du nom de Mor Karbasi) qui chante en plein de langues dans ses chansons, il y a différents styles : de musiques traditionnelles. Pas mal quoique un peu mou quand même mais pour un premier concert, ça met dans l’ambiance…


Mor karbasi

Ensuite du rock anglais du nom de Rosabella avec des vrais anglais (habillées style pop anglaise, jeans moulant, chaussures pointues…), ce n’est pas terrible mais ça passe. A ce concert, je rencontre enfin des gens qui me parlent une suisse du nom de Stéphanie et une slovène. Nous allons ensuite à la grande scène pour un concert d’une péruvienne, c’est sympa, pas exceptionnelle mais sympa (les musiciens sont forts !). Cette mama du pérou se nomme Susana Baca et elle étaient super contente d’être à WOMAD.


Susana Baca

De retour à la petite scène, c’est au tour de Culture Musical Club, des africains (ceux du taller de l’après-midi) avec des instruments traditionnelles, c’est vraiment bien aussi, et il y a une superbe ambiance dans le public, je discute bien avec Stéphanie et nous rencontrons une championne de Bodyboard (une australienne !) qui est là pour une compet’, je lui donne des conseils en tant que Bodyboarder pro (eh ! eh !) , j’ai même le droit à une bise, cool ! (Et ouais, c’est la classe de se faire embrasser par une pro de Bodyboard !).


Culture Musical Club

Sur la grande scène, c’est un malien Mory Kante avec une guitare africaine bizarre mais c’est terrible, nous dansons, il y a encore une super ambiance dans le public même si on s’est payé une bonne averse très courte mais il a plu à seau.


Mory Kante

Je retrouve à la fin du concert Anaïs, nous filons vers la petite scène avec Black Strobe des français qui font du rock avec de la musique de boite de nuit, c’est rigolo mais pas terrible, je rencontre aussi Doramas qui est venu au final. Les deux petites scènes (Boulevard et Guagua pour les détails !) sont flippantes car en dessous, il y a l’estacion de guagua et le perif’ et au-dessus quand les gens dansent ça vibre (ça va entrer en résonance un de ses coups !).



Après avoir éteint un projecteur de la télé (on ne voyait plus rien… D’ailleurs, ils ont mis un bout de temps à comprendre que c’était juste le bouton qui était éteint !) C’est l’heure du dernier concert, la Mala Rodriguez, une rappeuse espagnol, ça peut être bien mais je ne comprends rien, il y a trop de monde et je suis tout bourré !


La mala Rodriguez, un peu la Diam's de chez nous

Nous regardons pendant une heure ce concert puis allons dans l’Edificio Miller pour voir 2 djs’s, et là c’est à chier enfin c’est des disc-jockey de mariage, bon ça va que ça ne dure pas longtemps pour mes oreilles mais dans la minute qui suivit, on s’est fait jeter comme des malpropres, bon, ce n’est pas grave, il y a une fanfares dehors, cool ! Ca danse, balèze. Mais, je m’aperçois que j’ai perdu ma chaussure quand je voulais les mettre, fait chier, putain, ça m énerve, je n’arrive pas à gérer mon argent, ce n’est pour me racheter des chaussures, quoi ! Bon, je refais le chemin inverse et au bout d’un moment Anaïs retrouve ma Van’s, quel soulagement ! Nous faisons la fête avec la fanfare après qui ne s’arrête pas, Marcus est complètement bourré, il ne marche pas droit, dort limite dans la pisse. Les musiciens s’arrêtent enfin vers 6h, nous partons vers la plage avec Anaïs, Marcus et Ina qui veut absolument prendre le guagua pour une autre plage. Marcus veut laisser son sac dans la fête, quel con ! Nous le laissons devant les fourgons de Police et allons lui chercher ses affaires. Nous le récupérons puis allons dans un bistrot, je raconte n’importe quoi, nous essayons de négocier de l’alcool (mais ce n’est pas avant 10h !), je veux fumer des gros cigares. Au final, je mange une petite tortilla puis nous filons dormir sur la plage. Je dors avec Anaïs dans son hamac entre une barque et une barrière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flo
President
President
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 32
Localisation : la tête dans un verre de Ron Arehucas
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Journal de bord   Lun 17 Déc - 20:09

01/12/07 à 15h19
Mi casa- Calle Cabildo 14
San Cristobal de la Laguna – Tenerife


Et oui, ça fait plus de 2 mois que je suis à Tenerife et tout se passe toujours bien, c’est vraiment cool mais ça passe beaucoup trop vite dans 3 semaines, c’est déjà Noël et je n’ai pas encore fait le tour de l’île (alors pour les autre îles, j’ai intérêt à me motiver…) n attendant, je continue l’histoire du festival à Las palmas…

24/11/07 Le hamac, ça tangue trop (ou c’est peut être plus tout le Ron que j’ai ingurgiter !), en début de matinée, j’ai la tête qui tourne et je vomis (4eme fois les enfants !) sur la plage, bon il ne fait pas très beau, ça évite d’avoir trop de monde pour admirer mon spectacle. Et, c’est un peu mieux qu’à Madrid (moins trash !) parce que je peux cacher mon vomi dans le sable très facilement. Ca va mieux quand même, nous dormons encore jusqu’à 2 heures environ. Anaïs se fait par malchance brûler l’œil par des cendres de cigarettes qui ont volé jusqu’à elle (elle en a encore deux belles croûtes sur ses paupières! ) Pép, sa coloc’ Jenny et une italienne passe nous chercher, nous discutons de la soirée de hier soir, puis nous allons rejoindre les autres, il se met à pleuvoir (quel temps de chiotte, on se croirait au pays !), nous allons donc avec Anaïs et Ina boire un cortado (nom que je n’arrive pas à prononcer ce matin et d’ailleurs aujourd’hui l’espagnol ça ne marche pas !)


Un cortado leche y leche (je vous ferais un cours sur los cafes españoles , promis !)

nous voulons ensuite visiter la vieille ville de Las Palmas mais à pied c’est impossible, beaucoup trop loin, nous allons voir les bus mais nous ne sommes pas très motivé et il n’y a pas la guagua que nous cherchons, Ina par contre veut absolument bouger, nous la laissons à l’estacion.


Las guaguas de Las palmas

Avec Anaïs, nous visitons le petit marché qu’il y a pour le festival, c’est sympa mais les stands se ressemblent un peu tous ! Puis, je vais faire une photocopie au centre commercial à coté, un centre énorme, nous essayons les ascenseurs mais nous n’arrivons pas à monter les 4 étages d’une traite, il y a trop de monde.


El muelle, le centre comercial de nuit

Nous trouvons du matériel de pêche (une turlutte.) pour pêcher le calamar, et je fais ma photocopie dans ce magasin. Nous filons ensuite dans le port de plaisance après quelques courses pour expérimenter notre nouveau jouet.


Le prot de plaisance de Las palmas

Nous casse-croutons un peu puis nous essayons. Au début, ça ne marche pas terrible, puis en jouant à suivre des poissons avec ma turlutte (un faux poisson avec la gomme d’hameçon sur la queue.)


Des turluttes

Un calamar sort pour chasser, c’est rigolo ces bestioles, il tourne autour de mon poisson mais n’ose pas le manger et malheureusement je le perd de vu ensuite, dommage ! J’y étais presque. Nous continuons à pêcher mais nous sommes bredouille. Je prépare un mélange pour ce soir et nous descendons dans le festival.


Un jour, je t'aurais...

Le premier concert que nous voyons est un groupe de Tanzanie vraiment sympa,



Ensuite du reggae, ska sur la grande scène de l’île Tiritana, sympa aussi, et nous retrouvons tout le monde à ce concert donc il y a une super bonne ambiance (et du Ron à Gogo). Ensuite, j’ai eu le droit à un avant goût de l’Irlande avec un groupe celte Kila à bloc, excellent (vivement nouvel an !).



Puis pour couronner le tout de l’electro sur la scène guagua (car le concert de la grande scène est à chier !) de la drum ‘nd bass, hyper braké à l’Aphex Twin, ça envoyait bien mais ce fut beaucoup trop court (45 min !). Après, on a eu le droit à des DJ soi-disant funk mais c’était plutôt boite de nuit ! Pendant ce temps, Anaïs vole des bagues sur le marché, bien ! Après un algérien du nom de Akli D, que nous voyons un peu de loin (car nous voulons acheter du calamar grillé mais c’est trop cher !),


Akli D
nous trouvons refuge à cause de la pluie (c’est rare aussi mais il faut qu’on soit là pour que ça arrive !) dans l’édifice Miller avec toujours les 2 Dj’s de mariage puis quand la pluie s’est calmé, nous allons au dernier concert sur la grande scène, c’est pas mal pas exceptionnel non plus mais intéressant, ça s’appelle 08001, des barcelonais, c’est un mélange de Trip-hop et de musique africaine.


08001

Le concert aurait pu très bien se passer mais j’étais un peu trop énervé : 3 jeunes m’ont frôlé d’un peu de trop près et après vérification de ma poche arrière du sac, j’ai vu qu’ils étaient en train de me voler. Heureusement que j’ai vu à temps mes papiers dans la main d’un, j’ai pu donc aller les voir et leurs dire qu’il me les rendent. J’ai eu peur car j’ai cru qu’il me rendrait jamais le plus important mon passeport mais au final, ils avaient tout jeter par terre, ouf ! Je ramasse tout, ils ont déjà filés, enculés ! A la fin du concert, Anaïs est trop exténuer pour voir la fanfare, nous allons nous coucher dans son hamac entre deux palmiers (la classe !) en prenant bien soin de mettre les choses importantes dans nos poches,


Las canteras et ses palmiers

une bonne initiative car par deux fois des putains de ladronnes ont fouillé dans les poches de nos sacs (je me suis fait voler 4 clopes au final, quel butin !). Bref, une sale nuit ce soir, déjà qu’il fait froid et qu’il y a un vent d’enfer, il y a aussi des types qui rôdent autour de nous, j’ai donc du mal à fermer les yeux et à dormir paisiblement !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flo
President
President
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 32
Localisation : la tête dans un verre de Ron Arehucas
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Journal de bord   Mer 9 Jan - 19:43

allez je reprends mes histoires!

01/12/07 à 18h28
Mi casa- Calle Cabildo 14
San Cristobal de la Laguna – Tenerife


Encore une petite journée de lendemain de fête aujourd’hui, je vous écris toujours de chez moi dans ma chambre, en peu de guitare pour m’accompagner (Willi en joue à coté), je continue ma jolie histoire

25/11/07 On se fait réveiller vers 9h par les policiers locaux, ils ne veulent pas qu’on dorme sur leur plage, Joder ! J’ai envie de m’énerver, leur dire qu’ils servent à rien mais je n’arrive pas, je n’ai pas encore le niveau pour les prises de têtes en espagnol. Nous finissons notre nuit sur le sable sans hamac.


Las canteras et Las palmas.

Ensuite, nous ne faisons pas grand-chose, un petit tour en ville avec un petit déjeuner dans un zinc bien cradingue avec des prix défiant toutes concurrences (2 € le café, le bocadillo et le vrai jus d’orange !) et de la lucha en fond sur la télé puis nous partons au port acheter mon billet, nous attendons longtemps avant l’ouverture des guichets (j’ai même eu peur que ça n’ouvre jamais !), nous mangeons les restes de nos courses de hier et buvons de l’eau (et oui, des fois ça arrive !) que j’ai acheté dans la cafet’ du coin. Tout le monde est bien fatigué sur le bateau et en cadeau, il y a de la bonne houle, pas mal de gens sont tout blanc et vomissent (même Anaïs). Moi, ça va (je suis un vrai marin !) par moment un peu difficile mais je dors un bon bout de temps puis je regarde un épisode de Friends en Espagnol (ça ne rend pas du tout !), nous arrivons ensuite à Santa Cruz où nous essayons de nouveau la pêche au calamar mais le port est trop profond et nous ne pouvons voir nos amis à tentacules.


Le puerto De Santa cruz

Ensuite, nous visitons le Corte Inglese, les galeries Lafayette du coin et ses 8 étages de conneries. Anaïs teste un robe de soirée muy guapa ! Et joue du piano, moi au jeux video, bref rien de bien intéressant : le monde de la consommation, mes enfants.


El corto Ingles

Nous rentrons dans notre ville, et mangeons ensuite dans un restaurant des beignets de crevettes et une tortilla ( je suis un peu réticent au début à cause des prix mais au final, ces deux plats abondants nous ont coûté moins de 6€ par personne, au final c’est vraiment raisonnable par rapport à un resto français !). Pour finir, nous regardons « 4 garçons plein d’avenir » chez moi



26/11/07 Je ne fais pas grand-chose, aujourd’hui, je sacrifie mes cours pour bosser sur l’ordinateur (je comprends de mieux en mieux) afin de faire mieux à l’interro du mercredi que la semaine dernière. Je mets à jour ce journal aussi comme vu avez pu le constater avec les photos de Maria. Je reste à la fac jusqu’à 9h30 ! Puis je rejoins Anaïs au Badminton, nous allons manger ensuite un kebab chez le turc du coin, ça faisait longtemps, ça change un peu des bocadillos ! Je montre la super production de Télé Bertrand à Anaïs et nous allons nous coucher.


Le plus large Kebab du monde ...

27/11/07 Petite journée où je ne fais pas grand-chose. Enfin, si je bosse toute la journée sur l’ordi mais bon, je ne vais pas vous expliquer mes cours, je pense que je serais trop ennuyant, en gros avec un logiciel, j’applique différents filtres sur des images d’étoiles pour pouvoir les exploiter ensuite. Je ne comprends pas tout et ça change tout le temps car le prof et les tuteurs (ayudantes) se contredisent. Bref, je suis dans les chiffres et les commandes de programmes toute la journée.


Le style d'images que nous étudions... Super !

A 18h30, j’en ai bien marre je rentre chez moi. Je tape mon journal, mange quelques bocadillos, prend une douche (ça faisait longtemps !). Je suis encore tout seul chez moi (je n’arrive jamais à voir mes coloc’), je tourne un peu rond et au final, je vais chez Anaïs. Nous n’y faisons pas grand-chose, nous mangeons des œufs brouillés aux légumes. Et allons nous coucher tels de bons papys
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flo
President
President
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 32
Localisation : la tête dans un verre de Ron Arehucas
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Journal de bord   Lun 21 Jan - 19:37

02/12/07 à 20h57
Mi casa- Calle Cabildo 14
San Cristobal de la Laguna – Tenerife

Je sais que je ne change pas beaucoup de lieux mais que voulez-vous, je ne déplace pas mon ordi tout le temps, je sais, je sais, c’est plus classe d’écrire sur un carnet au stylo à l’ancienne mais après tout recopier ?? non, ça prends déjà beaucoup trop de temps comme ça.

28/11/07 Pas grand choses d’exceptionnelles aujourd’hui (petite semaine, dis donc !), je vais vers 10 heures à la fac, travaille encore sur ces ordinateurs, bon, apparemment hier, c’était tout faux, je reprends donc en vitesse, nous allons manger ensuite avec Doramas et Anaïs puis nous jouons aux échecs, Anaïs m’aide mais nous nous faisons quand même battre au de 1h30 de partie, je n’aime pas perdre aux échecs !


El Ajedrez

Bon, je vais à ma deuxième interro de tecnicas astrofisicas, bien sûr, le prof des questions sur des trucs que j’ai jamais et je me tape de nouveau une bulle (j’ai mis trop pris de temps à préparer l’examen, que quand je me suis mis à répondre aux questions, c’était déjà trop tard !), j’adore surtout que les ayudantes sont incapables de m’expliquer comment ça fonctionne et me font faire de la merde ! Tant pis, je bosserais moins la prochaine, il ne faut pas charrier non plus ! Je vais boire une bière ensuite avec les gens de ma classe au café 7, j’ai un peu du mal à comprendre leurs conversations, il n’y a que des espagnols et ils changent très rapidement de sujet, il y a du bruit de fond (de bar) et je suis un peu fatigué , si bien que je parle très peu, mais ça n’empêche que je m’enfile un litre de bière.

Una Jarra

Ensuite, vu que je suis déjà au Café 7 (mercredi, c’est soirée ERASMUS). Je vais grignoter un perritos caliente (les toasts du café 7 ne m’ont pas suffit et c’était une sauce aux cacahuètes !) Puis je retourne à mon bistrot préféré, je bois du vin maintenant m’enfile trois verre et fume avec Francesco. Je suis ensuite tout borracho, je discute pas mal avec tout le monde fin chaud, surtout avec deux canariens, leur racontant mes histoires de vols à Las palmas. La soirée au Café 7 s’apaise peu à peu et je ne tyrou personne pour sortir après tout le monde a l’air demotivé ! Tant pis, ça aurait pu être bien ! Je rentre et dors encore chez Anaïs. Mais si j’avais bu plus, j’aurais sûrement vomi (une 5eme fois !) car dans la nuit, je me réveille avec des haut-le-cœur à la limite de la gerbe !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flo
President
President
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 32
Localisation : la tête dans un verre de Ron Arehucas
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Journal de bord   Lun 21 Jan - 19:51

05/12/07 à 20h36
Mi casa- Calle Cabildo 14
San Cristobal de la Laguna – Tenerife


Woaw, je suis un dieu d’IRAF, je vais avoir au moins 2 (c’est mieux que 0). Allez, trêve de plaisanterie, je continue un peu mes mémoires avant d’aller faire la fête car je suis en Week-end (légalement) ce soir.

29/11/07 Je me réveille vers 11 heures, puis je vais à la fac, ère un peu au CCA (centro de calculo de Astrofisica), la salle informatique. Je décide une N-ieme fois de ne pas aller en cours, je prendrais tout sur quelqu’un avant de partir. Puis, je vais chez Anaïs nous gaver de crêpes.


Les bonnes crêpes ...

Ensuite, je retourne chez moi, je ne fais pas grand-chose jusqu’à 18 heures, je vais à l’estacion où j’ai rendez-vous avec Manu pour la San Andrés, la fête du vin nouveau dans un village appelé Icod de los Vinos. A l’estacion, je retrouve donc Manu, Martina, Anaïs (qui vient juste de sortir de cours) et Allan (qui passait là par hasard et qui nous suit au final). Le bus peine en peu à venir. Au bout d’une bonne heure, nous arrivons à Icod; nous suivons notre guide qui nous montre le Draco milenario, un type d’arbre de l’île très exotique, vieux de plus de 900 ans.


El Drago Millenario

Puis, nous allons dans la ville, un groupe folklorique est en train de se préparer, des gens mangent des spécialités canariennes en buvant du vin aux terrasses des restaurants. Nous nous arrêtons à un stand de marrons chaud pour en déguster.


Las castañas canarias

Et nous continuons notre tour à un stand de vin nouveau et de brochettes (pinchitos), nous mangeons et buvons un peu. Mais l’intérêt principal de la San Andrés n’est pas dans le vin, il se trouve dans la rue à coté, les tablas de San Andrés. La rue est une rue en pente bien raide et bien longue et la tradition est de descendre celle-ci avec des planches de bois. C’est vraiment impressionnant, nous regardons au début les gens dévalé la piste arrivant à pleine vitesse sur un tas de pneu, faisant des cascades à se rompre le cou. Puis nous grimpons un peu plus vers un croisement entre la rue et une autre qui forme un plat où nos cascadeurs font des bonds spectaculaires.



C’est super rapide, ça se descend seul, à deux, à trois voire même à sept ou huit avec une énorme planche impossible à arrêter (avec donc un carambolage spectaculaire et dangereux dans les pneus). C’est du n’importe quoi mais c’est trop marrant quoiqu’il faille faire attention à ne pas traverser la rue n’importe comment sinon tu te prends une planche dans les jambes et à mon avis, ça fait bizarre.



Nous les regardons un moment en buvant du vin. Mais arrivé 11 heures, c’est l’heure de prendre le dernier guagua. Heureusement, nous trouvons Fabien et Manu de ses potes qui peuvent nous ramener en coche, cool ! Nous picolons donc de nouveau (le blanc est vraiment infecte !) puis rencontrons des gens qui font de la tabla dans une petite rue, j’essaye avec Anaïs, c’est drôle mais ça ne vaut pas l’énorme pente d’à coté. Justement, Anaïs trouve un pilote pour essayer. Je monte au-dessus pour m’en trouver un aussi mais les pilotes sont pour la plupart des vieux machos et ne prennent pas les mecs, Joder ! Je demande à deux, trois gars qui ne veulent pas, puis ça m’énerve, je redescend donc tant pis pour las tablas.



Dernière édition par le Mar 22 Jan - 17:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flo
President
President
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 32
Localisation : la tête dans un verre de Ron Arehucas
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Journal de bord   Mar 22 Jan - 17:42

07/12/07 à 17h14
Mi casa- Calle Cabildo 14
San Cristobal de la Laguna – Tenerife


Je suis encore dans mon lit à cette heure tardive de l’après-midi, je ne fous pas grand-chose ici, je suis même en retard dans le seul truc que je suis un peu, mon journal, c’est pour dire…

Je bois encore un verre de vino, puis on va se caler sur un trottoir avec Anaïs quand le type avec qui ont a essayé les tablas sur une petite pente viens me voir et me propose de descendre à trois sur sa planche et de ne pas le dire à Anaïs car il me dit que c’est pour les mecs (trop dangereux pour nos demoiselles!). J’accepte direct, on grimpe la pente, je suis au milieu sur la planche, je dois ranger mes pieds et ne rien faire. Ca fout bien les jetons, nous prenons de la vitesse (les types ont une technique pour aller plus vite en faisant un mouvement de va et vient avec leurs bassins), le saut arrive, nous bondissons un peu après la planche part de travers, j’ai cru que j’allais tomber, je sors mes pieds, Oups ! la planche part de plus en plus en couille mais au final, nous arrivons à destination, le tas de pneu.


La planche peut partir de travers!

Nous faisons une cascade, puis retombons dans le plastique noir. Mon pilote à l’avant fait un bon vol plané puis reste couché K.O. bien une vingtaine de seconde avant de se relever blanc avec un bon mal de dos qui l’oblige à aller s’asseoir dans le bar d’à coté.
2 minutes après, je lui demande si ça va, il se lève à bloc en me chantant Zinedine Zidane (j’ai mis un bout de temps avant de comprendre qu’il me parlait de Zidane avec son accent de fou, normal !). Le taré me propose même de recommencer mais je me suis bien cramer dans les pneu et Fabien veut partir. En partant, il se gourre de voiture et arrive à entrer avec ses clés dans une autre Corsa et le plus drôle, c’est que les propriétaires de l’autre bagnole ont réussi à ouvrir celle de Fabien. Super ! Les Corsas ont toute les mêmes clés, ici ! Nous rentrons enfin, Fabien me dépose chez moi.


Las tablas sont spectaculaires !

30/11/07Je me lève vers 16h30, tape un peu mon journal puis avec Anaïs, nous partons pêcher le calamar à Santa Cruz, nous allons vers l’auditorio mais, il n’y a pas de spot sympa, il fait trop nuit pour les voir.


L'auditorio de Nuit

Tant pis, nous allons nous balader dans Santa Cruz voir les lumières de noël (Ca fait bizarre, c’est noël et il ne fait même pas froid !). Nous buvons un coup (de la Cruzcampo et un jus de fruit) dans un bistrot puis tombons sur le départ d’un rallye de vieilles voitures.



Nous regardons un peu, mais c’est assez étrange car il y a tout le matériel d’un vrai rallye chronomètres, drapeaux, copilotes avec feuille de route… mais il y a encore la circulation dans les rues. Alors, ils font un départ avec pour certain crissage des pneus mais ensuite, ils doivent attendre comme de cons derrière un taxi qui dépose ses clients par exemple. Je ne comprends pas l’intérêt de chronométrer cette course mais bon…Nous allons ensuite dans un grand parc de la ville, magnifique, grand, bien entretenu, bien éclairé, avec une variété de plantes impressionnante, nous y faisons un bon tour puis rentrons au froid dans notre colline (et oui, il fait au moins 5° de différence entre ici et 10 km plus haut à La Laguna). Arrivé au terminus du Tranvia, nous allons à une autre fête du vin à la La Laguna dans un ancien couvent transformé en salle d’exposition, il n’y a personne enfin si deux, trois mais ils sont en train de ranger, nous arrivons trop tard, plus de vins mais on nous donne une boite complète de toast apéro qui ne sont pas mauvais quoique assez fort.


El ex-convento de santa domingo

Ca tombe bien, il y a encore une fête chez Jonathan et ses 3 coloc’, on va les emmener donc là-bas avant nous passons manger quelques pâtes chez Anaïs. A la fête (où chaque fois, il y a de plus en plus de monde !), nos gâteaux ne font pas fureur car ils sentent les pieds (c’est une sauce aux fromages, comme le parmesan, je pense), c’est vrai que ça pue, un moment, ils ont été mis dans le patio et c’était pas mal infecte à cet endroit mais bon si les gens étaient moins cons, ils auraient dû goûter car c’était bon (et ça n’aurait plus senti les pieds !) mais heureusement que c’est Anaïs qui les a emmener dans la fête (d’ailleurs celle elle qui a voulu absolument prendre la boite en entrant dans le piso), ça m’évite de me taper l’air con ! Toujours pareil, la fête ici, mais c’est marrant. Cette semaine, il y a un DJ, un pote à Doramas qui met la musique, de la vieille house de merde, c’est un peu naze et très peu de gens écoute. Je me suis dit alors, tiens c’est l’occaz d’essayer. Impossible, le mec ne me fait pas confiance, tant pis, il ne verra pas la puissance de Dj Flowfly aux platines à 200 Bpm. La fête continue, nous nous envoyons de l’absinthe 70° dans la chambre de Mael avec Doramas (pour ses 18 ans), Allan, etc… Si bien qu’à la fin, je suis bien rond et j’en ai perdu mon sac, impossible à le retrouver, je préviens tous les coloc’ et pars me coucher en titubant la rage au ventre, putain, il y avait ma carte d’identité, mes papiers de l’univ’ et surtout le MP3 que j’avais emprunter à Anaïs.



1/12/07 Je me lève vers 14 heures énervé mais Doramas m’annonce une bonne nouvelle, ils ont retrouvé mon sac avec tout dedans (un borracho a dû le déplacer en prenant les bouteilles de vin à l’intérieur car il était sous le lit de Francesco, un endroit où je n’ai pas été pendant la fête!) et m’a préparer une tortilla, je la mange en discutant de ce soir ( c’est son anniv’, et il va avoir une fête à la maison !) puis vers 16h après un petit briefing avec Willi qui vient d’arriver, je file chez Anaïs, nous partons ensuite vers Al campo. Je visite pour la première fois IKEA et fais bien le con dans le magasin (mais je ne comprends pas pourquoi il y a des filles qui y passent leurs journées complètes, c’est bien, pas cher, mais ça reste un magasin de meubles !). Je m’achète un tapis de salle de bain et une serviette de main (pour 3 €, raisonnable !).


Je comprends pourquoi c'est si intérressant maintenant!

Nous allons ensuite à Al Campo, nous voulons acheter des petites conneries en cadeau à Doramas enfin de symboliser son entrée dans la vie adulte mais c’est cher et quand je passe devant le rayon jeux et vois les jeux d’échecs, ça a fait Tilt dans ma tête. Et nous changeons donc de cadeau par un jeu d’échecs mais il n’y en a pas d’intéressant à Al Campo. Nous faisons quelques courses dans le grand magasin, moi, j’achète ce qui me faut pour faire de la Sangria et Anaïs, un gâteau.


Même depuis le ciel !
Puis, nous allons à Toy’s’R us (on se croirait à Andelnans non ?) acheter un beau jeu d’échecs en verre.



Bon, j'arrete, on se croirait à chateaufarine !

Quand je rentre, il est déjà 9 heures, nous préparons avec Doramas une sangria de Puta Madre, avec du vin, du jus de fruits, des fruits, et la touche du chef de la cannelle.



Nous mangeons avec Willi et ses potes (deux allemands en vacances par ici) et Doramas de la semoule aux légumes et du guacamol (trop bon !).


J'ai faim !

Les gens arrivent tard vers Minuit, nous sommes une petite vingtaine, Willi a mis une affiche trop rigolote ( Feliz 18 para las Chicas yo cumplio 24 !), on me complimente pour ma sangria ( ça marche mieux que les gâteaux de hier !). Puis, c’est l’heure des cadeaux, nous chantons une chanson pour mon coloc’ écrite par Wili reprise de Guantanamera « Doramasito » puis nous lui faisons ouvrir ses cadeaux avec une tradition germanique qui consiste à lui bander les yeux et à le guider pour qu’il aille taper avec une cuillère en bois une casserole (avec les cadeaux en-dessous) caché dans la pièce. Willi lui offre une bougie, Maria un dessin, les 4 coloc’ (Francesco, …) des conneries et avec Anaïs, le jeu d’échec.

Ensuite, il souffle les bougies et coupe la première part du gâteau (tradition italienne ?) que Helena a essayé d’apporter 15 fois avant mais il y avait toujours autre chose. Doramas ensuite nous fais un discours de politiciens (je sens qu’il a finir en politique, lui !). Je fume quelques poros sur le patio avec les italiens puis danse sur de la drum ‘nd bass et du gros hardcore avec Marcus et Ina (pas longtemps mais ça fait plaisir). Il reste peu de monde, nous improvisons une balade nocturne vers l’aéroport avec Doramas, Marcus, Martina et Ina (Willi est trop occupé avec une gonzesse !). Trop de chiens qui aboient le long du trajet, nous voulons fumer un pétard sur la piste, nous grimpons une barrière (mais les cabots ne nous rendent pas la tâche discrète !) et 2 secondes après avoir foulée la piste, on repère des phares de voitures au loin qui nous font détalés au plus vite. Nous continuons notre route vers une maison abandonnée où nous essayons d’entrer mais une vielle sort de chez elle alertée par ses chiens. On lui dit qu’on se balade mais elle nous envoie chier et veut appeler la police. Nous partons pour éviter les problèmes (ses chiens ne ressemblent pas à des caniches). Au final, nous fumons le pétard dans un champ puis nous rentrons (en courant devant chez la vieille, on ne sait jamais !) nous coucher.
2/12/07 Nous déjeunons sur mon toit avec Willi, Eva (une allemande, sa nouvelle conquête), Anaïs et moi (après avoir tout rangé !) pour profiter des derniers rayons du soleil (et oui, il est déjà 5 heures !). Anaïs rentre chez elle, Willi et Eva parte en ville aussi. Je tape ensuite ce que vous savez puis fais un peu de musique. Doramas arrive au moment où je pars pour le café 7, dommage, je discute 10 secondes avec lui et file. Le dimanche, c’est courts-métrages dans mon bar favori et aujourd’hui ce fut de la qualité ! J’ai aimé surtout le premier Confessions, c’est un type qui se fait torturer pour apprendre la vérité, vérité qui est simplement qu’il a volé un yaourt dans le frigo à ses coloc’. La chute est vraiment rigolote dans ce film car ça a l’air hyper sérieux tout au long (et bien filmé !) pour un yaourt, hilarant ! Le deuxième, un peu moins bien traite d’une légende, le troisième, un petit court bien rigolo aussi sur les différences homme, femme (Idem) puis le dernier (La Virgen de Fatima) bien drôle sur des bonnes femmes qui cherchent à baiser et font appel à des gigolos ! Au bar, il y a Anaïs, Martina, Mirko. Nous discutons ensuite mais moi très peu, je suis en stress, je ne sais pourquoi mais j’ai un coup de flippe ce soir, je ne sais pas ce que je vais faire de ma vie et ça me fais peur ! Nous finissons dans un zinc pour manger une tortilla
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Journal de bord   

Revenir en haut Aller en bas
 
Journal de bord
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Un journal de bord ?
» Journal de Bord - Explications
» Un journal de bord, c'est quoi ?
» Modèle de journal de bord
» Code pour votre journal de bord

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Consciences - Forum de l'association :: Tout et Rien-
Sauter vers: